Plurilinguisme et économie

L’économie de l’Europe : aucune chance face à la concurrence globale sans multilinguisme

L'Union européenne est une grande Suisse. Une rue à Zurich. Copyright: ColourboxL'union européenne est en quelque sorte une grande Suisse : une zone économique commune caractérisée par le multilinguisme. Selon des chercheurs suisses, 9 % du produit intérieur brut de la Suisse sont à mettre sur le compte du plurilinguisme. Même si, pour l'instant, personne n'a essayé de chiffrer exactement le profit économique du multilinguisme pour l'Europe, on peut supposer que l'UE aussi profite au niveau économique de sa diversité linguistique. Mais le multilinguisme ne se fait pas de lui-même, il nécessite au contraire une promotion ciblée.

Cette opinion est soutenue par le « Forum des Entreprises sur le Multilinguisme », un illustre comité de représentantes et représentants de l’économie européenne. Par ordre du commissaire chargé du multilinguisme, Leonard Orban, ce forum s’est consacré à la question de savoir comment les connaissances linguistiques peuvent se répercuter sur l’économie et les emplois au sein de l’UE. Sous la présidence d’Étienne Davignon, ancien vice-président de la Commission européenne, le groupe s’est plongé dans des études de cas et des rapports de recherche, dont l’étude ELAN de 2006 qui démontrait entre autres que beaucoup de petites et moyennes entreprises en Europe laissent passer des possibilités commerciales à cause de déficits linguistiques et culturels.

Encourager les employés

Leonard Orban, commissaire européen chargé du multilinguisme et parrain du projet “Langues sans frontières” . Photo / Copyright: European Communities, 2009 Conclusion la plus importante du Forum des Entreprises : si l’Europe n’apprend pas à mieux exploiter le potentiel économique du multilinguisme, elle prendra du retard par rapport aux nouveaux pays industrialisés dans la concurrence mondialisée, car les économies nationales en plein développement, surtout en Asie et en Amérique latine, améliorent rapidement leurs connaissances linguistiques.


De nombreuses entreprises doivent, selon le comité, d’abord établir de quelles connaissances linguistiques dispose leur personnel pour pouvoir utiliser celles-ci stratégiquement à tous les niveaux. Le comité recommande donc aux entreprises de vérifier leurs procédés de recrutement et de formation ainsi que leurs principes de mobilité, et de les modifier de sorte que les employés soient encouragés à utiliser et à approfondir leurs connaissances linguistiques. Cela implique également de reconnaître et de mettre en valeur l’avantage économique des connaissances linguistiques des immigrantes et immigrants. Il est par ailleurs également conseillé de miser de manière conséquente sur le multilinguisme dans la communication sur Internet et dans la publicité.

La moitié des entreprises disposent d'un site web multilingue.  Copyright: Goethe-Institut

Selon l’étude ELAN, c’est tout de même environ la moitié des petites et moyennes entreprises qui se présentent déjà avec un site web plurilingue.

Des connaissances linguistiques même partiellement en régression

Selon les experts, ce n’est pas seulement au niveau des entreprises qu’il faut agir, mais aussi en politique, et cela au niveau régional, national et européen. Ainsi les gouvernements s’étaient-ils certes mis d’accord, au sommet de Barcelone en 2002, sur l’objectif pour chaque citoyenne et chaque citoyen de l’UE d’apprendre, en plus de leur langue maternelle, deux langues supplémentaires. Mais on est encore loin de ce but ; dans certains pays, par exemple en Autriche, la tendance irait même en sens inverse. C’est pour cela que l’apprentissage des langues étrangères devrait être soutenu à tous les niveaux du système éducatif, et la fourchette des langues enseignées agrandie. Selon les experts, cela ne dépend pas uniquement de l’acquisition formelle d’une langue comme elle est effectuée dans les écoles et les universités ; ils attribuent aussi une grande importance à la promotion de l’acquisition informelle de connaissances linguistiques, par exemple lors de programmes d’échange et de mobilité.

Le drapeau de l'Union européenne. Copyright : ColourboxLa constitution d’un « One-Stop-Shop » sur Internet fournissant aux entreprises des informations structurées sur les programmes d’aide et sur des projets exemplaires dans le domaine du multilinguisme serait par ailleurs extrêmement utile à l’économie. Quiconque a déjà essayé de trouver une information précise dans la jungle des serveurs des différentes institutions européennes se doute combien la seule réalisation de cette revendication du Forum des Entreprises sera laborieuse.
Christoph Brammertz
est membre de la rédaction online.
Traduction : Kirsten Gleinig

Copyright: Goethe-Institut e. V., Online-Redaktion
Février 2009

Des questions sur cet article ? Écrivez-nous !
(en allemand ou en anglais, merci)
online-redaktion@goethe.de

Sur le même thème

LE PARRAIN

copyright: Europäische Kommission
Leonard Orban, membre de la Commission européenne chargé du multilinguisme

Projektschreiber

With texts, sound reports and photos, reporters cover four selected projects within the “Multilingualism – Languages without Borders” initiative.