Togo

Promotion de la lecture au Togo

La lecture est une source de savoir. Elle permet de mieux s'exprimer et constitue un pilier d’apprentissage. Au Togo, différentes structures publiques et privées entreprennent des initiatives pour la promotion de la lecture. Quels sont les enjeux de la promotion de la lecture dans le pays et les défis à relever en ce troisième millénaire fortement marqué par le développement des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ?

L’importance de la lecture est ressentie surtout au niveau scolaire et de la population en général. De nos jours, cette importance est atténuée par les effets et le poids des nouveaux médias, surtout de la place de la télévision dans les milieux domestiques et l’influence des films.

Face à cette menace, la promotion de la lecture prend de plus en plus d’ampleur dans le pays aussi bien dans les milieux urbains que ruraux. En effet, de nombreuses institutions mènent des actions pour sensibiliser les populations, en particulier les enfants et les jeunes, à la lecture mais beaucoup reste à faire.

Dans ce cadre, une Politique nationale du livre et de la lecture a été élaborée par le ministère des Arts et de la Culture, suite à la Politique culturelle nationale adoptée par décret n°2011-046/PR en date du 30 mars 2011.

Dans cette dynamique, la « direction du livre » a été transformée en « direction des bibliothèques et de la promotion littéraire » par décret n°2012-006/PR du 07 mars 2012 portant organisation des départements ministériels. En plus de cette direction, le cadre institutionnel du Togo comporte, entre autres, des institutions intervenant dans le domaine du livre et de la lecture telles que la direction de la bibliothèque et des archives nationales, les bibliothèques publiques et associées et tous les acteurs de la chaîne du livre. Il faut préciser que la bibliothèque nationale fondée en 1969 est à la disposition de toute la population et relève du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Le directeur national des bibliothèques et de la promotion littéraire, M. Robert Kokou Azankpé, précise que le Togo dispose d’un réseau de 65 bibliothèques de lecture publique dont 34 bibliothèques institutionnelles et 31 bibliothèques dites « associées » issues des initiatives privées, associatives et confessionnelles.

En plus, il existe un réseau de 11 Centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC) implantés dans 11 villes et villages du Togo. Ces CLAC sont équipés et animés grâce au soutien de l’Organisation internationale de francophonie (OIF). Leur vocation est de prendre en compte les besoins de la population scolaire mais aussi de toute la population. Selon le coordonnateur national dudit réseau, M. Cyriaque Kodjo Noussouglo, en 2011 il y a eu 350 000 lecteurs dans les CLAC, mais en 2013 ce taux a baisé à raison de 225 000 lecteurs. « Notre objectif est d’atteindre 500 000 lecteurs en 2015 », a-t-il indiqué. La synergie entre les bibliothèques de lecture publique (BLP) et les centres de lecture est exemplaire et non concurrente au Togo, souligne M. Azankpé. Pour la première fois en pays francophone, ajoute-t-il, les interventions sont menées conjointement dans les mêmes localités par les deux équipes.

De l’avis des promoteurs de la lecture, on lit plus dans la campagne qu’en ville. Cette assertion s’explique par l’influence des nouveaux médias sur les populations urbaines, tandis que dans les campagnes, la lecture constitue la plus importante activité d’information, de loisir sain et de distraction. Au nombre des initiatives, il faut noter l’installation sur toute l’étendue du territoire des bibliothèques de lecture publique. Il existe des associations, des festivals, des émissions littéraires, des clubs de lecture et cafés littéraires qui se multiplient et se diversifient dans toutes les régions.

Ces initiatives sont prises autant par les pouvoirs publics que des privés pour faire la promotion de la lecture. Au-delà des institutions étatiques, l’on pourrait citer, les bibliothèques confessionnelles, associatives, scolaires et universitaires, ainsi que les centres de documentation. Dans les universités, il existe une bibliothèque centrale où sont disponibles des livres selon les disciplines ; mais en plus, chaque faculté a une bibliothèque où les professeurs et les étudiants chercheurs trouvent des documents de mémoire, des publications des recherches, etc. Il faut signaler qu’en avril 2014, a eu lieu la foire du livre dont la 1ère édition baptisée « livre en fête » a été organisée par l’association Berceau d’Avenir et l’association des écrivains du Togo en partenariat avec le ministère de la Communication, des Arts, de la Culture et de la Formation civique. Une autre foire du livre, œuvre de la librairie Star en collaboration avec l’association « Le Français en partage », se tient depuis 10 ans à Lomé pour la promotion de la lecture par la vente de livres à prix réduits. Cette foire connaît un engouement des amoureux du livre, toutes couches confondues. En 2013, la maison d’édition Graines de Pensées a organisé une manifestation « Noël en livres » à la bibliothèque publique d’Aného grâce au mécène Gervais Djondo qui a offert près d’un millier de livres d’auteurs togolais aux élèves du réseau de lecture publique des Lacs. C’était une vraie fête du livre où les enfants étaient heureux de recevoir des livres de contes, des récits, des albums et bandes dessinées. Le festival Filbleu, l’un des rares de la sous région, célèbre aussi le livre et la lecture en faisant intervenir des auteurs dans les établissements scolaires en plus des conférences et ateliers d’écriture. Depuis 2013, une « semaine de la lecture » est organisée chaque année par l’association Communication et développement intégral et le Centre Ilérama pour sensibiliser le public à l’importance de la lecture. La Maison de quartier de l’ONG Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus (STEJ) sise dans la banlieue de Lomé propose des bibliothèques de rue, des soirées de contes et divers concours pour la promotion de la lecture et de la culture. Récemment, une bibliothèque dénommée « Bibliothèque Edem Kodjo » vient d’être ouverte à Assahoun par l’association Le Cénacle qui œuvre pour la promotion de la poésie. A son inauguration, cette bibliothèque est dotée de 513 ouvrages dont 213 d’auteurs togolais.

La compréhension de l’écrit est non seulement utile, mais nécessaire dans toutes les matières et dans tous les domaines dans un pays comprenant de nombreuses ethnies et plusieurs dizaines de langues. L'influence de la langue anglaise, indique M. Azankpé, est non négligeable résultant de la croissance des voisins anglophones que sont le Ghana et le Nigéria. Il note aussi que l'attachement à la langue allemande est réel, soutenu par l'implantation du Goethe Institut à Lomé, des clubs d'allemand dans les lycées et à l’université, sans oublier une importante diaspora togolaise résidant en Allemagne. L’on note également les bibliothèques des centres culturels des ambassades accréditées au Togo à savoir l’Institut français, le centre culturel américain… Avec l’appui des partenaires, plusieurs ouvrages sont traduits en langues nationales, en l’occurrence en éwé, kabyè, mina, moba, tem, ifè, etc. L’exemple le plus récent est le premier roman de l'écrivain togolais Sami Tchak titré « Femme infidèle » et édité en tém et mina.

Bien que l’alphabétisation ne relève pas directement des attributions des institutions publiques de promotion de la lecture, des efforts d’alphabétisation sont entrepris par le ministère de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation. D’autres initiatives privées et associatives sont à signaler en matière de promotion de la lecture, mais surtout de l’apprentissage de l’écriture. Mais le constat général est que les actions de promotion de lecture, indépendamment des centres de lecture et bibliothèques, ne tiennent pas suffisamment compte du plurilinguisme. Les bénéficiaires des structures de promotion de la lecture sont les populations rurales et urbaines, en priorité les jeunes qui représentent 85% du lectorat selon les statistiques. Dans un contexte où les bibliothèques scolaires n'existent pas, le réseau des bibliothèques de lecture publique répondent aux besoins du public scolaire pour qui le livre et de bonnes conditions de lecture sont inaccessibles. En définitive, les acteurs du livre et de la lecture pensent qu’un partenariat avec le système éducatif et les associations devra aboutir à une véritable mission pédagogique de la bibliothèque.

Dorothée BROOHM

Lesen in Deutschland

Lesen in Deutschland sammelt und dokumentiert online verfügbare Informationen zum Thema Leseförderung, bereitet diese zielgruppenorientiert auf und bietet für Eltern, Großeltern, Lehrer, Erzieher, Bibliothekare und Experten sowie an ehrenamtlicher Arbeit Interessierte Anregungen und Unterstüzung.

Lesen weltweit

Das Portal bietet Informationen über erfolgreiche Projekte zur Leseförderung aus aller Welt. Sie werden als Ideenmodule zum Mitmachen und Nachahmen präsentiert und durch Berichte, Beiträge aus der Forschung sowie Interviews ergänzt.

LifelongReaders

Europäische Plattform zum Thema Leseförderung mit zahlreichen Artikeln zu Leseförderungs- aktivitäten, Fortbildungs- und Evaluationsprogrammen. [Gefördert im Rahmen des EU-Programms "Lebenslanges Lernen]