Recherche et technologie

Le progrès sous le capot

L'Allemagne est un pays de voitures. Quelque 45 millions de véhicules particuliers circulent sur les routes allemandes et la tendance est à la hausse. Cela va changer si rien n'est fait d'ici peu. En effet, dans une quarantaine d'années, les réserves de pétrole tireront à leur fin, d'après les estimations des experts. Pour l'industrie automobile allemande et du monde entier, cela signifie qu'il faut mettre au point des voitures fonctionnant avec d'autres carburants. Les chercheurs placent leurs espoirs dans l'hydrogène. Mais quand fabriquera-t-on en série des voitures qui ne consomment plus d'énergie fossile ?

Sie benötigen den Flashplayer , um dieses Video zu sehen

Réalisation: Ralf Gierkes
Download SymbolTexte du film (PDF, 18 KB)

Importance économique de la voiture

Sans la voiture, l'économie allemande s'effondrerait. Près de 800.000 personnes travaillent ici dans l'industrie automobile. D'après une étude de Shell Allemagne, ce pays ne comptera plus que 68 millions d'habitants en 2030, soit environ 14 millions de moins qu'aujourd'hui. Mais le nombre des voitures particulières ne va pas cesser d'augmenter. Au lieu de 45 millions, il y aura alors quelque 53 millions d'automobiles en circulation sur les routes allemandes. Les experts estiment qu'en 2020, un milliard de véhicules rouleront dans le monde entier. Les voitures traditionnelles rejettent du dioxyde de carbone, du CO2. Le réchauffement de la planète va s'accentuer encore plus rapidement, redoutent les spécialistes de l'environnement. Sans la voiture, ce n'est pas seulement l'économie allemande qui serait en faillite. Ce qui est valable ici s'applique aussi au monde entier. Les sociétés modernes se fondent sur la mobilité des personnes et les déplacements se font essentiellement en voiture. Mais la fin de l'ère du carburant fossile est prévisible.

Réserves d'énergie et consommation

D'après les calculs des grands trusts pétroliers, les réserves de pétrole brut correspondent à environ 1.200 milliards de barils. Chaque année, 27 milliards de barils sont consommés et la tendance est légèrement à la hausse. Cela signifie qu'il n'y aura plus de pétrole dans un peu plus de quarante ans. L'Allemagne à elle seule consomme actuellement environ 30 millions de tonnes de carburant par an. Le moteur à combustion traditionnel a un rendement de 18% à 28% au maximum. Cela veut dire que seule une petite partie de la précieuse énergie fossile est transformée en mouvement, le reste étant perdu par friction ou par une combustion non optimale.

Energie renouvelable

Les experts misent sur l'énergie renouvelable, même pour les moteurs de voitures. Le bioéthanol en est un exemple. C'est un produit de la distillation, un peu comme l'alcool. Le Brésil est le premier producteur et consommateur mondial d'éthanol. La part de marché de l'éthanol y est d'environ 25% ; la production annuelle se situe entre 12 et 14 millions de mètres cubes. Après le Brésil, les USA viennent au second rang pour la consommation d'éthanol comme carburant. On y produit d'ailleurs plus de 10 millions de mètres cubes par an, essentiellement à partir du maïs. La production de bioénergie ne suscite toutefois pas seulement l'optimisme ; les protecteurs de l'environnement s'inquiètent et mettent en garde contre la monoculture de grandes surfaces qui implique l'usage renforcé d'insecticides, ainsi qu'un surcroît d'énergie pour l'exploitation.

Technologie hybride

Il existe d'autres expériences pour consommer moins d'énergie fossile : afin d'économiser du carburant, les véhicules hybrides associent les performances du moteur électrique et du moteur à essence. Une voiture ainsi équipée de deux moteurs consomme environ 25% d'essence en moins. La technologie hybride est considérée par de nombreux scientifiques comme une technologie intermédiaire. Pour d'autres, c'est la technologie de l'avenir. Sur des véhicules hybrides, il est en tout cas possible de tester et d'améliorer les moteurs électriques, les batteries et les procédés de régulation. Tous ces éléments seront d'une grande importance pour la voiture non polluante de l'avenir – la voiture à hydrogène.

L'hydrogène de l'espoir

L'hydrogène est présent sur notre planète en quantité presque illimitée ; sa combustion ne produit pratiquement aucun résidu. Ce serait donc le carburant idéal de l'avenir. L'hydrogène peut être utilisé dans des moteurs traditionnels modifiés. Outre cette technologie, les constructeurs d'automobiles misent toutefois aussi sur les cellules électrochimiques en liaison avec le moteur électrique. Dans la plupart des cellules électrochimiques, l'hydrogène est employé comme source d'énergie et transformé en courant. Plusieurs fabricants testent actuellement en Allemagne des véhicules à hydrogène pour l'usage courant. Berlin et Munich ont déjà leurs postes de ravitaillement en hydrogène. Malheureusement, dans la nature, l'hydrogène n'existe que sous forme combinée. Pour l'extraire de l'eau, il faut une telle quantité d'énergie que l'hydrogène n'aurait vraiment rien d'écologique. Il est beaucoup plus facile d'en obtenir à partir du gaz naturel. Mais le gaz naturel est aussi une source d'énergie fossile qui sera un jour épuisée. De plus, l'hydrogène doit être refroidi à moins 253 degrés pour le stockage et le transport ; cela nécessite aussi de grandes quantités d'énergie. L'hydrogène ne pourra être produit sans nuire à l'environnement que si cette énergie provient de sources renouvelables comme le soleil, le vent, la force hydraulique ou le biogaz. Son usage à grande échelle comme carburant pour les moteurs de voitures pourrait réduire considérablement la pollution de l'atmosphère par le dioxyde de carbone – une étape importante pour freiner le réchauffement toujours plus menaçant de notre planète.
Goethe-Institut e. V. 2006
Sur le même thème

L'Allemagne pense

Deutschland denkt
Les scientifiques allemands sont nombreux, mais comment trouver le spécialiste pour tel ou tel projet d'actualité ?