Littérature et théâtre

Portrait de Achim Freyer

Le film montre la façon de travailler du scénographe, costumier et metteur en scène Achim Freyer. Freyer démarre sur la peinture: elle est la base de sa réflexion créatrice. La diversité des formes artistiques sur lesquelles il travaille font de Achim Freyer une figure singulière de la scène artistique mondiale.

Sie benötigen den Flashplayer , um dieses Video zu sehen

Réalisation: Markus Schneider
Download SymbolTexte du film (PDF, 25 KB)

Pour être déjà une légende, Achim Freyer n’en est pas moins débordant de vitalité ! Année après année, il élabore les mises en scène les plus inhabituelles. Evoluant sur la scène artistique internationale entre la peinture, la gestion des espaces, la scénographie et la mise en scène, Freyer donne de lui l’image d’un personnage on ne peut plus singulier. Dans tous les essais de films réalisés jusque-là, la peinture n’a pas la place qui, à ses yeux, lui revient de droit. Ses travaux à caractère impressionniste, jaillis spontanément de son inspiration, sont autant de formes musicales. A. Freyer n’a de cesse de répéter que, sans la peinture, l’homme de théâtre Freyer n’existerait pas.

Né en 1934, Achim Freyer vit désormais à Berlin. Il fut l’élève de prédilection de Bertolt Brecht de 1954 à 56. Ses mises en scène, toujours accueillies avec respect et enthousiasme, le menèrent entre autres, en 1965, en compagnie de Ruth Berghaus, à l’Opéra de Berlin (Il barbiere di Siviglia), aux Opéras de Hambourg, Munich, Amsterdam, Stuttgart, Paris, Bruxelles, Vienne et Venise où eut lieu, en 1996, sous la tente Pala Fenice, suite à l’incendie de l’Opéra, une représentation du Don Giovanni en version remaniée de sa mise en scène. Il participe aussi aux Festivals de Vienne et de Schwetzing où, en 1996, il réalisa avec son Ensemble la mise en scène originale de la Messe en si mineur de Bach, sous la direction musicale de Thomas Hengelbrock.

Pour ce qui est du théâtre, Achim Freyer travailla entre autres en tant que scénographe et costumier au service des mises en scène de Claus Peymann, au Württembergischer Staatstheater de Stuttgart, au Burgtheater de Vienne et pour le Berliner Ensemble. Entre 1987 et 1991, il écrivit, mit en scène et créa décors et costumes de la trilogie Métamorphoses d’Ovide (Homme et Dieu), Woyzeck (Homme sans Dieu) et Phaeton (Homme en tant que Dieu) au Burgtheater de Vienne. Les deux premières parties firent l’objet d’une rencontre théâtrale à Berlin. En 1997, il mit en scène, également pour le Burgtheater Le serviteur de deux Messieurs, dans sa propre version.

Son travail artistique est surtout jalonné de créations de pièces, représentations ayant toujours été accueillies avec enthousiasme. Il a, à cet égard, mis en scène des compositeurs contemporains tels que Mauricio Kagel, Philip Glass, Erhard Großkopf, Reiner Bredemeyer, Dieter Schnebel, Alvin Curran et Helmut Lachenmann.

A la fin des années 80, Achim Freyer créa le Freyer-Ensemble, avec lequel il mit au point un nouveau langage théâtral, une forme de théâtre impliquant à la fois la musique, la danse, le langage et le génie artistique. Basées sur des années de collaboration artistique sans faille, des pièces ont été créées telles que Das Mädchen mit den Schwefelhölzern de Helmut Lachenmann (Opéra de Hambourg, 1997) ou encore Majakowskis Tod - Totentanz , de Dieter Schnebel (en mars 1998 à l’Opéra de Leipzig) et des pièces de théâtre de sa propre création. La production Liebe von Kopf bis konfus, issue du répertoire de l’ensemble a été, en 1997, présentée sur invitation lors des Schwetzinger Festspielen.

Ses travaux de peinture furent présentés entre autres dans le cadre de la Documenta de Kassel et de la Quadriennale de Prague. La galerie de la ville de Kornwestheim présenta, en 1992, "Chaos und Stille", une rétrospective des oeuvres créées entre 1965 et 92. "Taggespinste, Nachtgesichte" a été exposée en 1994 à l’Académie des arts de Berlin, "Totentänze – travaux sur papier" à Venise en 1995 dans le cadre de la biennale de musique et en 1996 à la Jakut-Galerie de Moscou. De nombreuses expositions ont en outre eu lieu à Berlin, Bonn, Bruxelles, Florence, Hambourg, Leipzig, Munich et Vienne.

Achim Freyer a mis en scène des longs-métrages et films basés sur la musique, dont MET AMOR PHOSES, représenté pour la première fois en 1994, lors de la 44e édition du festival international du film de Berlin.
Goethe-Institut e. V. 2005
Sur le même thème

litrix.de: Littérature allemande en ligne

Portail pour la promotion de la littérature contemporaine allemande (Fondation Culturelle Fédérale, Allemagne; Goethe-Institut; Foire du livre, Francfort)