Pièces de théâtre

WE ARE CAMERA/jasonmaterial ("WE ARE CAMERA / matériau sur Jason")

" La troisième pièce de la trilogie de Fritz Kater sur la terre natale est l'histoire d'une fuite ou l'histoire d'un enlèvement de famille - une histoire familiale très privée et une histoire politique très allemande.

La pièce tourne autour d'un traumatisme familial : le 31 décembre 1969, une nuit de la Saint-Sylvestre dans un hôtel en Finlande. Étape d'une fuite de l'Allemagne de l'Ouest vers l'Allemagne de l'Est. Ernst, le père, est un espion de la RDA en RFA, il part pour la Finlande avec sa famille pour y retrouver sa femme et lui dire qu'il les emmènera avec lui en RDA, elle et leurs deux enfants - Mirco et Sonja. Au cours de cette nuit, Paula trompe son mari avec le cinquième personnage de la pièce - un groom de l'hôtel, un personnage théâtral irréel (l'auteur l'appelle superman/konterganskinhead, personnalité multiple).

Fritz Kater raconte cette nuit, laisse ses protagonistes en parler et narrer la suite de leur vie à l'Est - jusqu'à la mort du père en 1992, après la fin définitive de ses utopies et des ses espoirs. L'accès des enfants à l'état d'adulte, leur refus, leur rébellion, l'échec du père, son alcoolisme, sa dissidence imposée. Flash-back cinématographiques, mises en parallèle de l'enfance du père pendant la guerre et des enfances de Mirco : une histoire très étroite, privée, reflète l'Histoire allemande depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu'à la fin de l'Histoire, après 1989. "
(Thalia Theater de Hambourg)


Sur la pièce:

" La nouvelle pièce de Fritz Kater‚WE ARE CAMERA/jasonmaterial a l'allure d'un thriller d'espionnage, mais elle est beaucoup plus que cela : tragédie conjugale, drame de la puberté et jeu du souvenir. Une image de l'Allemagne qui prend la forme d'un puzzle familial. La majeure partie de ce scénario fragmentaire se déroule au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre 1969 dans un hôtel à Helsinki. Entre-temps : bonds dans le temps, instantanés, polaroïds scéniques. Mars 1975, décembre 1981, automne 1992. Des clichés qui semblent sortir d'un album de famille. (…)
'te filmer lorsque tu filmes / une caméra qui veut apprendre à te comprendre toi-même / à la recherche des choses que tu es' - C'est la devise selon laquelle Fritz Kater procède dans cette pièce. On y tourne autour de l'existence, on switche et l'on zappe entre les choses de la vie, c'est une marche post-dramatique à mi-chemin entre le reality-soap, le mythe et le mélodrame. Comme toutes les pièces de Kater, celle-ci est aussi écrite dans un langage concis, laconique, au rythme rapide, elle contient des passages épiques et poétiques qui laissent de la place aux questions - et à l'écho du monde. " (Christine Dössel, Programme des Journées Théâtrales de Mülheim 2004)

" Avec cette troisième partie, Fritz Kater (…) conclut sa trilogie sur la RDA sur la pièce la plus mystérieuse, la plus empreinte de glamour et sans doute la plus autobiographique. (…) Avec la nuit finnoise du Nouvel An, WE ARE CAMERA/jasonmaterial fait surgir un moment crucial et très concret sous la loupe du souvenir de ses personnages. Cela se produit sous forme de scènes le plus souvent concises, taillées dans le vif, qui vont et viennent entre la Saint-Sylvestre 1969, la vie quotidienne vécue par la suite en RDA et deux ou trois scènes d'après la chute du Mur. (…) Des dialogues qui paraissent inspirés par une réalité laconique (…) côtoient des scènes dans lesquelles le langage des personnages paraît décoller en même temps qu'eux. "
(Eva Behrendt, Theater heute, 2/2004)

Données techniques:

Création: 6.12.2003, Thalia Theater de Hambourg
Mise en scène: Armin Petras
Distribution: 2 F, 3 H
Droits: henschel SCHAUSPIEL Theaterverlag GmbH
Marienburgerstr. 28
10405 Berlin
Tel.: +49 30 44318888, Fax: +49 30 44318877
verlag@henschel-theater.de
Traductions: Bibliothèque théâtrale