Nouveau théâtre allemand - Théâtre

Das fliegende Kind (« L’enfant volant »)

Novembre. La saint-Martin. La messe des enfants. Les parents émus écoutent le chœur de leurs rejetons pendant qu’eux-mêmes sont secrètement en train de planifier et de réaliser des aventures érotiques. Dès le début, le cortège des lumières est placé sous une étoile obscure. Une voiture noire traverse la ville. Le père sent juste une légère résistance sous ses roues. Qu’est-ce que c’était ? Un enfant volant ? La dernière pièce en date de Schimmelpfennig est un requiem poétique dans lequel la grande ville, avec ses véhicules au moteur gonflé, ses tours de télévision et ses réclames lumineuses, apparaît comme un sombre Moloch. Dans ce monde-là, même les chants d’enfants et les cortèges aux lampions ont quelque chose de lugubre. La chute amère de ce récit équivaut à un glas qui résonne encore longtemps.
(Deutsches Theater Berlin)

À propos de la pièce:

« Il y a effectivement des traits fabuleux dans cette pièce au sombre murmure, d’une poésie de nuit noire, qui constate le malheur d’emblée (…), et pourtant  ce n’est pas une fable. C’est une tragédie semblable à celle qu’on peut voir sans arrêt dans les entrefilets des journaux. Une calamité, née de la banalité de la vie et réduite par l’auteur en toutes petites pièces de puzzle. Mais tellement monstrueuse et ravageuse pour les personnes concernées !
(…) Das fliegende Kind (« L’enfant volant ») est une tentative concentrée de décrire un trou noir arraché par la mort. Le temps est aboli dans cette pièce qui raconte autant le déroulement de l’accident qu’elle le suppose – le passé et l’avenir sont engloutis dans un moment tragique qui vaudra et agira pour toute l’éternité. C’est un requiem polyphonique, donné sous forme chorale par six personnes de trois générations (ou zones temporelles), et avec son ambiance rampante de Halloween c’est aussi une pièce d’horreur. Une œuvre d’art horrifique et parlée, d’un comique noir, rédigée sous forme d’une notation concise, d’une haute virtuosité, rigoureusement construite à partir de récitatifs, de cadences, de phrases en refrain ».
(Christine Dössel, programme des journées théâtrales de Mühlheim 2012)


Données techniques

Création 4 février 2012, Akademietheater de Vienne
Mise en scène Roland Schimmelpfennig
Distribution 3 femmes, 3 hommes
Droits Fischer Verlag, Theater und Medien
Theater & Medien
Hedderichstr. 114
60596 Frankfurt am Main
Telefon: +49 69 6062271
Telefax: +49 69 6062355
Mail Symboltheater@fischerverlage.de
www.fischertheater.de
Traductions Bibliothèque théâtrale