Nouveau théâtre allemand - Théâtre

Reicht es nicht zu sagen ich will leben
(« Ne suffit-il pas de dire je veux vivre »)

« En collaboration avec l'auteur Claudia Grehn (Verlag der Autoren), Darja Stocker a rassemblé des entretiens qu'elles ont eus avec des gens d'origine et de générations différentes pour en faire un collage scénique qui sonde les différents caps de la rébellion, depuis la pure et simple indignation jusqu'à la résistance active. Cela a donné le jour à un panorama social acéré dans lequel l'engagement de ces individus qui se battent sur différents fronts se heurte au consensus de plomb qui règne autour de l'immuabilité des situations existantes. Plus ces personnages sont autonomes et radicaux – depuis le cadre supérieur jusqu'à la demandeuse d'asile, en passant par l'étudiante ou l'aide ménagère auprès de personnes âgées – dans leur lutte contre les mesures sociales « Hartz IV », la misère des soins, l'assignation à résidence, etc., plus ils sont refoulés dans une marge privée et publique, se retrouvent dans le caniveau ou en prison. Le texte des deux auteures mène son titre à l'absurde, et ce à tout point de vue. C'est un document bouleversant sur notre époque et un manifeste polyphonique contre le consensus qui règne à propos de l'impuissance politique. »
(henschel SCHAUSPIEL)

À propos de la pièce:
« Avec Reicht es nicht zu sagen ich will leben (‘Ne suffit-il pas de dire je veux vivre ’), nous avons donc affaire à l’un de ces ‘développements de pièce’ que l’on pratique souvent aussi, depuis quelques années, dans le circuit du théâtre municipal. Ce qui est inhabituel, en l’occurrence, c’est le résultat : contrairement à ce qui ce passe dans les projets théâtraux ayant une visée documentaire explicite, on ne discerne pas nécessairement le processus de genèse de l’œuvre. Bien sûr, c’est la vie qui a écrit les histoires que l’on raconte ici – mais ce sont Grehn et Stocker qui les ont condensées pour en faire un drame. (…)
La résistance civile est l’accroche thématique qui relie les scènes de la pièce, au nombre d’une petite trentaine. (…) Claudia Grehn et Darja Stocker brossent dans leur pièce le tableau d’une société en rage – ce terme impliquant aussi la rage de vivre. Ne suffit-il pas de dire : ‘je veux vivre’ ? Non, ça ne suffit pas. Mais c’est tout de même un bon point de départ. »
(Wolfgang Kralicek, Programme des Journées théâtrales de Mülheim Theatertage 2012)

« Les auteures Claudia Grehn et Darja Stocker ont mené pour cette pièce de nombreux entretiens avec des personnes qui leur ont parlé de leurs expériences et de leur vécu, à Leipzig et Weimar. Mais elles ont ensuite fort heureusement résisté à la tentation d’en faire l’une de ces pièces à la mode qui ne sont que des procès-verbaux de la vie réelle. Elles condensent le produit de leurs recherche en un collage textuel recherché, un panorama social dont le niveau linguistique et stylistique est bien supérieur à ce que laisse redouter l’ennuyeux sous-titre ‘développement de pièce’. Une pièce regorgeant d’images, affûtée, alternant avec maestria entre le sérieux et la légèreté, entre la fureur et l’ironie. Un texte que l’on suit volontiers. Avec des personnages qui deviennent rapidement des familiers, tant ils sont à la fois authentiques, abstraits et archétypiques : la lycéenne, l’universitaire, la demandeuse d’asile, l’employée, etc. »


(Matthias Schmidt, nachtkritik, 30 juin 2011)



Données techniques

Création 2011, Deutsches Nationaltheater de Weimar, Schauspiel de Leipzig
Mise en scène Nora Schlocker
Distribution variabel
Droits henschel SCHAUSPIEL Theaterverlag GmbH
Marienburgerstr. 28
10405 Berlin
Tel: 030-44318888
Fax: 030-44318877
Navigationssymbolverlag@henschel-schauspiel.de
www.henschel-SCHAUSPIEL.de

Verlag der Autoren GmbH
Taunusstraße 19
60329 Frankfurt a. M.
Tel. +49 69 23857420
Fax: +49 69 24277644
theater@verlagderautoren.de
www.verlagderautoren.de
Traductions Bibliothèque théâtrale