Nouveau théâtre allemand - Théâtre

Helges Leben ("La vie de Helge")

Expéditions dans le royaume humain, dans l'univers d'une espèce éteinte. En 2004, nous en sommes là: les animaux ont développé toutes les bonnes qualités de l'être humain (technologie génétique, Internet, etc.), ont supprimé les mauvaises (il y en avait beaucoup) et ont réussi leur prise de pouvoir. Pour se distraire - pour des représentations théâtrales, par exemple, ou à titre d'illustration sur le zoo des ancêtres -, ils peuvent encore commander chez eux par "pay-per-view", auprès de Madame Dieu, "de petites vies humaines normales". Ce soir, c'est Helge qui figure à leur programme. Sa biographie défile devant eux en accéléré, du berceau à la civière. Dès sa naissance, ils voient Madame Dieu et la mort se disputer: cela vaut-il vraiment la peine, puisque de toute façon la vie de Helge sera lamentable? Ses parents le négligent et ses condisciples le taquinent. Tout petit déjà, l'angoisse l'accompagne et sabote son existence avec ses mises en garde et ses doutes. Il rencontre Tina et sa peur à elle, il l'épouse, ils font un enfant et se séparent. Ils voient Helge mourant, seul à l'hôpital, qui se demande si c'est censé s'achever ainsi.
Une fable aux prémisses absurdes, commentée avec hochements de tête par les animaux. Comment ces créatures étranges ont-elles pu rester aussi longtemps sur la terre? Pourquoi l'angoisse de vivre les a-t-elle à ce point empêchées de mener leur vie? Car pour Helge, le bonheur et la réussite ne sont pas victimes de sérieux coups du sort ou d'événements brutaux: ce qui s'y oppose, avec une effrayante banalité, c'est l'absence d'un courage qui permettrait de prendre des décisions, l'absence d'amour et la bêtise.
(Rowohlt Theater Verlag)

Sur la pièce:

Du berceau à la civière en cent minutes, et une démonstration: une vie comme celle-là peut être petite, miteuse, bon marché et pourtant très divertissante. [...] La part de respect du genre humain qui, pour des raisons insondables, a réussi à franchir le cap du XXIe siècle, peut donc, en toute bonne conscience, être considérée comme liquidée. La "belle pièce de théâtre de Madame Berg" (sous-titre), mise en scène par Niklaus Helbling, montre en passant comment on peut faire les plaisanteries les plus vulgaires avec la bonne vieille civilisation, pourvu qu'on la prenne suffisamment peu au sérieux. Ce n'est donc pas que Helges Leben ouvre de nouveaux espaces de perception, dégage des perspectives ou donne des ailes d'aigle au Théâtre de Bochum - mais quitte à gaspiller sa vie, faisons-le ainsi!
(Franz Wille, dans la catalogue des Journées Théâtrales de Mülheim.)

Données techniques

Première Schauspielhaus de Bochum, octobre 2000
Mise en scène Niklaus Helbling
Personnel 6 F, 5 H, décor au sol
Droits Rowohlt Theater Verlag
Hamburgerstraße 17
21465 Reinbek bei Hamburg
Tel. 040/ 72 72 270, Fax 040/ 72 72 276
theater@rowohlt.de
Traductions Bibliothèque théâtrale