Nouveau théâtre allemand - Théâtre

Klaras Verhältnisse ("Les relations de Claire")

Klara sait très exactement ce qu'elle ne veut pas. Elle ne veut plus écrire de modes d'emploi pour fer à repasser ou autres appareils électroménagers, elle ne veut pas non plus devenir un cas pour les services sociaux. Elle veut pouvoir répondre à la question: "Où suis-je. Qui suis-je. Pourquoi suis-je. Et enfin: Que faire...".
Elle veut "contribuer à résoudre les problèmes qui vont nous préoccuper pendant le prochain millénaire." Elle cherche une grande mission qui la comble. Dans sa quête d'une vie épanouie, elle passe par les aspirations et les envies les plus diverses et semble n'être qu'un écran où se projette le désir des autres. Les autres, c'est-à-dire sa très convenable sœur Irene, qui découvre ses tendances homosexuelles, Gottfried, son beau-frère, petit employé de banque qui devient braqueur de banque et veut partir avec elle pour l'Afrique, son médecin, qui lui fait une prise de sang et s'attaque à ses sous-vêtements, la professeur de biologie en préretraite, Elisabeth, qui est jalouse de son amant, Tomas, le brocanteur, qui n'a finalement pas envie de l'épouser et le Chinois anonyme, dont le rouleau de printemps est décidément tout un poème. Mais personne ne semble vouloir lui offrir un travail épanouissant, une place dans la vie.
"Les relations de Klara", c'est une graduation tragi-comique entre le rêve et la réalité, entre l'envol des désirs et les précipices de la banalité.
(Extrait du programme des Éditions des auteurs)

Sur la pièce:

NRien n'est clair dans les intentions apparemment si solides de ces bourgeois moyens, et rien ne s'éclaircit pendant les 17 scènes de la pièce. Et c'est là justement la qualité de ce nouveau texte de Dea Loher. Pour la première fois, l'auteur ne confronte pas ses personnages au tragique de situations extrêmes comme la torture, l'inceste, le meurtre. Pour la première fois, elle découvre la chute tragique dans la médiocrité du quotidien bourgeois, dans l'isolement de l'individu au sein de l'égoïsme ordinaire d'une société qui désapprend le don. Et c'est aussi la première fois qu'un léger comique transparaît dans les dialogues.
(Cornelia Niedermeier dans la TAZ, 3 avril 2000)

Données techniques

Première "Burgtheater" à Vienne, mars 2000
Mise en scène Christina Paulhofer
Création en Allemagne Théâtre Thalia à Hambourg, octobre 2000
Mise en scène Mark Zurmühle
Personnel 3 F, 4 H
Droits Verlag der Autoren
Schleusenstr. 15
60327 Francfort-sur-le-Main
Tel. 069/ 238574-20, Fax: 069/ 24277644
theater@verlag-der-autoren.de
Traductions Bibliothèque théâtrale