Nouveau théâtre allemand - Théâtre

Karl Marx: Das Kapital, Erster Band (Karl Marx : Le Capital, Premier tome)

" La grande analyse de Karl Marx occupe une bonne place dans la liste de ces livres que tout le monde connaît mais que peu ont vraiment lus. Pour Haug et Wetzel, c'est un texte dramatique dont les sept sceaux ne peuvent être ouverts qu'à l'aide de 8 personnes ayant vécu avec, dans et pour cette œuvre.
Il ne s'agit ni d'un adieu, ni d'une théorie obscure donnée sur la scène. Pour ce livre, l'important n'est pas du tout la manière dont la mise en scène le lit, mais qui l'a lu. D'une manière générale, il s'agit moins de ce qu'il y a dedans que de l'endroit où il se trouve dans la société, de qui l'utilise et le connaît, quelles que soient son obédience politique et sa pratique économique. Aucun autre livre n'a exercé une influence aussi décisive sur la théorie économique et la réalité politique que ce livre de Marx, œuvre centrale aussi célèbre que raillée du socialisme scientifique. Aucun autre ouvrage ne se livre à une analyse aussi fondamentale des lois du marché régissant les processus de travail et la création de valeurs - et donc la marchandise qu'est l'homme.(…)
DAS KAPITAL, Band eins fait converger les fils d'un vaste casting dans lequel des gens d'horizons politiques et sociaux différents, avec leurs biographies, apportent et défendent des perspectives divergentes sur ce trop gros livre. "
(Verlag Hartmann und Stauffacher/Rimini-Protokoll)

À propos de la pièce :

" Le travail de groupe mené sur l'histoire de la réception de cette œuvre scientifique de Karl Marx, qui marqua son époque, a d'abord donné le jour à une pièce de théâtre, puis au texte. Car le mode de travail de Haug et Wetzel, qui développent en collaboration avec Stefan Kaegi (lequel n'était pas cette fois-ci de la partie), sous le nom collectif " Rimini-Protokoll " des performances documentaires pour le théâtre, est constitué du patchwork des expériences personnelles des acteurs. Ces prétendus " experts " sont recherchés pour un thème spécifique avec lequel ils ont une relation tout à fait personnelle (…) et c'est au cours des répétitions que se tisse ensuite un réseau de significations ludiques.
Dans le cas présent se rassemblent, devant un grand mur d'étagères où se trouvent des oeuvres et des reliques de et sur Karl Marx, le dernier directeur de l'Institut d'Histoire économique en RDA, un membre fondateur du KWB (Alliance communiste d'Allemagne de l'Ouest), un réalisateur de cinéma dissident venu de l'ancienne URSS, mais aussi un amateur de disques aveugle qui a lu le livre en braille, une traductrice vers le russe ou le biographe du chevalier d'industrie Jürgen Harksen. Dans un style allant du divertissement à l'amusant, ils dissipent l'aura solennelle et renfermée qui entoure cette oeuvre parue pour la première fois en 1867, à l'aide d'anecdotes, de courtes scènes jouées ou de passages filmés.
L'orthodoxie n'a pas de place dans ce jeu qui soulage. On voit au contraire, dans les éclats biographiques […] comment une idéologie transforme les gens, mais peut à son tour être transformée par eux jusqu'à ce qu'elle prouve son inefficacité politique sous forme d'une revue théâtrale coquette. "
(Till Briegleb, Mülheimer Theatertage 2007)

" Un livre, donc, comme premier rôle - Juste un livre, mais quel livre : il a, sans doute plus que tout autre, produit des réalités existentielles, invoqué des réalités du monde. Désormais, c'est un objet de jeu. Et sur une scène passablement bigarrée. Un mur d'étagères, d'assez grands casiers (dans l'un, un vase d'œillets rouges, dans l'autre par exemple des bustes de Marx), une échelle de bibliothèque équipée d'un tabouret défile sur la largeur de la scène, éclairage rouge et bleu, à gauche une machine à sous comme on en trouve dans les bistrots. Car la soirée suit une trajectoire palpitante, depuis une sphère théorique plutôt logique vers la folie curieuse et grotesque de la société monétaire - folie du jeu, du hasard, folie de la tromperie, lorsque des empires entiers et des fortunes gigantesques peuvent être édifiées sur l'escroquerie et l'illusion. Le théâtre lit. La lecture devient théâtre. "
(Hans-Thies Lehmann, Theater der Zeit 01/2007)

 

Données techniques :

Création: 4 novembre 2006, Schauspielhaus de Düsseldorf, en coproduction avec le Theater Hebbel am Ufer, Berlin, le Schauspielhaus de Zurich et le Schauspiel de Francfort.
Mise en scène: Rimini-Protokoll (Helgard Haug/Daniel Wetzel)
Distribution: 1 F, 7 H
Droits: Hartmann & Stauffacher Verlag
Bismarckstr. 36
D 50672 Köln
Tel. +49 221 485386, Fax +49 221 515402 info@hsverlag.com
Traductions Bibliothèque théâtrale