Nouveau théâtre allemand - Théâtre

Kränk ("Malède")

" Un père et son fils en rébellion. Une mère et sa fille qui n'en fait qu'à sa tête. Les générations n'ont pas grand-chose à se dire. Elles sont ancrées dans des jeux de langage différents. Les parents se sont connus au travail et pensent à une liaison, les enfants pensent à l'amour. Il doit être absolu, grand et symbiotique, dans un autre monde, un monde meilleur.
Le chemin qui y mène passe par un nouveau langage qu'ils tentent de créer."
(Suhrkamp Theater und Medien)

À propos de la pièce:

" Le père, la mère, l'enfant (un fils). Et puis encore une maman et sa fille (…). Une pièce familiale, donc, comme il y en a beaucoup. Cellule germinale de la vie comme du théâtre. (…) Ce schéma existe aussi désormais sous la forme du grotesque post-moderne. De l'acte verbal de personnages dont l'histoire, le psychisme et même les actes sont arrêtés, évaporés dans l'interaction linguistique de porteurs de fonctions. Contre le père, son règle et son ordre, c'est le fils qui se rebelle, ce gamin qui ne s'appelle pas Christoph, mais Ernk et qui fait de la mauvaise prononciation des voyelles un outil dans le conflit des générations. Il dit malède au lieu de malade, èttraper au lieu d'attraper. (…)
Martin Heckmanns (…) a sublimé ce vieux, ce très vieux scénario pour en faire une maquette structuraliste (…), un bond dans l'évolution de cet auteur (…) qui, il y a un an, était venu à Mülheim avec un montage de textes sur l'auto-aliénation des hommes à l'ère de la mondialisation (Schiess doch, Kaufhaus! " Tire donc, grand magasin ! "). L'analyse nous offre cette fois un regard plus en profondeur : dans les abîmes de l'interprétation du monde par la création linguistique et de la transformation - vouée à l'échec - du monde en particulier.
Car ce qui se présente sous une forme tellement lapidaire et absurde, sans importance, ce à travers quoi transparaît même le théâtre de boulevard, n'est rien de moins que le combat des fils contre les pères - et un combat entre les sexes, entre la jeunesse et la vieillesse, le traditionnel (…) et plus généralement le changement contre l'existant auquel on donne globalement le nom d'Histoire - avec ou sans majuscule (…). La subtilité de ce texte est extraordinaire. "
(Dietmar N. Schmidt, programme des Journées Théâtrales de Mülheim 2004)

" (…) La nouvelle pièce de Heckmann est (…) une œuvre dialoguée et taillée au plus près, qui fait mine de voguer simplement sur les eaux tièdes des sensibilités actuelles. Mais c'est la concision de Heckmann qui donne à la pièce tout son sel, lorsqu'il dévoile avec une précision laconique des structures familiales obliques. Heckmann n'est cependant pas un pédagogue de la scène, mais un très méchant gymnaste du langage (…)."
(Jürgen Berger, Süddeutsche Zeitung, 15 mars 2004)

Données techniques:

Création 11.03.2004, Schauspiel Frankfurt
Mise en scène Simone Blattner
Distribution 2 F, 2 H
Droits Suhrkamp Verlag
Lindenstr. 29-35
60325 Frankfurt/Main
Postfach 101945 60019 Frankfurt/Main
Tel: 069-75601701
Fax: 069-75601711
theater@suhrkamp.de
Traductions Bibliothèque théâtrale