Nouveau théâtre allemand - Théâtre

Schwarze Jungfrauen ("Vierges noires")

En dix monologues successifs, le duo d’auteurs Zaimoglu/Senkel a préparé pour la scène les points de vue radicaux de ce que l’on appelle les « néo-musulmans ». La base de ces récits biographiques est formée par des interviews que les auteurs ont réalisées avec ces femmes.
Celles-ci ont pu laisser libre cours à leur discours parfois très extrémistes au cours de ces entretiens dans lequel les deux interviewers faisaient essentiellement office d’auditeurs. Les contenus sont restés: seul le langage, considéré comme la « voix » des femmes ont été remodelés par Zaimoglu et Senkel dans un langage littéraire artificiel. L’énergie avec laquelle les « vierges noires » désactivent à tout point de vue et sans la moindre honte l’image politiquement correcte des musulmanes vivant en Allemagne apparaît d’autant plus. On trouve par exemple l’étudiante en droit qui a grandi dans le système éducatif occidental mais vénère Ben Laden et rêve de révolution islamique en Europe, une révolution au service de laquelle elle aimerait mettre son savoir. Rapport ambivalent avec l’islam, celui d’une jeune femme qui a fui son village à cause d’une liaison avec son voisin. Elle a sans doute abandonné la foi traditionnelle de la génération de ses parents, elle mène dans la grande cité qu’est Berlin une vie prétendument moderne, sexuellement libérée et indépendante, mais défend avec virulence l’idée de la réalisation d’un État de Dieu radical-islamique. Autre personnage contradictoire, cette chrétienne allemande convertie à l’islam qui croit devoir défendre sa nouvelle foi contre les étrangers.

Les discours des femmes ne sont pas commentés, ils s’expriment avec toute leur rage, leur passion et leur aveuglement. Les auteurs tenaient surtout à « rendre visible, sans évaluation morale »

À propos de la pièce:

« Le langage artificiel de Zaimoglu est effectivement aussi ambigu que les récits des néo-musulmans eux-mêmes. Elle rythme et ponctue leurs confessions, mais improvise aussi avec jouissance sur des motifs sexuellement et politiquement incorrectes. Le sexe et l’islam, ce sont deux questions délicates d’un seul coup, et les « vierges » de Zaimoglu n’en geizen nicht damit: la jeune Turque qui se dissimule à Berlin pour échapper à sa propre famille raconte sa joie de vivre sexuelle dans des notes lumineuses, tandis que « l’estropiée » décrit sa relation érotique avec l’infirmier dans un mélange de plaisir et de haine de soi, mais surtout avec beaucoup de minutie. »

(Eva Behrendt, Theater Heute, 5/2006)

« La jeune Turque à l’identité de patchwork post-moderne, qui associe l’islamisme hardcore au style de vie urbain, ne s’intègre pas dans les grilles de lecture grossières qui ne font de distinction qu’entre immigrants « modernes » et « traditionnels ». La condition de cette différence sub-complexe, c’est le regard imprécis. Cette oeillère idéologique, et l’ordre simple qu’elle produit, sous-tend la pièce de théâtre documentaire Schwarze Jungfrauen. (…) On voit ainsi naître un regard sur des constructions d’identité complexes beaucoup plus déconcertantes que tous les clichés sur la société parallèle islamo-turque … .“

(Peter Laudenbach, Süddeutsche Zeitung, 20 mars 2006)

„Les Schwarze Jungfrauen sont … des discours rageurs, agressifs, effrayants, qui parlent de stratégies très complexes et compliquées, de l’islam et du besoin de liberté sexuelle, d’esprit de rébellion et d’obéissance à la foi, le tout devant être vécu simultanément ou, mieux, en juxtaposition, dans un même corps, à une même époque, en un même lieu. Le côté sexy des ‘vierges noires’ tient à leur radicalité, à leur humour et à la crudité de leurs propos, même là où elles s’empêtrent dans leurs contradictions et disent des bêtises. Une fuite en avant, plutôt que des gestes quémandant la compassion et la compréhension. »

(Kathrin Bettina Müller, taz, 26 mars 2006)

Données techniques:

Création

17 mars 2006, Theater Hebbel am Ufer, Berlin

Mise en scène

Neco Çelik

Distribution 10 Femmes
Droits Rowohlt Theater Verlag
Hamburger Str.17
21465 Reinbek
Tel. 040/ 72 72 270, Fax 040/ 72 72 276
theater@rowohlt.de
Traductions Bibliothèque théâtrale