Nouveau théâtre allemand - Théâtre

Der Stein (« La pierre »)

Dresde 1934 : une famille juive est forcée de vendre sa maison. La transaction ne portera bonheur à personne. Au cours des décennies suivantes, les habitants de la demeure changent au même rythme que les systèmes politiques. La pièce suit jusque dans les années 1990 des lignes de vie entremêlées. Au centre, on trouve la mère et la fille de la famille qui a acquis la maison dans des circonstances douteuses au cours des années 1930.
Il s’agit de prétentions multiples, morales, juridiques et tout à fait concrètes, l’enjeu est la quête profane de la possession et l’impossibilité de se débarrasser du « passé ». La culpabilité et le refoulement apparaissent clairement, une légende familiale entretenue depuis longtemps se brise. Et ce sont à chaque fois les femmes qui reprennent le contrôle de la situation une fois que les hommes ont fichu le camp. Pratiquant d’audacieux bonds dans le temps, mettant en scène des personnages contradictoires, la nouvelle pièce de Marius von Mayenburg fait apparaître les conflits exemplaires de l’histoire allemande récente.
(Verlag henschel SCHAUSPIEL)
À propos de la pièce :
«En trente-quatre scènes brèves, l’action va et vient, par bonds, entre six années différentes (…).
Les scènes sont engrenées de telle sorte que les dernières phrases de la scène précédente correspondent aux premières de celle qui lui succède et se déroule une autre année. Mais le cadre topographique reste identique : la même table dans la même chambre de la même maison. De mystérieuses simultanéités apparaissent ainsi entre les trois États allemands. Au fil des scènes, l’espace s’enrichit en puisant dans l’histoire. Dans le même temps, on oriente vers le processus théâtral la perspective de la représentation de l’histoire.
(…).
Avec sa pratique du collage, Der Stein prend une place singulière dans la représentation de l’histoire. Le changement d’époque fait apparaître simultanément deux espaces : l’espace réaliste de chaque scène dans son propre temps, et l’espace intellectuel de la maison dont les strates temporelles se matérialisent dans l’actualité de la représentation théâtrale.
(…) De la même manière que les personnages réinterprètent leur histoire passée et que la pierre devient le symbole de la résistance, de la maison et de la patrie, les changements de scènes retournent ce qui a été dit auparavant. Nous regardons à la fois le passé et l’avenir des personnages, nous assistons à la naissance de leurs mensonges, devenus des vérités évidentes dans l’actualité de 1993.»
(Bernd Stegemann, Almanach Theater Heute 2008)
Données techniques :
Création 31 juillet 2008, Salzburger Festspiele / Coproduction avec la Schaubühne am Lehniner Platz, Berlin
Mise en scène Ingo Berk
Distribution 5 F, 1 H
Droits Henschel SCHAUSPIEL Theaterverlag Berlin GmbH
Marienburger Str. 28
10405 Berlin
Téléphone: +49 30 44318888
Télécopie: +49 30 44318877
verlag@henschel-schauspiel.de
www.henschel-schauspiel.de