Nouveau théâtre allemand - Théâtre

Sex (« Sexe »)

Justine del Corte brosse dans Sex un panorama de la sexualité. On effleure du regard de vieux et de jeunes couples. Le rapprochement et le rejet. Le plaisir et l'écœurement. L'origine et l'originel. Au-dessus de tout cela, on trouve la métaphore de l'eau. Porté par les vagues de plaisir, plongé dans la mollesse de cet élément liquide, l'humide s'infiltre dans l'imagerie. Les femmes deviennent des ondines, les amants des cygnes, les enfants sortent du ventre de leur mère comme un déferlement aqueux et les procréations s'accompagnent d'associations d'idées maritimes.

La confrontation avec la sexualité, dans toute l'ampleur des comportements humains, provoque des rapprochements entre les personnes, d'une manière qui, pour poétique qu'elle soit, n'exclut pas non plus l'absurdité et la brutalité, les hauts et les bas.
À propos de la pièce :
«Le garçon et la fille sont en route vers lui, ils vont très bientôt coucher l'un avec l'autre. Ou bien ce couple d'une trentaine d'années : ils viennent tout juste d'essayer de faire un bébé et se racontent à présent à quoi ils pensaient : à leurs peurs d'enfants. Ou encore la femme de quarante-cinq ans qui ramène un jeune garçon chez elle pour se sentir comme autrefois, lorsqu'elle en avait dix-sept. Tout tourne toujours autour du même thème dans la dernière pièce en date de Justine del Corte. Mais on y parle aussi de la manière dont les corps restent étrangers l'un à l'autre, dont le désir surmonte le langage et dont les aspirations demeurent malgré tout insatisfaites. Une Ronde moderne dont les scènes basculent souvent dans le grotesque et le comique, et qui en sait aussi beaucoup sur l'angoisse et l'éphémère.»
Données techniques :
Création : 24 octobre 2008, Schauspielhaus am Pfauen, Zurich (Schiffbau Halle 2)
Mise en scène : Matthias Hartmann
Distribution : 10 F, 6 H (doubles rôles possibles), 1 cygne, décors transformables
Droits : Fischer Theater und Medien
Traductions : Theaterbibliothek