Nouveau théâtre allemand - Théâtre

Verrücktes Blut (« Sang fou »)

Lieu de l'action : la salle de classe, journée consacrée à Friedrich Schiller. Sonia Kelich, très motivée, les petits volumes de la collection Reclam sous le bras, s'efforce de faire comprendre à ses élèves les conceptions idéalistes que Schiller avait du théâtre classique allemand. Mais Bastian, Hakim et Musa chahutent et boycottent le cours. Voilà que tout d'un coup, pendant une bagarre, un pistolet tombe de la poche de Musa. Sonia Kelich hésite un bref instant, puis s'empare de l'arme, la brandit en direction des élèves et les force à jouer Les Brigands et Cabale et amour. Avec cette prise d'otages débute non seulement une danse abyssale des genres, du thriller au mélodrame en passant par la comédie, mais aussi la déconstruction joyeuse et provocante de tous les rôles et identités que l'on croyait clairement définis.
A propos de la pièce:
« Verrücktes Blut (« Sang fou ») est une comédie en forme de course folle, consacrée au télescopage des cultures. Le scénario de la pièce est fondé sur le film français La journée de la jupe, tourné avec Isabelle Adjani en 2007. Le dramaturge Jens Hillje, qui fut l'un des directeurs de la Schaubühne de Berlin, et le metteur en scène Nurkan Erpulat en ont fait un divertissement théâtral absurde, un well-made play plein de tournures surprenantes et de plaisanteries criardes. Ici, le théâtre est conçu pour une fois comme une forme politique actuelle, une succession de coups libérateurs qui font rire le spectateur sans lui ôter sa propre réflexion. Erpulat et Hillje, par exemple, ne traitent pas ici le prétendu « meurtre d'honneur » commis par fierté masculine blessée en prenant l'exemple de musulmans devenus fous, mais celui du couple de héros de la pièce de Schiller Cabale et amour, Ferdinand et Luise. Mais la chute de la pièce, celle vers laquelle converge toute l'histoire, tient au fait que si l'enseignante choisit la voie de l'agression, c'est parce qu'elle veut venger dans le sang les actes ignobles commis par son élève le plus brutal, alors que les garçons et les filles de sa classe se mettent soudain à revendiquer en glapissant les valeurs des Lumières et réclament une deuxième chance pour la canaille. Verrücktes Blut pratique ainsi d'une manière brutalement comique cette « éducation esthétique » qui devait à l'origine être l'objet de cette heure consacrée au théâtre. Les jeunes comédiens du théâtre Ballhaus de la Naunynstrasse à Kreuzberg jouent cette pièce fulgurante avec beaucoup d'énergie et d'esprit, mais elle est particulièrement poignante lorsque l'enseignante brandissant son pistolet entonne avec ses otages des chants populaires teutoniques : des hymnes à une Allemagne multiculturelle, brûlante, parfois brutale, mais ici rafraîchissante et pleine d'esprit.
(Wolfgang Höbel, Berliner Festspiele, Theatertreffen 2011)
Données techniques:
Création 2 septembre 2010, Gebläsehalle de Duisburg – Triennale de la Ruhr
Première berlinoise : 9 septembre 2010, Ballhaus Naunynstrasse
Mise en scène Nurkan Erpulat
Distribution 3 F, 5 H
Droits Verlag Autorenagentur GmbH
Bleibtreustraße 38/39
10623 Berlin
Tel.: +49 30 284976 - 0
Fax: +49 30 284976 - 76
theater@pegasus-agency.de
Traductions Theaterbibliothek