La fascination des scènes de crime
Sur les traves des Serial Killers

Depuis 1970, tous les dimanches soirs, « Tatort » réunit une foule d’habitués devant le petit écran
Depuis 1970, tous les dimanches soirs, « Tatort » réunit une foule d’habitués devant le petit écran | Photo (détail): © picture alliance/dpa-Bildarchiv

Chaque dimanche soir, en Allemagne, une dizaine de millions de personnes s’installent devant leur télévision pour regarder « Tatort » (Sur les lieux du crime). Les ventes de romans policiers à caractère régional s’envolent également dans les librairies. Qu’est-ce qui fait qu’un bon polar fascine autant les gens ?

Il fait nuit et nous sommes dans une forêt sombre. Le seul bruit est le souffle haletant de la victime alors qu’elle trébuche dans l’obscurité du sous-bois. Terrifiée, elle ne cesse de regarder par-dessus son épaule en direction de son poursuivant. Soudain, elle s’arrête lorsqu’elle reconnaît son meurtrier avant de pousser son dernier souffle… 

Même si la scène a déjà défilé des centaines de fois sur le petit écran, les fans de polar retiennent leur souffle et parcourent mentalement une liste des suspects potentiels tout en se blottissant au fond du canapé, parcourus par un agréable frisson de peur. En Allemagne, pour les amateurs d’enquêtes policières, Tatort est LE rendez-vous incontournable du dimanche à 20h15, heure de grande écoute. Produit conjointement par les neuf filiales de la chaîne allemande ARD, la chaîne suisse SRF et la chaîne autrichienne ORF, il fait le bonheur des téléspectateurs depuis des décennies. Depuis le tout premier épisode en 1970, Tatort est un rituel du dimanche soir pour de nombreux Allemands et assure une part d’audience confortable pour les chaînes de télévision. En effet, chaque semaine, la série captive un public fidèle de près de dix millions de téléspectateurs. Les chouchous du public, comme le duo de Tatort Münster formé par le commissaire principal Thiel et le médecin légiste lunatique, le professeur Boerne, ou l’enquêtrice coriace Lena Odenthal de Ludwigshafen, font grimper l’audience d’un cran.

Jan-Josef Liefers et Axel Prahl ont de quoi se réjouir – depuis des années, Tatort Münster enregistre les meilleures audiences. Jan-Josef Liefers et Axel Prahl ont de quoi se réjouir – depuis des années, Tatort Münster enregistre les meilleures audiences. | Photo (détail): © picture alliance/Sven Simon Mais le penchant des Allemands pour les enquêtes policières ne se limite pas à Tatort. Il ne se passe pas un soir sans qu’au moins une chasse à l’homme ne soit programmée à la télévision, et dans les librairies, les romans policiers font également un tabac.

LE FACTEUR BIEN-ÊTRE

Pourquoi le thriller est-il si populaire ? Il y a un certain nombre d’explications possibles. Certains classent les thrillers comme de la « littérature bien-être » parce que le lecteur sait qu’il est en sécurité derrière son livre lorsqu’il regarde des événements horribles se dérouler à une distance où il ne craint rien. Un autre facteur important est le sentiment de satisfaction qu’éprouve le téléspectateur ou le lecteur à l’idée de pouvoir résoudre l’affaire avant le générique ou la dernière page. 
Depuis 1970, tous les dimanches soirs, « Tatort » réunit une foule d’habitués devant le petit écran. Depuis 1970, tous les dimanches soirs, « Tatort » réunit une foule d’habitués devant le petit écran. | Photo (détail): © picture alliance/dpa-Bildarchiv Les téléspectateurs « voyeurs » ne sont pas particulièrement dégoûtés par la violence, la brutalité et les effusions de sang alors que les corps sont disséqués, les victimes torturées et les taches de sang analysées sur les lieux du crime. D’autres préfèrent le genre « soft », qui ne va pas plus loin qu’un frisson prévisible. De nombreux amateurs de policiers apprécient également une histoire se déroulant dans un environnement familier, ce qui explique la popularité du polar régional.

POLAR RÉGIONAL – « JE CONNAIS LE LIEU DU CRIME ! »

Le polar régional est en plein essor en Allemagne. On ne traque pas seulement les meurtriers dans l’Allgäu, l’Eifel ou la Frise orientale – les auteurs et scénaristes n’hésitent pas à déplacer les scènes de crime sur des lieux de vacances très prisés des Allemands, à l’instar de Mord auf Mallorca (Meurtre à Majorque), Blutige Bretagne (Bretagne sanglante) ou Tatort Toskana (Meurtre en Toscane). Les titres inventés de toute pièce donnent une idée du contenu souvent stéréotypé, parfois abracadabrant de ces enquêtes policières. Pour avoir une meilleure vue d’ensemble, l’action se déroule généralement dans un cadre rural idyllique plutôt que dans la grisaille impersonnelle et interchangeable de la grande ville. En effet, il est plus facile de démêler les complexités des structures sociales dans le microcosme d’un village.

Dans les librairies, les romans policiers à caractère régional font également un tabac. Dans les librairies, les romans policiers à caractère régional font également un tabac. | Photo (détail): © picture alliance/Nuri Almak Dans Tatort, la diversité des équipes d’enquêteurs régionaux constitue un autre attrait pour de nombreux téléspectateurs, qui reconnaissent des lieux faisant partie de leur quotidien. Par ailleurs, les réalisateurs de Tatort abordent des questions d’actualité socialement explosives. Il existe un autre élément qui crée des liens entre les fans de Tatort : l’enthousiasme des discussions en ligne sur les médias sociaux pendant et après la diffusion de l’épisode, alors que les téléspectateurs discutent de la façon dont les commissaires ont fait leur travail et débattent de la pertinence sociale de l’épisode.

ENTRE GRAND FRISSON ET RÉALITÉ

Heureusement, la fiction ne reflète pas la réalité : en 2017, près de 3500 romans policiers sont sortis sur le marché allemand, et à cette liste s’ajoutent les nombreuses productions télévisées. En comparaison, seuls 405 vrais meurtres ont été commis en Allemagne la même année.

Si l’on en croit l’analyse de la violence menée par le psychologue expérimentaliste et linguiste canadien Steven Pinker, notre vie quotidienne est aujourd’hui beaucoup moins violente qu’autrefois. Faut-il y voir un rapport avec l’engouement croissant pour les intrigues policières ? Dans son ouvrage de 1200 pages intitulé La Part d’ange en nous, Pinker, qui enseigne notamment la psychologie à Harvard, affirme que la violence a considérablement diminué au cours de l’histoire de l’humanité et que nous célébrons la violence à l’ère moderne parce qu’elle est absente de notre vie réelle. Alors qu’au Moyen Âge, les exécutions publiques prenaient la forme de véritables spectacles, nous nous tournons aujourd’hui vers des crimes fictifs.

Soit dit en passant, le nombre de victimes a également chuté de près de 50 % en 2017 dans Tatort, passant de 162 cadavres à seulement 85.

For many still the detective L’enquêteur par excellence pour de nombreux téléspectateurs : Götz George a incarné pendant des années le commissaire principal Horst Schimanski de Dortmund, grossier et peu soucieux de la procédure. excellence:  for years Götz George embodied Dortmund Chief Superintendent Horst Schimanski, a rough and ready detective not afraid to colour outside the lines. L’enquêteur par excellence pour de nombreux téléspectateurs : Götz George a incarné pendant des années le commissaire principal Horst Schimanski de Dortmund, grossier et peu soucieux de la procédure. | Photo (détail): © picture alliance/dpa/Istvan Bajzat