Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Changement climatique
Compenser le co² – et tout ira bien ?

Reforestation en compensation des voyages aériens : quel sont les effets des projets autour de la compensation carbone ?
Reforestation en compensation des voyages aériens : quel sont les effets des projets autour de la compensation carbone ? | Photo (détail): © Adobe

Les propositions en matière de compensation carbone promettent de contrebalancer les émissions de CO² imputables aux individus – notamment lors de déplacements en avion – en faisant des dons à des projets de sauvegarde du climat. Mais une telle démarche ne se limite-t-elle pas à nous donner bonne conscience ?

Le changement climatique est devenu une préoccupation universelle : les gouvernements ne sont pas les seuls à être sous la pression des contestataires qui les poussent à agir. Selon les défenseurs du climat, c’est à chacun d’apporter sa contribution. Car notre mode de vie actuel   – ainsi  la tendance au tout-numérique et le recours au transport aérien  – ont des impacts sur l’environnement. Cela veut-il dire que nous devrions complètement renoncer aux voyages en avion ?

Certaines entreprises proposent une alternative : la compensation carbone. Le citoyen soucieux de l’évolution du climat qui prend de temps en temps l’avion, peut du moins procéder à un rééquilibrage par ce biais. Le principe est simple : on calcule le niveau des émissions carbone et on verse ensuite le montant correspondant au profit de projets dédiés à la sauvegarde du climat grâce à la réduction des gaz à effet de serre. Les sommes recueillies permettent ensuite de planter des arbres et d’implanter des éoliennes. L’objectif est de pallier ainsi les nuisances engendrées par le voyage aérien. 
 

COMPENSATION CARBONE POUR LES VOYAGES

Eu égard au montant total des dons reçus chaque année, l‘organisation  non-gouvernementale (ONG) atmosfair est l’opérateur le plus important d’Allemagne en matière de compensation carbone. Particuliers et entreprises peuvent calculer sur son site le niveau de CO² émis à l’occasion  d’un futur déplacement en avion ou d’une croisière et lui verser ensuite le montant correspondant. Par exemple, un vol Berlin-New York produit selon atmosfair 1,2 tonne de CO² par passager en classe économique ; l’ONG propose donc une compensation de 30 €. Celle-ci peut être payée directement en ligne sur son site et dédiée le cas échéant à un projet précis.

Près de 6 millions d’euros ont ainsi été affectés en 2017 notamment à des projets hydrauliques au Honduras, à des fours performants en Inde ou à des installations de traitement de l‘eau potable en Égypte.

D’après atmosfair, seulement moins de 1 pour cent de l’ensemble des vols aériens donne actuellement lieu à une compensation. Mais cette dernière est maintenant dans l’air du temps et un nombre croissant d’entreprises en découvrent la pertinence : ainsi la quantité de vols avec compensation a augmenté auprès d’atmosfair de 50 pour cent entre 2017 et 2018. D’autres organismes constatent également une accélération de la demande.

  • <b>Offrir des arbres en cadeau</b><br>Les utilisateurs du site Primaklima e.V. peuvent calculer leur empreinte écologique et verser une somme idoine en faveur de projets pour la sauvegarde du climat. Cet organisme permet par ailleurs d’offrir des arbres à d’autres personnes. Pour 5 euros, un nouvel arbre sera planté en Saxe, pour 3 euros ce sera au Nicaragua. Le donataire reçoit un document attestant l’emplacement et le nombre d’arbres qui vont pousser en son nom et transformer le CO² en oxygène. Photo: Screenshot primaklima.org
    Offrir des arbres en cadeau
    Les utilisateurs du site Primaklima e.V. peuvent calculer leur empreinte écologique et verser une somme idoine en faveur de projets pour la sauvegarde du climat. Cet organisme permet par ailleurs d’offrir des arbres à d’autres personnes. Pour 5 euros, un nouvel arbre sera planté en Saxe, pour 3 euros ce sera au Nicaragua. Le donataire reçoit un document attestant l’emplacement et le nombre d’arbres qui vont pousser en son nom et transformer le CO² en oxygène.
  • <b>Le moteur de recherche qui plante des arbres </b><br>Ecosia est un moteur de recherche favorable à la compensation carbone. Cette entreprise réinvestit les gains générés par la publicité et des partenariats pour planter des arbres.  D’après les informations fournies par Ecosia GmbH, il faut en moyenne une requête de 45 internautes pour planter un nouvel arbre. Ce qui a permis de planter depuis  2009, près de 60 millions d’arbres, principalement en Amérique du sud, en Amérique centrale, en Afrique et en Asie du sud-est.  Ecosia est entretemps disponible en add-on pour Firefox et Chrome. Photo: Screenshot ecosia.org
    Le moteur de recherche qui plante des arbres
    Ecosia est un moteur de recherche favorable à la compensation carbone. Cette entreprise réinvestit les gains générés par la publicité et des partenariats pour planter des arbres. D’après les informations fournies par Ecosia GmbH, il faut en moyenne une requête de 45 internautes pour planter un nouvel arbre. Ce qui a permis de planter depuis 2009, près de 60 millions d’arbres, principalement en Amérique du sud, en Amérique centrale, en Afrique et en Asie du sud-est. Ecosia est entretemps disponible en add-on pour Firefox et Chrome.
  • <b>Prendre l’avion en toute bonne conscience </b><br>L‘ONG atmosfair a pour objectif de compenser les nuisances écologiques provoquées par les voyages. Particuliers et entreprises peuvent calculer sur leur site le niveau de CO² émis à l’occasion  d’un déplacement. Le montant conseillé est ensuite investi dans des projets visant à protéger le climat. Selon cette entreprise, environ 7 millions d’euros y ont été ainsi consacrés en 2017. Photo: Screenshot atmosfair.de
    Prendre l’avion en toute bonne conscience
    L‘ONG atmosfair a pour objectif de compenser les nuisances écologiques provoquées par les voyages. Particuliers et entreprises peuvent calculer sur leur site le niveau de CO² émis à l’occasion d’un déplacement. Le montant conseillé est ensuite investi dans des projets visant à protéger le climat. Selon cette entreprise, environ 7 millions d’euros y ont été ainsi consacrés en 2017.
  • <b>Compenser le carbone aussi dans la circulation routière </b><br>Il est évident que les avions ne sont pas les seuls à polluer, d’autres véhicules le font aussi. C’est pourquoi la start up ReGreen de Vienne (Autriche)  propose une compensation carbone également aux automobilistes et motocyclistes. Son site permet d’évaluer le niveau d‘émissions en fonction du modèle de véhicule et du nombre de kilomètres parcourus chaque année. Une voiture à essence peu gourmande qui roule sur 10 000 kilomètres chaque année, produit selon ReGreen 1,95 tonne de carbone. Le chiffre sera de 3,10 tonnes pour un puissant moteur diesel. Selon l’entreprise, plus de 18 millions de kilomètres parcourus ont ainsi été compensés depuis sa création. Photo: Screenshot regreen.at
    Compenser le carbone aussi dans la circulation routière
    Il est évident que les avions ne sont pas les seuls à polluer, d’autres véhicules le font aussi. C’est pourquoi la start up ReGreen de Vienne (Autriche) propose une compensation carbone également aux automobilistes et motocyclistes. Son site permet d’évaluer le niveau d‘émissions en fonction du modèle de véhicule et du nombre de kilomètres parcourus chaque année. Une voiture à essence peu gourmande qui roule sur 10 000 kilomètres chaque année, produit selon ReGreen 1,95 tonne de carbone. Le chiffre sera de 3,10 tonnes pour un puissant moteur diesel. Selon l’entreprise, plus de 18 millions de kilomètres parcourus ont ainsi été compensés depuis sa création.
  • <b>Connaissez-vous votre empreinte écologique ?</b><br>Les calculateurs de CO² mis au point par le Umweltbundesamt (Office fédéral de l’Environnement) et l‘organisme KlimaAktiv permettent à chacun d’établir son impact  carbone personnel. Sur cette base s’établit ensuite un "scénario CO²" avec des bonnes résolutions pour l’avenir : par exemple, baisser de 1 degré la température de ses pièces à vivre ou passer à un véhicule plus respectueux de l’environnement. Pour finir, le calculateur permet de visualiser les effets de ce plan-climat personnel pour les 30 années à venir. Dans quelle mesure votre mode de vie diverge-t-il de l’objectif allemand (Plan climat 2050) en faveur du climat qui préconise de réduire de 95 pour cent les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 ? * Photo: Screenshot uba.CO2-rechner.de
    Connaissez-vous votre empreinte écologique ?
    Les calculateurs de CO² mis au point par le Umweltbundesamt (Office fédéral de l’Environnement) et l‘organisme KlimaAktiv permettent à chacun d’établir son impact carbone personnel. Sur cette base s’établit ensuite un "scénario CO²" avec des bonnes résolutions pour l’avenir : par exemple, baisser de 1 degré la température de ses pièces à vivre ou passer à un véhicule plus respectueux de l’environnement. Pour finir, le calculateur permet de visualiser les effets de ce plan-climat personnel pour les 30 années à venir. Dans quelle mesure votre mode de vie diverge-t-il de l’objectif allemand (Plan climat 2050) en faveur du climat qui préconise de réduire de 95 pour cent les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 ? *
  • <b>Compensation carbone, une mission pour les chrétiens</b><br>Klima-Kollekte est le fonds de compensation carbone lancé par les églises chrétiennes. Depuis 2011, il propose aux entreprises comme aux particuliers de participer à des projets de sauvegarde du climat dans des pays en voie de développement pour contrebalancer les impacts négatifs du CO².  Au cours des cinq années de son existence, ce fonds a déjà permis de compenser 56.750 tonnes de CO².  Il est aussi accessible à des personnes qui n’appartiennent à aucune église chrétienne. Photo: Screenshot klima-kollekte.de
    Compensation carbone, une mission pour les chrétiens
    Klima-Kollekte est le fonds de compensation carbone lancé par les églises chrétiennes. Depuis 2011, il propose aux entreprises comme aux particuliers de participer à des projets de sauvegarde du climat dans des pays en voie de développement pour contrebalancer les impacts négatifs du CO². Au cours des cinq années de son existence, ce fonds a déjà permis de compenser 56.750 tonnes de CO². Il est aussi accessible à des personnes qui n’appartiennent à aucune église chrétienne.

 

FORESTATION pour demandes en ligne

Il existe également des prestataires dans le domaine du numérique – plus spécifiquement pour la recherche sur Internet – qui présentent des offres de compensation. Car les terminaux tels que smartphones, ordinateurs portables et mobiles ne sont pas les seuls à être gourmands en énergie, c’est aussi le cas des serveurs, des réseaux et des routeurs en amont, qui sont autant de menaces pour le climat. Avec son projet CO2GLE , l’artiste Joana Moll visualise depuis 2015 la quantité de CO²  émise lors des recherches sur Google. Selon ses calculs, chaque requête lancée libère environ 10 grammes de gaz carbonique dans l’atmosphère. 

L’entreprise Ecosia de Berlin a élaboré un moteur de recherche selon des critères écologiques. Elle réinvestit ses bénéfices pour planter des arbres là où leur besoin est le plus urgent  – c’est-à-dire en priorité dans la zone équatoriale avec ses immenses forêts pluviales. Près de 60 millions d’arbres y ont été plantés en dix ans. Selon cet organisme, à chaque tranche d’environ 45 demandes, correspond un nouvel arbre.  

Il est évident qu’un arbre nouvellement planté ne va pas immédiatement fixer des quantités phénoménales de CO², mais le chiffre grimpe au fur et à mesure de sa croissance. Daniel Klein du Centre d’études sylvicoles de l’Université de Münster a calculé que sur une période de 80 ans, un arbre absorbe environ 12,5 kilos de CO² par an. Selon le modèle Ebers-Moll, les 45 requêtes du site Ecosia produisent moins de 500 grammes de CO², ce qui en fait un projet non seulement neutre, mais positif au niveau du CO².

PRENDRE CONSCIENCE GRÂCE À LA COMPENSATION

Avec une part de marché dérisoire  (le journal Neue Züricher Zeitung évoque  0,22 pour cent), Ecosia est loin de pouvoir damer le pion à Google. Quant aux compensations pour les voyages aériens, elles sont encore loin de représenter un phénomène de masse. Les esprits critiques font d’ailleurs valoir que les humains devraient plutôt se focaliser sur la réduction de leurs empreintes carbone plutôt que de les compenser. 

Les organismes opérant dans le secteur des compensations leur donnent globalement raison : "Compenser ne vient toujours qu’en troisième position derrière le fait d’éviter les émissions et celui de les réduire", a déclaré Dietrich Brockhagen, directeur d‘atmosfair, à la chaîne allemande de radio internationale Deutsche Welle. Cependant, les projets de compensation et de forestation suscitent une meilleure prise de conscience par rapport à l’empreinte écologique de chaque individu. Et on ne peut balayer d’un revers de main l’effet induit : si autant de personnes faisaient leurs recherches pour promouvoir la forestation via Ecosia plutôt que sur Google, les nouveaux arbres plantés pourraient bientôt absorber 15 pour cent des gaz à effet de serre produits par les humains – c’est en tout cas ce qu’a évalué l’entreprise en question.