Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Fonds de l’UE
Le petit État et la mer

Au regard des autres membres de l’UE, la Lettonie a bénéficié d’un soutien économique sans précédent. Qu’en serait-il si  le pays balte n’avait jamais reçu cette aide?

De Eric Bonse

EU-Fonds
Illustration: © Goethe-Institut / Zane Zlemeša
C’est l’une des plus grandes réussites de la Commission européenne sous Jean-Claude Juncker : depuis qu’il a pris la barre de la Commission à Bruxelles en 2014, les investissements et la croissance ont sensiblement augmenté en Europe. De nouveaux programmes y ont contribué, comme que le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI), que Juncker a lancé. Mais les bons vieux fonds structurels ont également apporté leur contribution.

Que se serait-il passé si ces aides n’avaient pas existé - ou si l’UE n’existait pas ? Pour l’Allemagne, cela aurait été gérable, car l’économie allemande tournait déjà « rond » depuis plusieurs années. Mais pour les plus petits pays de l’UE comme la Lettonie, cela aurait été un gros problème. Ils dépendent des coups de pouce de l’extérieur ; et les fonds injectés par Bruxelles sont venus à point nommé.

Avant même l’entrée en fonction de Juncker, l’aide de l’UE en Lettonie avait déjà porté ses fruits. Entre 2007 et 2013, 123 nouveaux projets de recherche ont été développés avec le soutien de Bruxelles. 160 entreprises ont mis en œuvre la production de nouveaux produits ou de nouvelles technologies. L’efficacité énergétique a été augmentée dans 146 immeubles. Par ailleurs, 389,1 km de routes et du réseau de transport ont été rénovés en Lettonie.
 

EFSI a aidé des entreprises lettones à rester ou respectivement a devenir compétitives et à utiliser des nouvelles technologies de manière rentable.

EFSI a aidé des entreprises lettones à rester ou respectivement a devenir compétitives et à utiliser des nouvelles technologies de manière rentable.

Après 2014, les aides du nouveau « Plan Juncker » EFSI sont venues s’ajouter. Elles ont permis aux entreprises lettones de rester ou devenir compétitives et de tirer profit des nouvelles technologies. Le développeur et fabricant de systèmes électroniques letton « HansaMatrix » a par exemple reçu dix millions d’euros.

Il s’agissait de la première aide de l’EFSI accordée à une entreprise privée en Lettonie. Auparavant, plusieurs subventions avaient déjà été attribuées par des intermédiaires financiers ou des organismes publics. Fin 2018, le petit État balte se classait au sixième rang (en termes de performance économique) des investissements dans l’UE soutenus par l’EFSI.

Le développement rural est également soutenu par l’UE. Le résultat est remarquable : au premier trimestre 2018, la Lettonie a enregistré la plus forte croissance économique de l’UE. Avec 5,1 %, elle devançait même l’Allemagne. Une performance qui aurait été difficile à réaliser sans l’aide de l’UE.