Sweating for Europe

Sweating for Europe FIREFIT sauna-truck (Dida Zende) Slider FIREFIT sauna-truck © Dida Zende

Une séance de sauna devant le Parlement

L’événement « Sweating for Europe » rapproche les députés européens et les citoyens de façon inédite : en les invitant à discuter du Brexit et de l’avenir de l’Europe dans l’atmosphère décontractée d’un sauna. Un événement organisé en partenariat pour célébrer les 100 ans de l’indépendance finlandaise.
 
En Finlande, la séance de sauna en fin de journée fait partie des bonnes habitudes de vie, tout comme la sieste réparatrice d’été en Espagne ou la dégustation collective de saucisse blanche dans le sud de l’Allemagne. Cette dernière tradition renforce les liens au sein de la communauté et offre à chacun l’occasion de mettre son grain de sel, à défaut des grains de la moutarde qui accompagne habituellement ce plat. Se rassembler et discuter, et peut-être même développer de nouvelles idées ensemble – tout cela contribue au vivre-ensemble. N’est-ce pas précisément ce dont l’Europe a besoin aujourd’hui ? Cette année, la Finlande, pays du nord de l’Union européenne (UE), fête son centième anniversaire, qui marque la date de son indépendance vis-à-vis du régime du tsar de Russie. Le thème choisi pour les festivités prévues dans le monde entier est « ensemble », pour symboliser le partage d’un passé et d’un avenir communs.

Un projet véritablement européen

À Bruxelles, où se tirent les ficelles de l’UE, ce ne sont pas les événements qui manquent. Cependant, la ville n’avait encore jamais connu de dégustation de saucisses ni de séance de sauna sous une forme aussi décontractée que l’événement qui a eu lieu du 24 au 27 avril 2017 devant le Parlement européen et le centre culturel Bozar, dans un contexte d’entente entre les nations. L’objectif était de parler de la communauté – et de l’Europe. Avec l’initiative « Sweating for Europe » (suer pour l’Europe), l’Institut culturel finlandais a lancé, en partenariat avec le Goethe-Institut, l’Alliance Française, Eunic Brussels, l’Instituto Camoes du Portugal, la Finnish Sauna Society, Bozar et Visit.Brussels, une invitation à suer et à débattre dans un sauna mobile. Cette invitation s’adressait aux 751 députés européens, mais aussi à tous ceux qui souhaitaient participer à cette expérience collective. La séance de sauna était suivie d’un barbecue – activité qui complète traditionnellement la séance de détente en Finlande – et d’un concert de bols chantants du musicien Tatu Rönkkö, qui ont contribué à donner à la soirée une ambiance à la fois festive et remarquablement sereine. « Aujourd’hui, l’Europe est confrontée à de nombreux défis. Pour porter un regard neuf sur ces problèmes, il est bon de réfléchir dans un cadre original. Et si on invitait les députés européens à une séance de sauna ? », raconte Susanne Höhn, directrice de la région « Europe du sud-ouest » au Goethe-Institut, qui était l’une des initiatrices de ce projet.

Les députés européens ont reçu une invitation personnelle par écrit plusieurs semaines avant la date de l’événement. Beaucoup ont probablement jeté cette lettre à la poubelle sans autre forme de procès. Les députés finlandais, quant à eux, ont tout de suite manifesté leur enthousiasme pour cette proposition inhabituelle et plusieurs de leurs collègues allemands, tchèques et britanniques ont également fini par se laisser convaincre – indépendamment de leurs tendances politiques.

De la couleur sur le gris des pavés

Dans son bref discours d’ouverture, le premier soir, Aleksi Malmberg, directeur de l’Institut culturel finlandais, a souligné que le sauna est un endroit où tous sont égaux. Heidi Hautala, députée finlandaise du groupe des Verts, a ensuite déclaré en souriant qu’elle avait un côté conservateur : elle affectionne en effet la tradition du sauna et cet amour de la tradition trahirait selon elle un certain conservatisme.

Conservateur, peut-être – inélégant, c’est certain. Quand Heidi Hautala, la chevelure humide, les joues rouges et une serviette de bain nouée par-dessus le maillot, a laissé son corps sécher à l’air libre aux yeux de tous, elle a répété plusieurs fois : « Les Finlandaises ne se préoccupent pas de leur maquillage. » La députée et ses compagnons de sauna offraient un spectacle qui changeait de l’ordinaire des pavés gris qui entourent le Parlement européen à Bruxelles. L’ensemble de l’installation comprenait des douches et des cabines pour se changer, des transats colorés et une douzaine d’arbres en pot. Ces arbres servaient à isoler le lieu de la manifestation du trafic intense de la place du Luxembourg, afin de donner le sentiment d’être en communauté. Certains curieux en visite au Parlement n’ont pourtant pas hésité à s’approcher, par exemple pour prendre un selfie devant le vert printanier des feuilles d’arbre. Une couleur qui tranchait avec le vernis rouge foncé de l’ancien camion de pompier reconverti en sauna mobile. L’artiste allemand Dida Zende avait acheté le véhicule au lac de Constance il y a plusieurs années et l’a transformé en sauna en 2012, à Helsinki. La cabine de sauna peut accueillir jusqu’à 14 personnes à la fois. À l’intérieur, un poêle à bois permet d’atteindre une température de plus de 100 degrés. Après la séance, les participants pouvaient étancher leur soif avec de l’eau minérale ou une bière, selon leurs envies.

Communication d’égal à égal

Dida Zende a eu besoin de 17 heures pour acheminer son sauna mobile depuis la « station libre-service » du quartier Mitte de Berlin où il la laisse habituellement, un espace artistique alternatif. En 2014, quand la Finlande était l’invitée d’honneur de la Foire du livre de Francfort, l’artiste avait été convié avec son sauna mobile à des événements de slam poésie. Après plusieurs années d’expérience, il confirme que « la communication devient plus facile dès que les gens sont détendus ». Étant donné que, dans l’ancien camion de pompier, les bancs ne sont pas disposés en gradins, les visiteurs du sauna mobile s’y rencontrent sur un pied d’égalité. Jo Leinen (SPD) était étonné en sortant du camion brûlant : « Le sauna éclaircit les idées. » Rien d’étonnant à cela pour Aleksi Malmberg, qui connaît ce sentiment depuis l’enfance. La Finlande compte en effet quelque deux millions de saunas pour seulement 5,5 millions d’habitants. Selon Malmberg, « le sauna permet de faire fondre les peurs et de développer la confiance. C’est un symbole fort, qui représente l’évacuation des soucis du quotidien pour s’ouvrir aux idées et aux choses nouvelles. »

Pas de règles strictes dans le sauna

Impossible de connaître précisément les sujets abordés dans le sauna et ses environs pendant l’événement organisé à Bruxelles. Après tout, les mots prononcés dans une atmosphère protégée ne devraient peut-être pas en sortir. Tout au plus sait-on qu’une discussion animée s’est engagée entre Paul Dujardin, le directeur de Bozar, et Susanne Höhn sur les films du réalisateur finlandais Aki Kaurismäki. La députée britannique Lucy Anderson (Labour) a exprimé son effroi face à la perspective du Brexit, mais a affirmé que le référendum n’était pas encore la fin. Le climat politique en Europe a fait l’objet de plusieurs discussions, tandis que l’adepte du sauna Aleksi Malmberg s’est vu poser de nombreuses questions sur les règles du sauna en Finlande. Celles-ci ne sont pas aussi sévères qu’en Allemagne, par exemple. Pour favoriser la circulation sanguine de la peau, les Finlandais se frappent le corps avec des branches de bouleau plongées dans l’eau. Mais les voisins du nord ne veulent pas entendre parler de temps d’exposition fixe, ni d’aufguss ou de rituels de douche. La seule règle qui prévaut en Finlande est celle de la « porte fermée », comme l’a expliqué Mikko Fritze, directeur finnophile du Goethe-Institut Amsterdam, qui a animé les débats avec les députés dans le sauna, puis sur le podium.

Discussion en peignoir

Lui-même et les députés étaient installés en peignoirs blancs devant des panneaux représentant des bouleaux, face au public, rappelant quelque peu les patients d’un sanatorium. Le code vestimentaire bruxellois avait été laissé au vestiaire pour l’occasion, seules comptaient les paroles. Lucy Anderson a ainsi promis de se battre pour l’Europe jusqu’à la dernière seconde, tandis que la députée finlandaise Merja Kyllönen (NGL – Gauche verte nordique) a regretté l’éloignement des responsables politiques vis-à-vis des citoyens et la priorité qui a été accordée trop longtemps aux règles du marché capitaliste. L’initiative « Sweating for Europe » lui a permis de se rapprocher davantage des citoyens que ce qui est généralement possible à Bruxelles – justement parce que le sauna était également ouvert au grand public, qui en a profité. Pour finir, Aleksi Malmberg a conclu que « l’événement "Sweating for Europe" était une véritable initiative commune. L’Institut culturel finlandais voulait fêter son anniversaire en mettant sur pied un projet positif en collaboration avec ses voisins européens. » Malmberg s’est dit heureux d’avoir participé à cette expérience. Susanne Höhn s’est réjouie de la « coopération très amicale avec les Finlandais ».

Sweating for Europe Logo © Finnish Cultural Institute

Articles