Société incivile - discussions entre artistes

NSU / Kurbanların arasında Almanlar da vardı © Yücel Kursun

Jeu, 08.04.2021

goethe.de/youtube

Tuğsal Moğul et Pia Maria Roll, Hanan Benammar, Sara Baban

Le premier événement est consacré aux réflexions de la violence d’extrême droite dans les arts vivants. Pour sa pièce Les crimes du NSU : des Allemand·es sont aussi parmi les victimes (titre original : Die NSU-Morde: Auch Deutsche unter den Opfern), le metteur en scène Tuğsal Moğul a mené des recherches intensives, s’appuyant notamment sur des témoignages, des rapports d’enquête, et des déclarations d’acteurs politiques au sujet de cette série de meurtres. Sa pièce s’attache à reconstituer les crimes, mais aussi le déroulement des enquêtes, au cours desquelles les proches des victimes auront souvent été suspecté·es alors que la piste néonazie, elle, restait négligée. En 2018, Tuğsal Moğul a présenté sa pièce à Istanbul, dans une version en turc, sur invitation du Goethe-Institut d’Istanbul.

La pièce Ways of seeing des artistes et metteur·euses en scène Pia Maria Roll, Hanan Benammar, Sara Baban et Marius von der Fehr, basé·es en Norvège, est née elle aussi d’une importante phase de recherche. Opérant avec des formes inspirées du théâtre documentaire, la pièce thématise les recherches sur les réseaux d’extrême droite en Norvège tout en les mettant en relation avec les questions de la montée des mouvements populistes d’extrême droite en Europe, du néo-colonialisme, du racisme structurel et de la politique internationale. À sa création, la pièce a été l’objet de violentes réactions de la part de groupes d’extrême droite qui ont, en conséquence, suscité un débat politique dans le pays, devenant ainsi un symbole de l’influence politique réelle que l’art peut parfois exercer.

Dans le cadre de cette soirée, Tuğsal Moğul, Pia Maria Roll, Hanan Benammar et Sara Baban présenteront différents aspects de leur travail et de leurs recherches, et s’entretiendront sur leurs différentes stratégies artistiques face aux violences néonazies.
 

Les invité·es :

Tuğsal Moğul est né en 1969 à Neubeckum/Westfalen, en Allemagne, il est turc et allemand. Acteur et metteur en scène diplômé, il est aussi anesthésiste et médecin urgentiste, ayant étudié neuf ans la médecine à Hanovre, Vienne et Lübeck, en parallèle d’études de théâtre à la Hochschule für Musik, Theater und Medien d’Hanovre. Tout en continuant à exercer comme médecin à mi-temps à l’hôpital universitaire de Münster, Tuğsal Moğul mène une activité d’auteur et de metteur en scène. En 2017-2018 ainsi qu’en 2019, il était en résidence pour plusieurs mois à la Kulturakademie Tarabya, à Istanbul, sur invitation du Ministère allemand des Affaires étrangères et du Goethe-Institut.

Pia Maria Roll est une dramaturge, metteuse en scène, actrice de théâtre et activiste norvégienne. Son travail est connu pour les conflictualités politiques dans lesquelles il s’inscrit. Elle collabore depuis 2007 avec le Black Box Theater d’Oslo. Sara Baban est actrice et chanteuse, elle a notamment travaillé comme actrice au Riksteatret et dans divers autres projets. Hanan Benammar est une artiste franco-algérienne vivant à Oslo dont le travail se nourrit de questions sociales, écologiques et géopolitiques – prenant forme dans des médiums aussi divers que la musique, le travail sonore, l’installation vidéo, la performance, la sculpture et l’art dans l’espace public.

Matthias Dell est critique de cinéma, de théâtre et des médias. Il collabore notamment avec Deutschlandradio, Zeit-Online, Cargo, epd Film, Spiegel.de, FAS. Il est l’auteur des livres 'Herrlich inkorrekt'. Die Thiel-Boerne-Tatorte (2012), Über Thomas Heise (2014), et Duisburg-Düsterburg. Werner Ruzicka im Gespräch (2018).

Retour