Francis Kéré Less is more (moins c'est plus) en Afrique

Lycée Schorge à Koudougou | Burkina Faso
Lycée Schorge à Koudougou | Burkina Faso | Photo: Daniel Schwartz/Gran Horizonte Media

​L’architecture à base d’argile de Francis Dibiédo Kéré constitue un pont culturel entre l’Afrique et l’Allemagne – pas comme produit d’exportation, mais comme projet d’échanges mutuels. 

​Francis Kéré avait déjà construit son premier bâtiment pendant qu’il effectuait encore ses études d’architecture : il s’agit d’une école dans son village natal de Gando au Burkina Faso. A cette époque, ses camarades de classe allemands s’étaient moqués de lui à cause de son intérêt pour les cabanes en argile. Aujourd’hui, il fait partie des protagonistes les plus consultés de la scène internationale de l’architecture : en qualité de professeur invité, de conférencier, de commissaire d’exposition et d’architecte. De petites écoles et de petits dispensaires construits avec des matériaux simples que l’on trouve facilement sur place constituent toujours la priorité de ses travaux. Cependant, sa gamme est beaucoup plus variée : elle englobe le développement du village opéra (Operndorf) de Laongo initié avec l’artiste Christoph Schlingensief, le projet du bâtiment du Parlement de Ouagadougou (la capitale du Burkina Faso) et l’abri pour un patrimoine culturel mondial de l’UNESCO, Meroe au Soudan. En Allemagne, il s’occupe de la transformation des anciennes casernes en quartiers d’habitation à Münster et à Mannheim et projette la construction d’un théâtre temporaire dans la campagne de Tempelhof à Berlin.

RADICAL ET SIMPLE

Malgré cette carrière fulgurante, Kéré est resté ce qu’il a toujours été : très lié avec son village natal, Gando, toujours curieux de savoir ce qui se passe dans le monde et plein d’énergie lorsqu’il s’agit de parler de ses projets ou d’en initier de nouveaux. En 2003, il a publié son premier bâtiment dans une revue internationale d’architecture d’Allemagne et, un an plus tard, il reçut l’Award Aga Kahn.

Primary School | Gando Foto: Enrico Cano

NATUREL ET SOCIAL

Plus important encore : ses constructions relient – en associant les villageois aux travaux – la plus haute qualité sociale avec les concepts climatiques durables. L’aération naturelle, le confort agréable des pièces sans aucune technologie complexe, même dans les zones climatiques les plus chaudes, sont la norme de son architecture exceptionnelle. Entretemps, Kéré a varié et élargi son répertoire architectural. Mais avant tout, il réussit plus souvent, non seulement à construire des maisons individuelles, mais aussi des grands ensembles comme les fermes au Burkina Faso qui, en plein milieu de la steppe, procurent commodité et sécurité.

Operndorf | Laongo | Burkina Faso Photo: Daniel Schwartz/Gran Horizonte Media

REGIONAL ET INTERNATIONAL

Au même moment, la vision du monde jusque-là à dominance eurocentriste de la scène culturelle internationale s’élargit en une conception postcoloniale mondialisée : La Documenta 11 de Kassel fut, en 2002, pour la première fois, dirigée par le curateur et écrivain originaire du Nigéria, Okwui Enwezor. Celui-ci a appelé à une nouvelle perception de ce qui est classé comme « Haute Culture » ou « Culture Elitaire » et a comparé l’art contemporain avec la soi-disant culture populaire. Son influence a permis, entre autres, à ce que même des distinctions jusqu’alors régionales comme l’Award Aga Kahn pour l’architecture décerné depuis 1980 dans les pays islamiques, bénéficient d’un regain d’intérêt en Occident.

 Parlement à Ougadougou | Entwurf © Kéré architecture

SIMPLE ET HUMBLE

Francis Kéré aime bien transporter son engagement dans le monde. En 2013, il a présenté son travail dans le cadre des conférences de renommée internationale des TED (Technology, Entertainment, Design). Même la conception des expositions lui tient à cœur. Déjà en 2008, il a participé à l’exposition Updating Germany qui est la contribution de l’Allemagne à la Biennale de l’Architecture de Venise. En 2016, avec Colourscape, il a peint l’entrée du Musée d’Art de Philadelphie (Philadelphia Museum of art), en lanternes de tissus colorées et surdimensionnées. L’exposition Radicalement Simple (Radically Simple) au sein du Musée de l’Architecture de l’Université Technique de Berlin dans la Pinakothek der Moderne est la première grande revue de l’ensemble de son œuvre depuis ses débuts dans son village natal jusqu’à ses projets en Allemagne et en Chine. 

L'hôpital d'Operndorf | Laongo © Kéré architecture Dans une grande école de l’Allemagne, Francis Kéré a appris comment il est possible de réaliser en Afrique centrale et australe des projets réalistes pour offrir aux habitants de ces pays un bon avenir chez eux. A nous Allemands, il enseigne l’art de la simplicité et de l’humilité. Il est un bâtisseur de pont entre les cultures et sa mission, au vu de la discrimination et l’exclusion croissantes en Allemagne, devient encore plus importante.

 

Exposition Francis Kéré. Radically Simple

Katalog Francis Kéré Hatje Cantz Musée de l’Architecture de la TU de Munich
Pinakothek der Moderne jusqu’au 26 mars 2017
www.architekturmuseum.de

Catalogue Hatje Cantz
www.hatjecantz.de