Le nouveau prix pour les artistes africains

Prix Henrike Grohs © Andreas Prossliner / Shutterstock_davorana

En mémoire d'Henrike Grohs, décédé lors d'un attentat terroriste en Côte d'Ivoire le 13 mars 2016, le Goethe-Institut et la famille Grohs ont annoncé un prix pour les artistes africains.

« Le Prix d’Art Henrike Grohs est un prix biennal dédié aux artistes vivant et travaillant en Afrique mais dont le message est universel et résonne bien au-delà du continent. C'est un appel à la réflexion et à l'action », ont déclaré les membres du jury Koyo Kouoh (directeur artistique, RAW Material Company, Dakar), Laurence Bonvin (artiste et représentante de la famille Grohs, Berlin), Raphael Chikukwa (conservateur en chef, National Gallery, Harare) et Simon Njami (conservateur, Paris).

Cette récompense rend hommage à la vie et aux réalisations de l'ancien directeur du Goethe-Institut d'Abidjan, Henrike Grohs, qui a été tuée le 13 mars 2016 lors d'une attaque terroriste en Côte d'Ivoire. Le prix entend poursuivre son dévouement à soutenir les artistes en Afrique et à contribuer au dialogue international.

« Henrike Grohs incarnait véritablement les principes et les valeurs des échanges culturels internationaux tels qu'ils sont promus par le Goethe-Institut » a déclaré son secrétaire général, Johannes Ebert. La famille Grohs a déclaré que son « engagement inlassable pour les échanges culturels vivra » grâce à ce prix qui « soutient des artistes exceptionnels du continent africain, dont le travail permet d’établir de nouvelles connexions et de nouvelles rencontres ».

Ce prix sera décerné tous les deux ans à un artiste, un collectif d'artistes ou plusieurs artistes œuvrant dans le domaine de l'art visuel. La qualité artistique est le critère le plus important pour le prix mais le partenariat collaboratif, la transmission de connaissances à d'autres artistes et l'engagement social sont des éléments décisifs pour la décision. Une liste de trois candidats devrait être annoncée fin février.
 

Henrike Grohs est décédée le 13 mars 2016 lors d'une attaque terroriste en Côte d'Ivoire dans laquelle 14 personnes ont perdu la vie. Elle a étudié l'ethnologie et a occupé le poste de directrice du Goethe-Institut en Côte d'Ivoire de 2013 à sa mort. Elle a cofondé le projet « Next – Intercultural Projects » à la Maison des Cultures du Monde à Berlin et a été son copropriétaire jusqu'en 2009. Entre 2002 et 2009, elle a travaillé comme chef de projet du programme éducatif de l’orchestre Philharmonique de Berlin. En 2009, elle a été nommée conseillère de la Culture et du développement au Goethe-Institut en Afrique du Sud. Elle avait 51 ans.