#artbits
Découvertes d'art urbain en Amérique du nord

  • « No Más Violencia » de Heragraff © Heragraff, Photo : Lucia Romero
    « No Más Violencia » de Heragraff
  • « White Supremacy is Killing Me » de Jessica Sabogal © Jessica Sabogal, Photo : Jessica Sabogal
    « White Supremacy is Killing Me » de Jessica Sabogal
  • « Resistance is Female » de Valerie Lobasso © Valerie Lobasso, Photo: Luna Park
    « Resistance is Female » de Valerie Lobasso
  • « Concrete Jungle » de Futura © Futura, Photo : Luna Park
    « Concrete Jungle » de Futura
  • « Leonard Cohen » de Kevin Ledo © Kevin Ledo, Photo : Aim Pé
    « Leonard Cohen » de Kevin Ledo
L’art urbain se retrouve sur les murs et les surfaces du monde entier et des milliers de personnes l’apprécient dans leurs vies quotidiennes. L’art urbain est une forme d'art contemporain interdisciplinaire dont les origines remontent au graffiti. L’art urbain et les graffitis utilisent les espaces publics comme des toiles pour le débat artistique, politique et social – généralement de manière non autorisée.
 

A PROPOS D'#ARTBITS

Dans cette collection de photos, des collègues des Goethe-Instituts de Montréal, Los Angeles, Mexico, New York, Toronto et Washington, D.C. ont pris des photos de l’art urbain dans leurs villes respectives. Nous publions nos trouvailles dans des séries partageant un thème général. Nous commençons par une série sur nos pièces préférées et les œuvres d'artistes allemands dans nos villes.

Participez en photographiant l’art urbain dans votre ville natale et en les partageant sous le hashtag #artbits.
 

Le meilleur de l'art est dans la rue.

Maurizio Cattelan

Instantané: San Francisco

« Self Consuming Self » de  BiP, sur Larkin Street entre Ellis & Eddy au San Francisco © BiP, Photo: Sophoan Sorn

Une passerelle dorée

Au fil des années, San Francisco était toujours une passerelle dorée pour les artistes, les penseurs et les écrivains. Après Los Angeles; New York et Chicago, c'est l'une des villes américaines les plus importantes pour les peintures murales, avec plus de 1 000 œuvres qui ont transformé les ruelles et les façades de bâtiments en galeries à ciel ouvert.
 

Artivisme

L'omniprésence de l’art urbain et le nombre inépuisable de murs publics, de colonnes, de cabines téléphoniques, de rames de métro, le fait que l'espace public est exactement cela – public – encourage (force !) son utilisation comme outil politique. L'art urbain comme moyen de protestation, comme expression d'insatisfaction et d'exigence pour ou contre les circonstances actuelles est aussi vieux qu'il l'est lui-même.
 
Ce n’est pas seulement depuis Banksy et d'autres superstars de la scène artistique politique que l’art urbain a servi de plus grandes causes. Nos blogueurs se sont consacrés à ce phénomène dans cette série – comme toujours sans prétendre à l'exhaustivité ou à la représentativité. Cela serait impossible simplement à cause de la grande quantité de l’art urbain de grande qualité, pertinent et passionnant - et cela ne serait pas juste non plus. C'est pourquoi nous avons fait un choix très personnel pour jeter un coup d'œil sur ce monde de l'art politique – l'artivisme à Los Angeles, au Mexique, à Montréal, à New York et à Washington, D.C. – et pour examiner de plus près le monde des arts politiques.

Jessica Sabogal « White Supremacy is Killing Me » © Jessica Sabogal, Photo: Jody Freeman

« White Supremacy Is Killing Me » de Jessica Sabogal

La suggestion pour Montréal provient de l'écrivaine et rédactrice canadienne Jody Freeman, qui a fourni une image de l'œuvre, tout comme l’a fait Jessica Sabogal elle-même. 

Les mots comme art

Spécial : Montréal

Montréal du printemps à l’automne, c’est-à-dire lors de la saison des festivals: depuis 5 ans, solidement ancré entre le Festival Transamériques et le Festival international de Jazz de Montréal, se déroule le festival international d’art de rue MURAL. Sa visibilité fait du festival l'un des événements majeurs de l'année - il se déroule sur le boulevard St-Laurent, appelé la "Main", l'une des principales artères de la ville, la ligne de démarcation entre l'est et l'ouest et même sans festival l'une des rues les plus dynamiques de la métropole. L'organisme MU («Transformer Montréal en musée à ciel ouvert») contribue également à la réelle diversité du street art passionnant de la ville. Dans notre édition spéciale sur la ville de Montréal, nous présentons certaines des œuvres produites au cours des dernières années au festival MURAL ou encore avec le soutien de MU.

spéciale : Washington D.C.

En espace

Abstrait

Visages célèbres

Artistes allemands

Œuvres préferés

Insta-artbits de la semaine

Photographes

Aim Pé © Aim Pé Marie-Pierre Poulin est directrice de la bibliothèque du Goethe-Institut Montréal depuis 2011. Elle s’intéresse depuis 2014 à l’art urbain et en cherche de plus en plus lors de ses promenades. Ses autres intérêts comprennent diverses facettes de l’alimentaire, les langues, les voyages et les lapins. Suivez-là sur Instagram @aim_pe
Katherine “Luna Park” Lorimer © Luna Park Est une passionnée de graffitis et d'art de rue basée à Brooklyn. Photographe, commissaire, bibliothécaire et auteure de (Un) Sanctioned: The Art on New York Streets, elle travaille comme bibliothécaire au Goethe-institut New York depuis 2002. Depuis 2005, elle passe ses temps libre à explorer la ville de New York à la recherche d'art dans des endroits inattendus. En tant que cofondatrice et contributrice régulière du blog The Street Spot, elle se passionne pour la documentation des diverses formes d'art urbain et soutien tout effort créatif pour redéfinir l'espace public. Ses photographies ont été exposées à New York, Los Angeles et Chicago et ont paru dans les principaux livres et magazines sur l’art de rue. Elle a présenté ses observations sur l'art de rue au musée de Brooklyn et la bibliothèque publique de New York, a été invitée par le cours d'histoire et d'émergence du street art et graffiti à l'Université de Long Island, et a contribué à la narration du documentaire Banksy Does New York de HBO.
Lord Jim © Lord Jim Stefan Kloo, aka Lord Jim est obsédé d'art, un voleur de livres et un collectionneur, qui estime que quelqu'un doit garder les choses à l’œil. Il chaperonne l'art de rue depuis plus d'une décennie et ne peut se débarrasser de l’impression qu'il pourrait s’y trouver quelque chose.
Originaire d'Allemagne, Lord Jim vit avec sa femme bien-aimée et ses deux formidables fils à Los Angeles, où il fait le plus de dégâts.
Ses photos et ses réflexions ont été publiées dans de nombreux ouvrages et articles. (Plus particulièrement "Stay Up - Los Angeles Street Art" avec l'auteur Jim Deichendt / "Shepard Fairey Inc." par Jim Deichendt / "Banksy - Vous constituez un niveau de menace acceptable" par Carpet Bombing Culture, etc. ...)
Ses collections de photos sont disponibles sur flickr: https://www.flickr.com/photos/lord-jim/
Lord Jim pense que Banksy sent la soupe. Il aimerait également récupérer son plat Tupperware sous peu.
Michelle Kay © Michelle Kay Michelle vient deToronto. Elle est bibliothécaire au Goethe-Institut Toronto depuis 2012. Elle aime explorer la ville à pied et sur deux roues et tire des photos de ses découvertes. Suivez-la sur Instagram @yo_mk.
Nesa Fröhlich © Nesa Fröhlich Nesa est la directrice de la bibliothèque du Goethe-Institut Mexico depuis août 2017. À peine arrivée à Mexico, les visites guidées de Street Art sont devenus une excellente occasion de découvrir la ville d'un autre angle. Sinon, elle aime regarder l'art dans les musées.
 
Mike Maguire © Josh Mike Maguire est un photographe et écrivain de Washington DC. Ses photos ont été publiées dans le Washington City Paper, le Baltimore Sun, USA Today et le Thrasher Magazine. Originaire de la région de Washington DC, il aime photographier la vie nocturne et l'art de rue de la ville. Il est co-auteur d’un long métrage de 2012 sur un musicien de rock DC fictif, Ultrasonic, et est l'auteur d'un roman de science-fiction, Three Days Breathing, et d'un livre de jeux de mots, Drawn Inward and Other Poems. Suivez Mike sur Instagram: https://www.instagram.com/mike.j.maguire/​
Peter Schweppe Pete est professeur adjoint d'études allemandes et d'histoire à la Montana State University. Au fil des années, il a élu domicile à Toronto, Montréal et Minneapolis. En plus de la photographie, il aime la culture visuelle et les grands espaces. Vous pouvez le suivre sur Instagram ou Twitter: p_schweppe. 
Lucia Romero Lucia Romero (en partie) | © Lucia Romero Elle aime les mangas et les animes des années 80 et 90, la musique dark et le metal. Lucía explore toujours sa ville natale au Mexique à la recherche de l'insolite dans des lieux ordinaires. Elle aime prendre des photos de la vie quotidienne en ville et si les arts de la rue sont également présents dans les photos, elle les trouve d'autant plus intéressantes.
Sophoan Sorn Sophoan Sorn, basé à NorCal, est né en 1985 dans un camp de réfugiés à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande. Il est commissaire et organisateur de festivals internationaux de films contemporains, et en est maintenant à sa 10e saison en tant que directeur du Festival du film de Berlin et au-delà, un programme annuel du Goethe-Institut San Francisco.

Au fil des ans, il a travaillé comme photographe portraitiste, documentariste et graphiste. Il regarde des centaines de films chaque année et a assisté à de grands festivals tels que la Berlinale, Cannes et Sundance. Il est également directeur du Festival international du film de San Joaquin, qu'il a fondé en 2008. Grand voyageur, il a voyagé dans 60 pays à travers le monde.