Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)
Church Street Murals© William Craddock, Photo: Michelle Kay

Church Street, Toronto, Ontario, Kanada
« Church Street Murals » de William Craddock

Love is a human right Entre 2013 et 2014, 13 artistes se sont réunis à Toronto dans le cadre de World Pride pour redessiner les murs du Church-Wellesley Village. Le Church-Wellesley Village est le centre de la communauté LGBTQ de Toronto et devrait être mis en valeur comme tel par les nouvelles murales. Le projet Church Street Murals avait pour but de rassembler les résidents afin de redessiner leur quartier, de raviver la mémoire de l'histoire du mouvement LGBTQ et de présenter la culture qui y est associée. Au cours du projet, onze peintures murales de grand format ont été créées, qui forment ensemble une galerie d'art en plein air et ont été admirées par des milliers de visiteurs dans le cadre de World Pride. En outre, d'autres manifestations culturelles ont été proposées autour du projet artistique. Après le projet officiel en 2014, d’autres peintures murales ont continuellement été ajoutées au village.

I support positive space L'un des 13 artistes est William Craddock. Dans une entrevue, il explique que ses œuvres sont souvent basées sur des photographies ou des vidéos et représentent des identités, des moments et des lieux tels qu'il les voit, contiennent des éléments de politique, d'activisme, de spiritualité et d'identité homosexuelle, et explorent les idées et images traditionnelles sous un angle nouveau.

Out of the closet and into the street Sa peinture murale pour le projet Church Street Murals est constituée de motifs de divers macarons créés au fil des décennies dans le contexte de la communauté LGBTQ. Ils proviennent de divers événements, festivals, organisations et initiatives. Avant qu'ils ne deviennent des peintures murales dans le cadre du projet Church Street Murals, les macarons faisaient partie de son projet Pin Button Project, une exposition en ligne. Mais ce n’est pas que lui qui a peint les macarons sur le mur. Son idée était de rassembler la communauté et de faire participer les gens à son travail. Ainsi, différentes personnes pouvaient choisir un macaron Silence = Death qu'elles voulaient peindre elles-mêmes dans la peinture murale. Néanmoins, le design et la disposition des macarons ont été très bien pensés par William ; il s'est longtemps assis à disposer les macarons différemment jusqu'à ce qu'il en arrive au résultat final. Son but était d'illustrer l'importance actuelle de la communauté LGBTQ et le rôle important qu'elle joue depuis des décennies. William s'intéressait principalement au transfert de connaissances. En même temps - par la conception conjointe du mur - l'engagement et l'inclusion devraient être encouragés.