Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)
"No Más Violencia" de Heragraff© Heragraff, Photo : Lucia Romero

Mexico
« No Más Violencia » de Heragraff

J'ai commencé dans le monde des arts de la rue à l'âge de dix-sept ans, notamment parce que je voulais montrer qu'il y a aussi des femmes dans le monde du hip-hop, dominé par les hommes. Je suis originaire de Pachuca à Hidalgo, et iI y a peu d’activisme féministe dans la ville. Cela faisait partie de la motivation : « Va, me gusta ». Enfin, je suis ici.      — Heragraff

« No Más Violencia » de Heragraff

L'artiste mexicaine Heragraff, dont le vrai nom est Jaqueline, est active dans la scène de l’art urbain depuis 2007. Avec son art urbain, elle attire l'attention sur les problèmes que connaissent les femmes en Amérique latine. Dans "No Más Violencia", elle dépeint une femme aux traits latino-américains. Alors qu'elle a conçu une moitié de son visage de manière neutre, Heragraff utilise la moitié peinte pour rappeler la Catrina, un symbole de la culture mexicaine, mais aussi de la mort. "Je ne dis donc pas explicitement qu'elle est morte, mais que si la violence continue, elle ne sera bien sûr pas une femme normale l'année prochaine, elle sera une Catrina sur l'autel de sa famille ", explique Heragraff.

Chaque année, durant 16 jours entre le 25 novembre (Journée internationale pour mettre fin à la violence contre les femmes) et le 10 décembre (Journée des droits de l'Homme), l'ONU attire l'attention du monde entier sur le thème de la violence contre les filles et les femmes afin d'y mettre un terme. La campagne Orange the World ou Pinta el Mundo de Naranja du Secrétaire général de l'ONU est menée par ONU Femmes depuis 2008.

"No Más Violencia" de Heragraff "No Más Violencia" de Heragraff | © Heragraff, Photo: Lucia Romero
Dans le cadre de cette campagne, l'artiste mexicaine Heragraff, à l'initiative du Museo del Juguete Antiguo México (MUJAM, #StreetArtMujam) a peint un mur dans le quartier Doctores à Mexico avec 12 autres femmes.





 

La Calavera Catrina La Calavera Catrina | © Sofia Cristina Córdova Valladares sur Pixabay La Calavera Catrina

La Calavera Catrina ("Squelette intelligent" ou "Crâne élégant") ou Catrina La Calavera Garbancera est une gravure sur zinc de l'imprimeur, illustrateur de dessins animés et lithographe mexicain José Guadalupe Posada de 1910–1913. Elle est présentée comme un portrait satirique de ces indigènes/aborigènes mexicains qui, selon Posada, aspiraient à adopter les traditions aristocratiques européennes pendant la période pré-révolutionnaire. La Catrina est devenue une icône du Día de los Muertos (Jour des morts) mexicain.
 

LIENS INTÉRESSANTS

» Orange the World
» Violence faite aux femmes - Faits que tout le monde devrait connaître
» #HearMeToo histoires d'Amérique latine et des Caraïbes
» Page Facebook de Heragraff
» Page Instagram de Heragraff