Sepake Angiama en résidence à Montréal Écouter sa voix

Sepake Angiama
© Alex Robichaud

La galerie SBC accueille en résidence la commissaire et éducatrice d’origine britannique Sepake Angiama, qui a été directrice de l’éducation pour la documenta 14 en 2017. Chercheure associée à BAK, Utrecht (basis voor actuele kunst), elle étudie à travers le projet de recherche Her Imaginary les façons dont la science-fiction et le féminisme peuvent constituer les outils parfaits afin de capturer une pédagogie de l’imagination sociale et politique.

“All struggles are essentially power struggles. Who will rule? Who will lead? Who will define, refine, confine, design? Who will dominate? All struggles are essentially power struggles, and most are no more intellectual than two rams knocking their heads together.”                      Octavia E. Butler 

Toute bonne chose doit commencer : une conversation entre Audre Lorde et Octavia E. Butler est le nom que porte la proposition d’Angiama à la galerie SBC. Il s’agit d’une rencontre imaginaire entre deux figures majeures du féminisme : la première en tant que poète et militante, la seconde comme auteure de science-fiction. La littérature occupe en fait une place importante au sein de la résidence : une collection de livres qui est présentée pour l’occasion dans l’espace donne le ton et les pistes de réflexions : Parable of the Sower d’Octavia E. Butler, The Hour of the Star de Clarice Lispector ; Your Silence will not Protect et Sister you d’Audre Lourde, Feminist Theory from Margin to Center et All About Love de Bell Hooks, Black in Time par John Jakes, Where Are the Women Architects? de Despina Stratigakos, etc. Ces ouvrages correspondent aux thèmes chers à Angiama, c’est-à-dire au féminisme intersectionnel avec l’architecture moderniste et la science-fiction.
  • SBC Galerie d'art contemporain © Paul Litherland
    SBC Galerie d'art contemporain
  • Sepake Angiama à la SBC © Paul Litherland
    Sepake Angiama à la SBC galerie d'art contemporain
  • Parable of the Sower d’Octavia E. Butler © Paul Litherland, Seven Stories Press
    Parable of the Sower d’Octavia E. Butler
  • Sepake Angiama à la SBC © Alex Robichaud
    Sepake Angiama à la SBC
 Angiama déplore et souligne l’échec du grand projet moderniste communautaire. L’idée du collectif, de la mise en commun a échoué, au détriment du capitaliste et de la grande consommation. Elle stipule que le social semble appartenir seulement au média, au non-engagement de la présence dans un même lieu de temps et d’espace. Face à cela et à une certaine désillusion sur le monde, elle souhaite continuer à croire à quelque chose. De la sorte, par le biais de ses recherches elle explore des idées qui invitent au rassemblement.

La voix comme expression de soi 

Dans le cadre de la résidence d’Angiama, la galerie qui a été aménagée comme lieu dédié à la lecture, à l’écriture, aux projections, à la réflexion autour de la notion du self-care. La commissaire et éducatrice organise régulièrement des activités qui favorisent un contexte de proximité, engendrant des situations faisant éclore des conversations et des échanges. Par exemple, Angiama m’a révélé qu’elle a déjà instauré un groupe de tricotage qui fut une expérience très bénéfique pour tous les participant.e.s en raison du partage d’histoires qui en a découlé. Le dialogue représente un outil clé dans la démarche d’Angiama qui permet de centrer le moment présent.
 
Au sein de la galerie SBC un rideau jaune délimite un espace intime et de douceur. Le sol est recouvert de duvet blanc, une plateforme de bois brut fait office de siège, une plante verte est disposée dans un coin. Le tout revêt une certaine allure théâtrale. En l’occurrence Angiama aspirait d’éviter de créer un espace trop domestique. Dans cet environnement, elle coordonne un groupe de lecture : les participant.e.s lisent à voix haute des passages de livres : quelquefois, il se produit même des superpositions de voix. Angiama accorde beaucoup d’attention à la voix. La voix comme expression de soi :  elle sollicite à écouter sa voix intérieure, donc soi-même. Elle renchérit sur l’importance du corps comme un site qui possède son rompre langage, qui se lit soit par la gestuelle, le timbre de la voix et sa réverbération, etc. Tout cela fait partie des éléments qui composent une conversation physique face à face. La voix est puissante et d’autant plus forte une fois réunie avec d’autres. Ce lieu de discussions encourage à parler et à se conditionner en mode écoute. À l’ère des réseaux sociaux, une réflexion sur la communication d’aujourd’hui devient précieuse.
 
Dans le réconfort de l’espace aménagé, Angiama souhaite aussi récolter des histoires provenant des visiteurs et partager avec eux des expériences. Elle questionne entre autres avec eux comment ils imaginent le futur avec l’automatisation et l’intelligence artificielle grandissante, au moment où les machines parlantes semblent de plus en plus intelligente. Les possibles futurs se retrouvent probablement dans un type de collaboration mais à condition de préserver sa propre voix.