Des réfugiés dans les écoles allemandes Concepts en faveur de l’intégration

Certaines écoles en Allemagne ont encore beaucoup de mal à intégrer des réfugiés. Le chercheur en immigration Aladin El-Mafaalani explique lors d’une interview les raisons de ces difficultés – et les améliorations pouvant être apportées. 

Monsieur El-Mafaalani, quelle note attribueriez-vous au système scolaire allemand en matière d’intégration des immigrants ?

S’agissant des immigrés, qui bénéficient de bonnes conditions d’encadrement sur le plan juridique, je donnerai au système scolaire un 3+ sur 6.
 
Et quelle note donneriez-vous pour l’intégration des réfugiés ?

Là, il faut différencier. Concernant les groupes dotés d’une bonne perspective de demeurer dans le pays, j’attribuerai également un 3 ; pour les autres dont le pays d’origine est considéré comme sûr, une note comprise entre 4 et 5 (sur 6).
 
Pourquoi une si mauvaise note ?


Pour ces enfants et adolescents, on vérifie rarement qu’ils se rendent bel et bien à l’école. Par ailleurs, s’ils savent qu’ils devront quitter de nouveau l’Allemagne un jour, leur intérêt pour l’école peut diminuer. En matière de criminalité, c’est la même chose : parmi les gens ayant d’une faible perspective de rester durablement ici, le taux de délinquance est souvent supérieur à la moyenne car ils savent qu’ils n’ont pas véritablement quelque chose à perdre. Quant aux réfugiés ayant de bonnes chances de rester dans le pays, le taux de criminalité est en revanche inférieur à la moyenne.
 
Et qu’en est-il de l’intégration des mineurs fortement susceptibles de rester durablement dans notre pays ?

Aujourd’hui, il existe en Allemagne de nombreux concepts et idées sur la question. Dès lors que de jeunes réfugiés sont placés dans une commune, l’école est pour eux obligatoire à partir de l’âge de six ans. L’enfant doit-il tout d’abord intégrer une classe de soutien ou peut-il être tout de suite admis dans une classe normale ? A-t-il besoin d’un accompagnement psychologique ? Qu’en est-il des connaissances de la langue ? Voici quelques-unes seulement des questions qui se posent. Ce n’était encore aucunement le cas il y a tout juste quelques années. Et le résultat est sans équivoque : bon nombre de jeunes réfugiés n’étant ici que depuis deux ans parlent désormais mieux l’allemand que certains immigrés qui vivent ici depuis des décennies déjà.

Les écoles et le personnel enseignant sont-ils bien préparés ?

Cela dépend aussi de l’endroit où se situe l’école. Il n’existe aucun cadre conceptuel détaillé pour chaque école. Dans les agglomérations et les métropoles, les écoles ont la plupart du temps – mais néanmoins pas toujours –une plus grande expérience des élèves non allemands. En province, elles tentent en revanche, quelque peu impuissantes parfois, différentes approches. Là-bas, les enseignants ont en partie moins d’expérience avec des enfants ne parlant pas allemand. Par conséquent, les politiques devraient tout particulièrement favoriser les communes dotées de moins d’expérience. Dans les zones rurales, il existe simplement moins de structures. Elles sont souvent confrontées, par exemple, à un manque de services de conseil, d’universités populaires, d’associations.
 
Pensez-vous qu’il serait ainsi judicieux d’installer les réfugiés uniquement dans de très grandes villes et agglomérations ?

Ma foi, cela se passe aussi mal dans certaines grandes villes et bien dans certaines communes rurales. Cela dépend véritablement, et surtout, des expériences concrètes en termes d’immigration. Par conséquent, il serait opportun de développer des coopérations entre différentes communes, qui pourraient ensuite échanger et s’aider mutuellement.
 
Comment sont formés les enseignants et le personnel des écoles ?

Désormais, les organisations syndicales des métiers éducatifs proposent un très grand nombre de formations à destination des enseignants. Mais les formateurs pour ces derniers font en partie défaut. Et naturellement, la situation persiste car l’Allemagne s’est attaquée à l'intégration des réfugiés dans le système scolaire avec un manque réel de coordination. Cependant, il ne faut pas oublier que dans les années 80, par exemple, lorsque beaucoup de Libanais sont venus s’installer en Allemagne, il n’existait pour eux aucune obligation de scolarité et que très rarement d’acquisition de la langue. Avant, les enfants ne parlant pas allemand étaient fréquemment dirigés directement vers une école spécialisée. L’intégration se passait en conséquence mal. Le fait qu’elle soit traitée différemment aujourd’hui porte ses fruits. Les enseignants rapportent que les enfants réfugiés sont très motivés. Lorsque le personnel enseignant est dépassé, ce n’est pas spécifiquement en raison de ces élèves mais plutôt des nombreuses évolutions qui voient le jour à travers des réformes sans cesse nouvelles des programmes scolaires et concepts éducatifs ainsi que de l’inclusion d’élèves handicapés.Dans certains de leur pays d’origine, la situation est déjà si précaire depuis longtemps que plus d’un réfugié n'ont encore pour ainsi dire jamais suivi une éducation scolaire ou un enseignement supérieur.

Le système scolaire allemand est-il assez souple pour accepter aussi ces personnes ?

À ce jour, il n’existe pas encore de concept ciblé à cet effet. Mais dans les écoles à temps plein, qui se sont généralisées dans l’intervalle à tous les länder, les travailleurs sociaux, psychologues scolaires et pédagogues spécialisés peuvent apporter une aide plus complète aux élèves. J’ai été très impressionné par l’histoire un garçon de 13 ans qui n’avait pas été scolarisé pendant plusieurs années. Avec ses connaissances scolaires, on aurait dû en fait le placer dans une classe de CE1 ou de CE2. En fin de compte, l'enfant a intégré dans une classe de 5ème, a continué à apprendre l’allemand et a pu, afin de lui faciliter son éducation, prendre l’arabe, sa langue maternelle, en seconde langue étrangère. Les pédagogues s’efforcent aujourd’hui d’examiner le cas individuel de chaque enfant et réfléchissent sérieusement à la nécessité ou non de l’envoyer dans une école spécialisée. Les enfants réfugiés doivent intégrer le plus rapidement possible une école mais aussi une classe normale.
 
L’intégration n’est-elle pas liée également à la capacité des parents de jeunes réfugiés à rester personnellement en contact avec des parents allemands et à la nature des relations de tous les élèves entre eux ?

Les sphères en dehors de la scolarité jouent bien entendu un rôle. Désormais, presque tous les réfugiés entrent en contact avec des bénévoles à un moment donné – et le contact est étroit et bon. Par conséquent, je pense que les relations entre parents n’occupent pas une place importante.
 
Les enfants traumatisés et apeurés sont un cas particulier. Comment s’y prend-on avec eux?

Dans le cas d’un jeune réfugié traumatisé, sa situation est en général détectée avant le premier jour de scolarité. À l’école, des psychologues scolaires sont présents mais il n’existe que rarement un besoin thérapeutique. La plupart du temps, il suffit de leur offrir une vie quotidienne équilibrée : des journées types structurées, des contacts interpersonnels et la possibilité de se voir reconnus. Les enseignants attribuent souvent tous les comportements problématiques possibles des enfants à un traumatisme – peut-être aussi parce qu’ils sont surmenés. Le traumatisme est souvent une idée préconçue. Pour les réfugiés, le plus gros fardeau est dans de nombreux cas l’interminable attente d’une vie passablement normale. 
 

Le Prof. Dr. Aladin El-Mafaalani est enseignant et chercheur à l’Université des sciences appliquées de Münster dans les domaines de l’immigration, de l’intégration, de l’éducation et de la jeunesse. Il est notamment membre du Rat für Migration, un regroupement national composé de plus de 130 scientifiques. La mission centrale de ce conseil consiste à accompagner les politiques sur les questions d’immigration et d’intégration.