Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Antikraak
Construire une maison-atelier

Lors de la crise immobilière, Maartje et Marcel ont acheté une ancienne caserne. Des appartements sont désormais construits dans ce bâtiment où l’occupant allemand était autrefois cantonné.

De Sanne Derks

  • Marcel et Maartje devant les anciens dortoirs des « Blitzmädel ». © Sanne Derks
    Marcel et Maartje devant les anciens dortoirs des « Blitzmädel ».
  • Leur fille Mus qui saute sur un trampoline dans la maison où ils vivent « antikraak ». © Sanne Derks
    Leur fille Mus qui saute sur un trampoline dans la maison où ils vivent « antikraak ».
  • Vue d’une maison-atelier sur le terrain du bunker qui sera transformée en appartements par le promoteur immobilier. © Sanne Derks
    Vue d’une maison-atelier sur le terrain du bunker qui sera transformée en appartements par le promoteur immobilier.
  • L’année prochaine, Marcel et Maartje transformeront cette surface de 270 mètres carrés. © Sanne Derks
    L’année prochaine, Marcel et Maartje transformeront cette surface de 270 mètres carrés.
  • Vue sur les bois depuis la maison-atelier. © Sanne Derks
    Vue sur les bois depuis la maison-atelier.
  • Marcel.   © Sanne Derks
    Marcel.

ANTIKRAAK

Aux Pays-Bas, les squats sont nombreux – même si les « kraak » (le mot néerlandais pour squat) sont interdits depuis plusieurs années. L’« antikraak » est un modèle d’occupation intermédiaire qui vise à empêcher ce phénomène : des bâtiments vides (habitations, immeubles de bureaux, cabinets médicaux) sont loués pour un faible loyer en attendant leur destruction ou leur vente. Les locataires paient un prix très bas, néanmoins ils jouissent de moins de droits que les locataires traditionnels.

« Lorsque nous avons appris qu’un promoteur immobilier voulait faire une enclave culturelle du terrain de la caserne située dans le bois de Schaarsbergen, nous étions directement intéressés », raconte Marcel Daelmans.
Sa femme Maartje Kunen explique : « Des maisons-ateliers allaient être construites en collaboration avec une coopérative immobilière avant d’être mises en location. Fantastique, pas vrai ? Habiter dans les bois en compagnie d’un groupe de personnes qui partagent les mêmes opinions, dans un endroit où nos enfants auront de l’espace et où nous pouvons tous les deux poursuivre nos activités de création. » Marcel est peintre-sculpteur, Maartje illustratrice médicale. Leur fils Jarra a 12 ans et leur fille Mus en a 14 ans. Cela fait maintenant six ans qu’ils habitent sur le terrain de la caserne située rue Koningsweg.

« Nous avons découvert ce projet dans une lettre d’information de la fondation SLAK, une organisation créée à Arnhem qui aide les artistes à trouver de l’espace pour y installer leur atelier et via laquelle nous avions auparavant vécu en résidence temporaire, dans des maisons "antikraak". Il nous semblait préférable de déménager avant que notre fille aînée n‘entre à l’école secondaire. Nous avons donc décidé d’emménager tout de suite sur le terrain lorsqu’elle avait huit ans, en attendant la fin du projet. Officiellement, il ne s’agissait pas "d’antikraak", car la loi néerlandaise interdit aux personnes ayant des enfants d’habiter dans ce type de résidence. La loi néerlandaise sur la vacance permettait cependant d’occuper déjà temporairement les casernes inoccupées et les "bunkerboerderijen" » (remarque de la rédaction : des « fermes-bunkers », c’est-à-dire des bunkers qui ressemblent à des fermes construits durant la Seconde Guerre mondiale).

​Marcel raconte comment, dans l’attente de la construction des logements locatifs, ils ont habité dans un seul bâtiment sur ce terrain en compagnie d’un groupe de personnes et de familles. « Mais c’est alors que la crise a éclaté. La coopérative immobilière "Portaal" a dû renoncer à plusieurs projets, parmi lesquels celui-ci. Pour certains, il s’agissait d’une malédiction, pour nous il s’agissait d’une bénédiction. Étant donné que nous habitions nous-mêmes sur le terrain et que nous étions en contact direct avec le promoteur immobilier, notre famille s’est associée à trois autres familles qui disposaient aussi d’un revenu fixe, et avons élaboré un plan en vue d’acheter l’un des immeubles vides. C’était donc quatre logements à vendre, et non plus huit à louer, qui allaient désormais voir le jour. » Maartje raconte : « nous avons pu maintenir les prix extrêmement bas, car nous avons négocié le prix durant la crise. Nous habiterons bientôt à quatre dans 270 m², dans une maison à trois étages ».

« Il a fallu attendre longtemps avant d’obtenir enfin un permis d’habiter dans l’immeuble, et ce n’est qu’après que la question de l’hypothèque a pu être réglée. » Cet immeuble a été construit durant la Seconde Guerre mondiale en vue d’accueillir les « Blitzmädel », ces Allemandes chargées de contrôler l’espace aérien depuis le bunker « Diogenes ». « Le bâtiment qui abritait autrefois les dortoirs de ces femmes a donc été transformé en habitations-ateliers. Nous habitons pour l’instant en face de ce bâtiment, dans l’ancien bar des colonels. Nous espérons déménager dans l’autre bâtiment en octobre ». Leur fille Mus grimpe sur le trampoline installé dans le salon : « c’est très chouette d’habiter ici. Le seul bémol, c’est qu’il faisait souvent froid en hiver, car nous ne parvenons pas à chauffer suffisamment le bâtiment. Mais cela ne sera plus le cas dans notre nouvelle maison. »

En plus des bâtiments de la caserne, se trouvent également d’autres fermes-bunker à vendre sur la propriété. Elles sont actuellement en rénovation. Le plan d’affectation prévoit que le terrain accueillera également des expositions et des activités culturelles.