Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Le programme «Sister Cities Artist Exchange Program» de la ville de Toronto
Un StART pour Justus Becker

La murale de Justus Becker
Une murale de Justus Becker | © Photo: Nicole Visual Bass

L'artiste de rue Justus Becker, très renommé à l'échelle internationale, s'est rendu à Toronto à l'automne 2019 en tant qu'invité du Goethe-Institut pour travailler sur une œuvre spécifiquement créée pour un site dans l'est de la ville. L'artiste basé à Francfort a ainsi participé au programme d'échange d'artistes « Sister Cities Artist Exchange Program » sous la devise « La diversité est notre force ».

Becker a créé une peinture abstraite mais détaillée sur le mur latéral d'un immeuble du 20 East Charles Street, montrant un visage et la ligne d'horizon de Francfort. Dans cette vidéo, vous pouvez suivre la création de l'œuvre.

Les projets StART sont conçus pour les rues et les espaces publics. Le programme a débuté en 2012 dans le cadre du plan d’action de la ville visant à réduire le vandalisme et à «remplacer les graffitis par un art de rue vivant, coloré et communautaire». Depuis lors, des œuvres d'art ont été créées, entre autres, sur les routes, les feux de circulation, les passages souterrains et dans les entreprises.

En contrepartie, l'artiste torontois Alexander Lazich créera une œuvre à Francfort en 2020. Nous avons rencontré Justus Becker après l'achèvement de sa peinture murale pour parler de l'œuvre et de son travail. Lisez l’entrevue condensée ici.

Combien de temps a duré le processus de création ?

Je voulais faire l'apprêt un jour et le dessin un autre jour, mais il pleuvait trop fort pour finir tout en deux jours. Au final, cela a pris cinq jours, mais le dernier jour, je n'ai eu qu'à terminer la partie inférieure gauche. Pour l'inauguration, nous attendons le maire de Toronto, John Tory, et le maire de Francfort, Peter Feldmann, qui devrait couper le ruban.

Vois-tu des parallèles entre Toronto et Francfort en ce qui concerne la scène artistique de rue ?

Michael Thompson, Justus Becker, Peter Feldmann Michael Thompson, Justus Becker, Peter Feldmann sur le plancher | © Jutta Brendemühl Je pense que les différences l'emportent sur les ressemblances. Les deux villes ont de grands artistes qui font du très bon travail. Mais si vous regardez le soutien que les artistes de rue reçoivent, vous vous heurtez rapidement à des différences. Par exemple, Toronto a ce grand projet, Street Art Toronto, qui soutient tant d'artistes et de projets artistiques. Cela n'existe pas à Francfort - mais pour être juste, il faut dire que Francfort est bien sûr plus petite, donc un soutien culturel de ce type et de cette ampleur n'est tout simplement pas possible.

Cependant, ça pourrait devenir un motif de réflexion pour des projets de financement similaires.

Le manque d‘aide financière n'empêche pas la création d'art, mais il est beaucoup plus difficile pour les artistes de gagner leurs vies dans de telles conditions, et, bien sûr, en bout de ligne, moins d'art est créé. Mais nous verrons - peut-être que ce modèle local inspirera Peter Feldmann [le maire de Francfort] pour un projet similaire. Je vais essayer d'orienter la conversation dans cette direction lorsqu'il se présentera pour couper le ruban [rires].

 


L'artiste de rue Justus Becker alias COR a été impliqué très tôt dans le milieu des arts de la rue, ce qui lui a valu plusieurs arrestations et la réputation d'être l'un des meilleurs tagueurs de la région de Francfort. Sa marque de commerce consiste en des visages photo-réalistes, ce qui s’est avéré être également un bon choix d’un point de vue économique : COR est l'un des rares artistes de rue qui peut accepter des commandes de compagnies sans perdre sa crédibilité.

Il aliène ses motifs photo-réalistes avec des couleurs et des formes abstraites pour ajouter du sens et parfois du contexte. Plus récemment, sa peinture murale d'Alan Kurdi, le petit garçon syrien qui est mort en essayant de fuir son pays, a fait des vagues. Avec cette création, Justus Becker a participé au tollé international face à la catastrophe humanitaire en mer Baltique.

À ce jour, la création de peintures murales plus grandes que nature reste le point central de son travail, et malgré sa participation à des expositions de groupe et individuelles dans le monde entier, «la rue reste sa galerie la plus importante», pour reprendre ses propres termes.
 

START

Le programme StART a débuté en 2012 comme partie intégrante du programme de graffiti de la ville de Toronto. Il comprend des projets innovants spécifiquement développés dans le cadre du plan d'action pour les rues et l'espace public qui ont contribué à apporter à Toronto un art de rue vivant, coloré et communautaire.

Le programme StART soutient le développement des arts de la rue et des peintures murales comme  outil de promotion de l'engagement communautaire, de l'intégration, du développement des compétences et de la fierté civique au niveau local. Le programme vise à ajouter de la couleur et de la vitalité aux quartiers.

Plusieurs rues de la ville ont été transformées par des couleurs vives et des œuvres d'art. Le sous-programme, qui se concentre sur les passages souterrains, transforme les passages souterrains et les ponts (dont beaucoup se trouvent près de la rivière Don et le long du rivage) pour en favoriser l'accessibilité tout en mettant en valeur le talent et la créativité des artistes, des organisations artistiques et de la ville de Toronto en général.

L'échange de villes jumelées Francfort-Toronto 2019-2020 avec les artistes Justus Becker et Alex Lazich est un projet conjoint de la ville de Toronto et de la ville de Francfort, soutenu par le Goethe-Institut Toronto.

Pour en savoir plus sur le programme StART, cliquez ici.