Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

La chaîne de blocs
Après le buzz

La chaîne de blocs a le potentiel de changer de nombreux domaines de notre société.
La chaîne de blocs a le potentiel de changer de nombreux domaines de notre société. | Photo (détail): © Adobe / Siarhei

​La cryptomonnaie Bitcoin a en une seule nuit transformé des gens en millionnaires et, au plus tard après le boom persistant de sa valeur en bourse de 2017, ce fut le sujet de l’heure. Mais après une chute rapide des cours, le Bitcoin tout comme la technologie sous-jacente, la chaîne de blocs, disparaissaient de la sphère publique. Qu’en est-il aujourd’hui de cette technologie?

De Arne Cypionka

L’année 2008 n’a pas été une bonne année - et c’est le moins qu’on puisse dire - pour les marchés financiers du monde entier. Après l’explosion dès 2007 de la bulle immobilière en Amérique du Nord, c’est l’insolvabilité de la banque d’investissement américaine Lehman Brothers qui a marqué le sommet de la crise mondiale financière dont les effets se font encore sentir aujourd’hui. Comme dans un jeu de dominos, l’insolvabilité a mis à genoux d’autres banques, et dans la foulée des états entiers. Partout dans le monde, les gens ébahis assistaient à l’effondrement d’un système dans lequel ils avaient eu pendant des décennies une confiance aveugle. C’est dans ce contexte que paraissait en 2008, d’un auteur anonyme, le livre blanc (White Paper), un document stratégique dans lequel était présenté le concept d’une nouvelle monnaie virtelle : le paiement avec le Bitcoin était supposé fonctionner sans aucune intervention des banques. Cette nouvelle monnaie déclencha un véritable buzz et atteignit en 2017 une valeur boursière d’environ 17 000 euros par Bitcoin. Mais lorsqu’il y eut début 2018 une chute massive des cours, l’intérêt public disparut à son tour.

Ce qu’il y avait de révolutionnaire dans le Bitcoin, ce n’était pas tant la nouvelle monnaie que la technologie sous-jacente : la chaîne de blocs. Même si aujourd’hui le Bitcoin a nettement perdu de son attractivité, la chaîne de blocs réserve d’autres avantages. Dans ses fondaments, le protocole permet une comptabilité diversifiée, transparente, un fonctionnement décentralisé pratiquement inaccessible à la falsification. De prime abord, cela peut paraître abstrait et de peu d’importance, mais il a la capacité de transformer très nettement plusieurs secteurs de notre société. En effet de nombreuses opérations pourraient avec la chaîne de blocs être plus transparentes et beaucoup d’institutions deviendraient même superflues.

Partage DE L’ÉNERGIE ET SHOPPING CONSCIENT

Les projets de partage de l’énergie comme le microgrid dans le quartier Brooklyn à New York en sont un exemple. Les microgrids sont des réseaux régionaux de distribution d’électricité fonctionnant en îlot. Comme ailleurs, de nombreuses habitations à Brooklyn sont équipées d’installations solaires sur leurs toits qui injectent des surplus d’électricité dans le réseau public. En plus de garder le contrôle de toutes les transactions, une chaîne de blocs garantit automatiquement, grâce à ce que l’on appelle des contrats intelligents - des contrats consignés dans la chaîne de blocs - que les habitants puissent vendre leur énergie à un prix équitable. Les besoins supplémentaires en énergie se trouvent ainsi comblés par le soleil, des distributeurs intermédiaires deviennent superflus.

La start-up américaine Provenance veut elle-aussi soutenir le consommateur final et favoriser une économie durable dans le secteur des textiles. Elle tire profit de la sécurité contre la falsification qu’offre la chaîne de blocs pour rendre plus transparentes les filières d’approvisionnement. Ainsi, chaque étape, de la récolte du coton à la fabrication du jean, peut être enregistrée et accessible à l’acheteur en magasin qui pour cela n’aura qu’à scanner le code sur le produit. On veille ainsi à ce que les normes soient mieux respectées que ne le garantiraient les contrôles de l’état ou les labels certifiés puisqu’aussi bien les producteurs que les entreprises manufacturières documentent leur travail indépendamment les uns des autres. Du moins en théorie, car l’acheteur ne peut pas vraiment vérifier dans quelle mesure les étapes matérielles des produits sont véritablement transmises dans la chaîne de blocs.

LA CHAÎNE DE BLOCS EST-ELLE VRAIMENT SÉCURITAIRE?

La chaîne de blocs pourrait, partout dans le monde, apporter toutefois de grands changements pour les quelques 2,5 milliards de gens qui n’ont aucun accès au système bancaire. Diverses entreprises s’emploient à créer des cryptomonnaies qui répondraient surtout aux besoins de pays touchés par une grande pauvreté. En se connectant, ce qui ne nécessite qu’un simple téléphone intelligent, un accès Internet et un contrôle biométrique, on ouvre une infrastructure qui permettrait d’accorder par exemple des microcrédits destinés à de petites entreprises. Comme dans le cas du Bitcoin, les monnaies que l’on introduit ainsi ne nécessitent, gérées correctement,  aucune formalité administrative, sont à l’abri des falsifications et ne sont soumises à aucune institution centrale de contrôle.

Mais le dernier exemple notamment fait néanmoins apparaître un grand problème : la sécurité des données. Alors que les utilisateurs du Bitcoin ont accès à leur portefeuille via leur pseudonyme et leur mot de passe, les cryptomonnaies destinées à des régions plus pauvres se fient, par souci de simplification, à la biométrie, c’est-à-dire à l’identification par la reconnaissance du visage, de l’iris ou l’empreinte digitale. Étant donné que le stockage durable est dans la nature même de la chaîne de blocs, des brèches de sécurité pourraient irrévocablement mettre au grand jour les données privées de millions de gens. Outre leurs caractéristiques physiques, ce sont toutes les transactions des personnes concernées qui seraient disponibles. Ceci pourrait devenir un problème notamment en Europe où l’on teste l’identité numérique des réfugiés.

En 2019, soit deux ans après le buzz de la chaîne de blocs, force est de constater que la technologie a pu réellement s’établir dans certains secteurs. Et même les cryptomonnaies qui sont nées aux côtés du Bitcoin ne sont plus du tout de purs objets de spéculation. Si, contrairement à ce que certains avaient anticipé, des institutions, comme les banques et les fournisseurs d’électricité, n’ont certes pas été supplantées, elles ne sont plus pour autant dans certains secteurs sans concurrent.