Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Le cinéma queer d'origine allemande

Wieland Speck, conservateur de longue date de la section Panorama de la Berlinale et initiateur du Teddy Award, présente des films qui ont marqué le cinéma queer en Allemagne.
 

Die Schauspielerinnen Maria Schrader und Juliane Köhler in einer Szene des Films „Aimée und Jaguar“© picture alliance/United Archives

Des films qui ont marqué l'histoire queer

L'activiste et réalisateur gay Rosa von Praunheim, présent dès le début du mouvement, a su dire les choses avec son film Nicht der Homosexuelle ist pervers, sondern die Situation, in der er lebt (Ce n'est pas l'homosexuel qui est pervers mais la société dans laquelle il vit), titre du travail collectif qui permit à la société ouest-allemande, petit à petit à partir de 1970, de se libérer de l’obscur  Paragraphen 175 et d'arriver là où nous sommes aujourd'hui. Cet exemple montre parfaitement la force et l'impact que le cinéma peut avoir. La liste des films que nous présentons ici reflète ce chemin victorieux et motivant tout en proposant un cinéma de qualité exemplaire.

Nous proposons 16 grandes thématiques avec des films correspondants (en LETTRES CAPITALES) et des suggestions complémentaires ("entre guillemets"). Avec ces œuvres, nous mettrons en avant l'évolution de la société allemande. On trouvera aussi bien des films apparentés à la subculture que des œuvres relevant du mainstream. En tous les cas, celles-ci permettent de répondre à l’argument souvent avancé et selon lequel en Allemagne (Europe de l'Ouest), "c'était beaucoup mieux qu'ailleurs". Mais en Allemagne aussi, il fut un temps où les choses se passaient différemment, et c'était il n'y a pas encore si longtemps. On voit ici qu’à travers l’implication permanente du monde culturel, les avancées politiques sont bel et bien possibles.
 


Films lesbiens

L'ère des femmes dans les médias a inévitablement commencé et les lesbiennes sont enfin visibles. Dans les années 1970, nous lui avons accordé un maximum de dix ans jusqu'à ce que les femmes et les hommes soient représentés de façon égale dans la réalisation de films.

Une bonne quarantaine d'années plus tard, nous sommes encore loin d'y parvenir et, selon la norme actuelle, le quota 50-50 devrait en fait être de 45-45-10. Néanmoins, parmi les producteurs, dans le financement des films, les femmes sont maintenant représentées dans des proportions appréciables, près de la parité.

Et les films ? Lentement, ils arrivent aussi. Et ilssont lesbiens. En près de 40 ans de carrière en tant que conservatrice, le cinéma lesbien a été l'un des genres les plus recherchés ! Donc, à la fin de cette liste de recommandations, un tas de nouveaux films sur des thèmes lesbiens, tous réalisés par des femmes, sauf un...


Des trésors pour les films queer

Loin d'être exhaustive, cette liste vise à encourager la poursuite des recherches. Il est fortement recommandé de consulter la filmographie des réalisateurs mentionnés ici et de découvrir des films basés sur les bandes dessinées de Ralf König, des cinéastes artistiques et expérimentaux comme Michael Brynntrup et Bjørn Melhus, des maîtres anciens comme Heinz Emigholz et Werner Schroeter et des féministes comme Maria Lang, Ute Aurand et Ulrike Zimmermann qui en 2014, avec Vulva 3.0, ont produit un film extraordinaire sur la génitinité féminine.

De nombreuses coproductions allemandes transcendent le cadre habituel de la langue maternelle blanche, par exemple le long métrage turco-allemand Lola + Bilidikid de Kutluğ Ataman (1998) et Rafiki de Wanuri Kahiu (2018), co-production allemande avec le Kenya et l'Afrique du Sud.

Cinéma Européen

Il va sans dire que la recherche devrait également être étendue à la Suisse et à l'Autriche. Pour commencer, il y a les films de Daniel Schmid, F. est un salaud de Marcel Gisler (Suisse, 1998) et Der Kreis (The Circle) de Stefan Haupt (Suisse, 2014). Pour les films autrichiens, n'oubliez pas de consulter Wiener Brut de Hans Fädler (1984), Kater (Tomcat) de Händl Klaus, le documentaire Brüder der Nacht de Patric Chiha (2016), et une des meilleures histoires lesbiennes du moment : Marie Kreutzer's Der Boden unter den den Füßen (Le sol sous mes pieds) (2019).
 
La recherche de thèmes d'inspiration allemande dans le cinéma international, par exemple dans les films de Luchino Visconti et François Ozon, est également intéressante.
 
Les vôtres,
Wieland Speck

 
Berlin, mars 2019