Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Berlinale Blogger 2018
#BerlinalePeople : Jesse Cumming, programmateur/critique

Jesse Cumming
Jesse Cumming | © Jesse Cumming

Dans cette entrevue, Jesse Cumming, commissaire de films et auteur de Toronto, nous fait savoir quels collègues il a le plus hâte de voir à la Berlinale. En outre, Cumming, également membre de la Berlinale Talent Press, révèle ses priorités pour après la Berlinale.

De Jutta Brendemühl

Nom et rôle : Jesse Cumming, conservateur de films à Toronto, associé de programmation (TIFF), scénariste (Cinema Scope, MUBI Notebook, The Brooklyn Rail), publiciste occasionnel. Participe à la Semaine de la Critique de Berlin et au Talent Press de la Berlinale 2018

C’est votre 1re Berlinale – quelle est votre mission personnelle?
J’ai déjà trop de choses à faire. J’écris vraiment lentement, donc j’imagine qu’un des objectifs est d’être plus efficace en travaillant sur ma couverture pour le Talent Press. J’espère par le fait même avoir plus de temps pour les expositions, les panels de la Semaine de la Critique, les réunions, le rattrapage avec mes amis et collègues et, natürlich, les films.
 
Dans le cadre de la Semaine de la Critique de Berlin, que pensez-vous du rôle du cinéma en tant qu’espace culturel?
Il n’y a pas de pénurie de films ou de médias de nos jours, mais une grande partie est consommée et engagée de façon isolée. J’admire l’équipe dévouée de programmation des semaines des critiques qui présélectionnent des œuvres stimulantes, discordantes et même conflictuelles, et qui ouvrent un lieu de discussion et de travail dans un espace commun.
 
En tant que membre du Talent Press (une initiative de Berlinale Talents en collaboration avec la FIPRESCI et le Goethe-Institut), lequel de vos sept collègues êtes-vous le plus curieux de rencontrer cette année?
Excellente question! Tout le monde semble incroyablement doué et intéressant, mais j’ai particulièrement hâte de rencontrer Domoina Ratsara de Madagascar. Je connais très peu de choses sur le cinéma malgache, sans parler de l’état du cinéma et de la critique artistique, et j’ai hâte d’en parler avec elle.
 
Un film que vous espérez voir dans la programmation de la Berlinale :
C’est peut-être prématuré, mais je suis un grand admirateur de la cinéaste anglaise Joanna Hogg et j’aimerais beaucoup voir une de ses nouvelles œuvres au festival. Je sais qu’elle a travaillé sur un nouveau film, mais je sais aussi qu’elle prend son temps... Je suppose que nous ne nous en portons que mieux, même s’il faut attendre.
 
La plus grande distraction possible pendant la Berlinale :
Je perds un peu de mon « endurance » de festival, si bien que dormir des nuits complètes autant que possible pourrait bien me distraire. Mais je sais aussi que vivre à Kreuzberg au milieu de sa vie nocturne trépidante n’est pas très propice à ça…
 
Après la Berlinale, je vais... :
Lire un livre et faire une promenade! J’ai toujours besoin d’un peu de temps loin des écrans après un festival. Je prévois également de voir la nouvelle pièce d’Albert Serra à la Volksbühne, ce qui, je l’espère, m’aidera à sortir un peu plus doucement du mode cinéma.
 

Dans le cadre d’une série de mini-profils présentés sur le blogue German Film @ Canada sur les principaux acteurs qui font de la Berlinale l’un des événements les plus importants du calendrier cinématographique international : les cinéastes, les programmateurs, les conservateurs, les promoteurs de l’industrie et les visiteurs – des novices aux vétérans.