Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Berlinale Blogger 2018
#BerlinalePeople: Matthijs Wouter Knol, head of European Film Market

Matthijs Wouter Knol
Matthijs Wouter Knol | © Juliane Eirich

Dans cette entrevue, Matthijs Wouter Knol nous dit à quel point les coproductions allemandes sont importantes dans l'industrie cinématographique internationale et comment le Canada est lié au marché européen du film. Nous apprenons également quel film allemand est son film préféré.

De Jutta Brendemühl

Nom et rôle : Matthijs Wouter Knol, directeur de l’European Film Market (EFM) de la Berlinale depuis 2014; directeur de la programmation de Berlinale Talents de 2008 à 2014; membre de l’IDFA Industry Office de 2007 à 2008 et producteur de films documentaires à Amsterdam de 2001 à 2007.

C’est ma 12e Berlinale (et le 30e anniversaire du marché)!
J’ai visité l’EFM en tant que producteur depuis 2006, avant de commencer à travailler pour la Berlinale en 2008, donc le marché était ma première connexion au festival à Berlin.
 
Pourquoi le programme « Canada in Focus » à l’EFM 2018?
L’industrie canadienne a toujours assuré une forte présence à l’EFM : de nombreux films sont présentés lors de projections sur le marché, et le Canada occupe une place de choix au Martin Gropius Bau, le principal site de l’EFM. Le choix du Canada s’est naturellement imposé, d’autant plus que le pays est à l’avant-garde de l’innovation en matière de technologie et de cinéma, de nouveaux modèles de financement, de rapprochement des jeunes entreprises et des compagnies cinématographiques ou de promotion de la diversité dans l’industrie. C’est tout cela que l’EFM tient à souligner au sein des plateformes que nous avons développées au cours des dernières années.
 
La plus grande innovation/nouvelle initiative/adaptation aux nouvelles réalités et les tendances à l’EFM 2018 :
La plateforme d’innovation EFM Horizon s’est agrandie cette année et aborde des sujets tels que les chaînes de blocs et les modèles de financement, l’intelligence artificielle, l’avenir de la réalité virtuelle, les façons de créer une industrie plus diversifiée et plus puissante, ainsi que les façons que les producteurs et les agents modifient leurs modèles d’affaires. Par ailleurs, nous avons réorganisé notre plateforme pour les producteurs, le EFM Producers Hub, où le Canada présentera dix producteurs à suivre, et la plateforme pour l’industrie du documentaire, DocSalon. Téléfilm Canada sera l’hôte d’un déjeuner pour l’industrie du documentaire à Berlin cette année.
 
Qu’est-ce qui rend les possibilités de coproductions allemandes attrayantes sur le marché mondial?
C’est une question qui s’adresse plus à mes collègues du Marché de la coproduction de la Berlinale. Je dirais que c’est la longue liste de possibilités en matière de conception sonore, de montage et de postproduction en Allemagne, le nombre de coproducteurs expérimentés dans les différentes régions du pays… Et bien sûr, les nombreux fonds qui sont déterminés à soutenir les productions internationales.
 
Film ou coproduction allemande provenant d’un marché antérieur que je me réjouis de voir cette année :
Il y en a pas mal, mais l’un de mes films préférés est 3 days in Quiberon de la cinéaste allemande Emily Atef invitée en compétition à la Berlinale. Le film était aussi au Marché de la coproduction de la Berlinale, nos chers voisins de l’EFM.
 
L’avenir du cinéma : Netflix ou Zoo Palast Cinema, vidéo-sur-demande ou Criterion à domicile?
Je crois fermement qu’un film doit être vu de plusieurs façons : je veux le voir dans mon cinéma à Berlin-Schöneberg, mais peut-être aussi une fois de plus sur une plateforme de diffusion en flux. Le cinéma est un médium flexible qui s’est maintes fois adapté à l’évolution des contextes et des technologies. L’industrie a toujours trouvé un moyen de s’adapter aussi. Je pense qu’un marché comme l’EFM devrait aider à saisir les opportunités plutôt que de maintenir le statu quo à tout prix.
 

Dans le cadre d’une série de mini-profils présentés sur le blogue German Film @ Canada sur les principaux acteurs qui font de la Berlinale l’un des événements les plus importants du calendrier cinématographique international : les cinéastes, les programmateurs, les conservateurs, les promoteurs de l’industrie et les visiteurs – des novices aux vétérans.