L'église « Little Dutch »

  • Le cimetière de l'église « Little Dutch » © Goethe-Institut Montreal
    Le cimetière de l'église « Little Dutch »
  • Le cimetière de l'église « Little Dutch » © Goethe-Institut Montreal
    Le cimetière de l'église « Little Dutch »
  • Le cimetière de l'église « Little Dutch » © Goethe-Institut Montreal
    Le cimetière de l'église « Little Dutch »
  • Planche de l'église « Little Dutch » © Goethe-Institut Montreal
    Planche de l'église « Little Dutch »

L'église "Little Dutch"

En 1749, peu après que le gouvernement britannique eut envoyé au Canada 2 000 colons sous l'autorité d'Edward Cornwallis afin d'ériger une base militaire devant assurer la suprématie de la Grande-Bretagne sur la France, il devint évident que pour poursuivre la colonisation un plus grand nombre de colons et de savoir-faire devenaient nécessaires.

En 1749, peu après que le gouvernement britannique eut envoyé au Canada 2 000 colons sous l'autorité d'Edward Cornwallis afin d'ériger une base militaire devant assurer la suprématie de la Grande-Bretagne sur la France, il devint évident que pour poursuivre la colonisation un plus grand nombre de colons et de savoir-faire devenaient nécessaires. Environ 300 habitants de la partie sud-ouest de l'Allemagne en provenance du Palatinat (Pfalz) et du Wurtemberg ainsi que de la principauté française de Montbéliard et de la Suisse répondirent à une offre du gouvernement britannique proposant une traversée et une parcelle de terre à développer en échange de leur labeur de colonisateur. À leur arrivée au Canada, la région située à l'extérieur des palissades de la ville fut mise à la disposition des nouveaux immigrants afin d'être développée. Les nombreux colons décédés du typhus durant la traversée furent aussi inhumés sur une parcelle de terre de cette région. 
 
Lorsqu'il s'avéra que les nouveaux venus ne possédaient aucune connaissance de la langue anglaise, ces « protestants étrangers » ainsi que les 3 000 autres arrivants débarqués dans la région entre 1750 et 1753 exprimèrent le désir d'ériger une petite église allemande à proximité de la fosse commune où les colons décédés avaient été enterrés. Ceci afin de pouvoir pratiquer leur foi évangélique et assister au service du culte dans la langue allemande. Une simple cabane de bois fut alors érigée dans le cimetière. Plus tard, en 1760 on y ajouta un clocher et une girouette qui suivant une vieille tradition fut soudée au manche d'une vieille pelle. Jusqu'en 1786, la communauté ne put faire vivre de pasteur. Les services du culte y étaient alors célébrés par Johann Gottfried Torpel qui faisait alors office de maître d'école. En 1786, le pasteur Bernand Houseal arriva cependant d'Halifax pour desservir la communauté en tant que missionnaire. Étant donné sa popularité, il demeura dans ce poste jusqu'à sa mort survenue en l'année 1799. Il est enterré sous l'église « Little Dutch ».
 
Au cours des ans, au nord de la palissade, la communauté allemande se développa et fut désormais désignée par le nom de « Dutch Town ». Cette appellation particulière provient de l'anglicisation et de la déformation du mot allemand « deutsch ». En 1764, la communauté demanda de nommer cette région « Göttingen » d'après la ville allemande du même nom. Mais, après que la rue Brunswick, en référence à Braunschweig en Allemagne, fut construite et devint l'artère principale de circulation, ce nom fut de moins en moins employé. Aujourd'hui la popularité renouvelée de la rue « Gottingen » située dans le quartier « North End » de la ville d'Halifax est due à ses prix de location avantageux et à l'ouverture de petits commerces alternatifs.
 
Une promenade le long de la rue « Gottingen Street » en direction de l'église « Little Dutch » vous permet de découvrir un quartier multiculturel d'Halifax soumis à une rapide transformation. Aussi vaut-il la peine de visiter le cimetière de l'église « Little Dutch » pour y découvrir les noms de ces familles allemandes issues de ces premiers voyageurs venus coloniser la région.