Le musée d'immigartion du Quai 21

  • Le musée d'immigration du Quai 21 © Goethe-Institut Montreal
    Le musée d'immigration du Quai 21
  • Le musée d'immigration du Quai 21 © Goethe-Institut Montreal
    Le musée d'immigration du Quai 21
  • Plaque commémorative du Quai 21 © Goethe-Institut Montreal
    Plaque commémorative du Quai 21

Le Musée d’immigration du Quai 21

L’ancien embarcadère au Quai 21 du port d’Halifax fut entre 1928 et 1971 le point d’arrivée de plus d’un million d’immigrants originaires principalement d’Europe, qui traversèrent l’Atlantique sur de nombreux paquebots à la recherche d’une vie meilleure.

L’ancien embarcadère au Quai 21 du port d’Halifax fut entre 1928 et 1971 le point d’arrivée de plus d’un million d’immigrants originaires principalement d’Europe, qui traversèrent l’Atlantique sur de nombreux paquebots à la recherche d’une vie meilleure. En raison de son importance exceptionnelle dans l’histoire de l’immigration de ce pays, le Musée d’immigration du Quai 21 est un musée national canadien. Depuis la découverte de l’Amérique du Nord, les gouvernements britannique et français élaboraient des stratégies ciblées pour coloniser le Canada et s’assurer ainsi une position de force dans ce pays. La région maritime de la côte Est y joua un rôle décisif dans la mesure où elle était un point d’entrée populaire pour une grande partie des navires venant d’Europe et elle facilitait ainsi la colonisation du pays. En 1750 déjà, une première flotte britannique de treize navires sous le commandement d’Edward Cornwallis fit son arrivée avec un nombre impressionnant de 2 375 nouveaux arrivants - des hommes, des femmes et des enfants, venus pour coloniser cette ville fortifiée. Parmi ces nouveaux colons, environ 300 étaient germanophones et, dans les décennies qui suivirent, le nombre d’immigrants européens ne cessa de croître. En 1928, les modestes installations du Quai 2 furent remplacées par un grand hall pouvant accueillir les immigrants au Quai 21.
 
À leur arrivée, les immigrants étaient accueillis dans l’agitation du quai, avec toutes leurs possessions, par des religieuses et bénévoles de la Croix-Rouge. Ces bonnes âmes du quai prêtaient une oreille attentive à leurs angoisses, soucis et difficultés. Le fait d’immigrer marquait un tournant majeur dans la vie de chacun d’entre eux et, pour plusieurs, le poids de l’incertitude et du changement était lourd à porter. La longue traversée pouvant entraîner des problèmes de santé, certains avaient besoin de soins médicaux. Des services de traduction étaient offerts ainsi que des services de garde pour les enfants pendant que les parents se consacraient à l’obtention de leurs documents d’immigration. Après avoir attendu pendant quelques heures sur les bancs du hall d’arrivée, les familles étaient appelées par leur nom et libérées, dans l’incertitude, avec le sceau de « résident permanent » dans leurs passeports. 
 
Par le biais de nombreux courts métrages intéressants, le musée permet aux visiteurs de connaître l’histoire d’immigrants comme celle de Barbara Boldt (née Hartmann), qui arriva à Halifax en 1952 à bord du navire « Italia » et foula le sol canadien au Quai 21. Pour fuir l’Allemagne de l’après-guerre, cette jeune femme avait posé sa candidature au Canada en tant qu’employée de maison d’origine allemande et vaillante. Après avoir trouvé du travail, elle réussit même à faire venir ses frères. En plus de visionner les récits audiovisuels d’immigrants allemands, il est possible de suivre pratiquement toutes les routes empruntées par les navires qui ont navigué entre l’Allemagne et le Canada au fil des années. On trouve certaines informations en ligne, mais nous vous recommandons fortement de visiter le musée et de fureter dans les listes de passagers et les histoires familiales. Vous ne verrez pas le temps passer.

Site web
Histoire de l'immigration de Barbara Boldt