Le quartier historique de « Schmidtville »

  • Dresden Row, « Schmidtville » © Goethe-Institut Montreal
    Dresden Row, « Schmidtville »
  • Maisons de Schmidtville © Goethe-Institut Montreal
    Maisons de Schmidtville
  • Maisons de Schmidtville © Goethe-Institut Montreal
    Maisons de Schmidtville

Le quartier historique de « Schmidtville »

Christian Wilhelm Schmidt, originaire de Rottenburg, était à 22 ans capitaine de l'Artillerie royale étrangère du roi George III. C'est en raison de la révolution américaine qu'il se retrouva au Canada. Il s'installa à Halifax où il maria Elizabeth Pedley, fille du propriétaire terrien et négociant britannique James Pedley. Lorsqu'il mourut en 1807, celui-ci laissa en héritage à sa fille Elizabeth une grande parcelle de terre qui s'étendait à l'extérieur des fortifications de la ville et que l'on appelait « Pedley’s Field ».
 

Deux ans après le décès de son mari Christian Schmidt, survenue en 1928, Elizabeth divisa la parcelle de terre héritée de son père en 79 lots s'étendant entre les avenues « Springarden Road », « Dresden Row » et « Morris Row ». La désignation des rues « Dresden Row » et « Rottenburg » (aujourd'hui « Clyde Street ») réfèrent aux origines allemandes de Christian Schmidt, de même que la « Birmingham Street » s'inspire du lieu de naissance en Angleterre de James Pedley. Le quartier se développa rapidement en un faubourg grouillant de vie où marchands, artisans, fabricants de voiles et peintres de fresques y vivaient et y faisaient commerce. Le quartier fut baptisé « Schmidtville » et il se distingua par ses bâtiments aux lignes sobres de style grégorien. La popularité et la richesse croissante de ce quartier encouragèrent la construction occasionnelle de demeures de style victorien agrémentées d'ornements coûteux et des toits mansardés. Une autre curiosité architecturale connue sous le nom de « Spiegelhäuser » est également visible dans le voisinage. Il s'agit de bâtiments regroupant et abritant sous le même toit deux logements identiques et symétriques. 
 
Au cours du 20ème siècle, Schmidtville devint un lieu où des immigrants d'origine allemande, irlandaise, anglaise, italienne et écossaise s'établissaient. Un certain nombre de terrains furent transformés en surfaces commerciales et servirent de supermarché, de buanderie, de boutique de tailleur et de tabagie. Suite à l'explosion de 1917 qui dévasta Halifax, on ajouta un troisième étage aux maisons à deux étages afin de résoudre la pénurie de logements qui avait suivi.

Après la Deuxième Guerre mondiale, à cause du déplacement de la population dans la banlieue d'Halifax, la situation du quartier se dégrada et, lors du réaménagement urbain des années 60, la moitié des maisons furent détruites et remplacées par des aires de stationnement. Heureusement, une grande partie du vieux « Schmidtville » fut sauvée grâce à un programme financé par le gouvernement. Il s'en suivit un afflux de nouveaux propriétaires qui reconnurent la valeur du quartier et investirent dans sa revitalisation.
 
Aujourd'hui « Schmidtville » est à nouveau un quartier bouillonnant au cœur même d'Halifax. Il demeure un signe important du lien qui unit ce quartier à l'histoire de la colonisation.

   Site web