Mémorial et musée de l'holocauste

  • Le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal © Goethe-Institut Montreal
    Le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal
  • Le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal © Goethe-Institut Montreal
    Le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal
  • Le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal © Goethe-Institut Montreal
    Le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal
  • Le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal © Goethe-Institut Montreal
    Le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal
  • Le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal © Goethe-Institut Montreal
    Le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal

Mémorial et musée de l'holocauste

Durant le 20e siècle, entre les années 1947 et 1952 plus de 100 000 Juifs, survivants des camps de concentration nazis sont arrivés au Canada. Aucune vague migratoire n'ayant précédé ou suivi l'arrivée de ces milliers de survivants n'aura exercé un impact aussi important sur la communauté juive de Montréal. Parmi ces migrants, environ 30 000 d'entre eux firent de Montréal leur demeure. Considérant la proportion de ses habitants, Montréal est après Tel-Aviv et New York, la troisième ville ayant accueilli le plus de survivants de la Shoah.
 

Depuis 250 ans, la très dynamique communauté juive de Montréal est un élément essentiel de l'histoire du Québec, province majoritairement de langue française. En raison de leurs contributions à l'avancement de la société québécoise dans les domaines universitaires, culturels et économiques, la communauté juive a su consolider sa place au cœur de la métropole montréalaise. Depuis les premiers immigrants juifs arrivés en 1760 et établis en grande partie à Montréal et dans le sud de la vallée du Saint-Laurent, en passant par les nombreuses vagues migratoires dont celles très nombreuses du 20e siècle ainsi qu'avec l'accroissement naturel des familles, la communauté juive de Montréal compte aujourd'hui environ 91 000 âmes qui sont parties intégrales de cette métropole multiculturelle du Canada. 
 
De nombreuses associations caritatives juives, nationales ou régionales, ainsi que de nombreux citoyens ont consacré tous leurs efforts depuis 1947, souvent à plein temps et à long terme, à l'intégration de ces réfugiés profondément marqués et traumatisés par les méfaits du nazisme. Cette expérience laissa au sein de la communauté juive locale des traces profondes.

Suite à l'initiative et aux efforts de nombreux réfugiés, la ville de Montréal érigea en 1979 un mémorial de l'holocauste qui, par la suite et grâce aux 10 300 artefacts rassemblés sur la persécution des Juifs en Allemagne et en Europe, devint le plus important musée de la Schoah au Canada. Au centre du mémorial se tient une exposition permanente ainsi que d'autres expositions virtuelles ou itinérantes présentant l'histoire de la Schoah documentée par des survivants de l'holocauste.

Une attention particulière est portée aux enfants et aux jeunes afin de les sensibiliser plus directement. Ainsi, de nombreux programmes didactiques visant les enseignants du primaire et du secondaire sont offerts. À l'aide de documents personnels ayant appartenu aux victimes de la Shoah tels des photographies, des biographies, des curriculum vitae et autres objets ayant servi durant leur incarcération dans les camps de concentration, les visiteurs du mémorial ou les élèves dans leur classe ont l'occasion d'être sensibilisés à l'histoire de la haine de l'étranger, du racisme et de l'antisémitisme.

Suite à l'initiative et aux efforts de nombreux réfugiés, la ville de Montréal érigea en 1979 un mémorial de l'holocauste qui, par la suite et grâce aux 10 300 artefacts rassemblés sur la persécution des Juifs en Allemagne et en Europe, devint le plus important musée de la Schoah au Canada. Au centre du mémorial se tient une exposition permanente ainsi que d'autres expositions virtuelles ou itinérantes présentant l'histoire de la Schoah documentée par des survivants de l'holocauste. Une attention particulière est portée aux enfants et aux jeunes afin de les sensibiliser plus directement. Ainsi, de nombreux programmes didactiques visant les enseignants du primaire et du secondaire sont offerts. À l'aide de documents personnels ayant appartenu aux victimes de la Shoah tels des photographies, des biographies, des curriculum vitae et autres objets ayant servi durant leur incarcération dans les camps de concentration, les visiteurs du mémorial ou les élèves dans leur classe ont l'occasion d'être sensibilisés à l'histoire de la haine de l'étranger, du racisme et de l'antisémitisme.

Les questions portant sur l'indifférence déclarée de certains groupes communautaires vis-à-vis des phénomènes liés à la violence avec les conséquences qui en résultent sont ouvertement abordées.