La plus connue et la plus belle station d'essence du monde

  • La station d'essence Esso de Ludwig Mies van der Rohe © Goethe-Institut Montreal
    La station d'essence Esso de Ludwig Mies van der Rohe
  • La station d'essence Esso de Ludwig Mies van der Rohe © Goethe-Institut Montreal
    La station d'essence Esso de Ludwig Mies van der Rohe
  • La station d'essence Esso de Ludwig Mies van der Rohe © Goethe-Institut Montreal
    La station d'essence Esso de Ludwig Mies van der Rohe

La plus connue et la plus belle station d'essence du monde

Pas très loin du centre-ville, situé dans le sud-ouest de Montréal sur l’Île-des-Sœurs aux abords du fleuve Saint-Laurent, se trouve un petit bijou architectural créé par l'un des plus fameux architectes du XXe siècle : la station d'essence Esso de Ludwig Mies van der Rohe (1886 – 1969).

Mies, autodidacte passionné, architecte et designer, devenu au tournant du siècle avec ses collègues Le Corbusier en France et Frank Lloyd Wright aux États-Unis une icône du modernisme, a aussi établi sa réputation en tant que dernier directeur du Bauhaus. Durant les années 30, cette école révolutionnaire reconnue internationalement pour son influence sur l'architecture et l'industrie du design fut dissoute par les nazis et Mies fut contraint à l'exil aux États-Unis. 
 
Dans sa nouvelle patrie d'adoption, Mies commença une seconde carrière qui devait lui apporter au cours des trois décennies suivantes une reconnaissance et une renommée internationales. Parmi ses réalisations particulièrement remarquables, il y a le campus de l'Université IIT (1940), les tours d'habitation du 860–880 Lake Shore Drive à Chicago (1950/1951), le "Seagram Building" à New York (1954/1958) ainsi que sa toute dernière œuvre la Neue Nationalgalerie de Berlin (1969). La station d'essence de Montréal, sans doute l'un de ses projets les plus insolites, a vu le jour durant cette période. Elle est pour l'amateur d'architecture un exemple parfait pour comprendre l'essence de la théorie et de la pratique du langage architectural de Mies. 
 
En 2011, la firme d'architectes FABG de Montréal, spécialisée dans l'architecture culturelle, a rénové et transformé l'ancienne station d'essence menacée d'effondrement en un centre de loisirs intergénérationnel. Le centre, appelé 'Maison des générations', respecte pour la majeure partie les éléments, les idées et les concepts de Mies dont l'intégration alors novatrice de matières nouvelles telles l'acier, le ciment et le verre ainsi que les nouvelles technologies appliquées permettant de réaliser des architectures plus esthétiques et de meilleures qualités. 
 
La station d'essence révèle en réalité et presque par magie, tant pour le connaisseur que pour l'amateur, la fameuse moto de Mies, "moins est plus," basée sur l'objectif ultime que "le pratique et le beau se rejoignent."

Le toit autoportant flotte sur 12 poutres en acier soudées qui s'étendent sur deux structures de verre indépendantes l'une de l'autre. Celles-ci abritaient jadis d'un côté l'atelier de travail et la salle de vente et de l'autre côté, le poste d'essence. Les deux structures sont séparées par un petit cube vitré qui sert aujourd'hui de dépôt de clés pour un programme d'autopartage montréalais.
La géniale simplicité de l'architecture est mise en évidence par le contraste entre les poutres soudées laquées de noir et les panneaux émaillés de blanc comme celui sous la couverture de la toiture où sont installées des bandes lumineuses géométriques émanent de tubes fluorescents mettant en relief la remarquable architecture. 
 
Lors de votre visite, il faut aussi noter le site choisi par Mies à cause de l'importance accordée par l'architecte à l'aménagement paysager et à l'intégration de la station d'essence dans le quartier résidentiel adjacent. Ces éléments revêtaient pour Mies autant de signification que la construction de la station d'essence elle-même.