David Oppenheimer

  • Statue d'Oppenheimer à l'entrée du Stanley Park © Goethe-Institut Montreal
    Statue d'Oppenheimer à l'entrée du Stanley Park
  • Oppenheimer Park © Goethe-Institut Montreal
    Oppenheimer Park

Un homme d'affaires influent

À première vue, le « Warehouse Studio » dans le quartier Downton Eastside ne présente rien de spectaculaire. Mais l’histoire du plus ancien bâtiment en briques de Vancouver est aussi passionnante que l’émergence de cette métropole de plus de deux millions d’habitants. La vedette rock Bryan Adams acheta en 1989 cette bâtisse délabrée, détruite en partie par un incendie, et la fit rénover à grands frais. Cent deux ans auparavant, en 1887, les frères Oppenheimer, originaires d’Allemagne, l’avaient fait construire pour leur commerce de gros de produits alimentaires. Ce même bâtiment devint plus tard le premier hôtel de ville de Vancouver et, en 1888, l’un des deux frères, David Oppenheimer, en gravira les plus hautes marches.

Né en 1832 à Blieskastel, qui se trouvait à l’époque en Bavière, David Oppenheimer émigra en Amérique, comme bien d’autres Allemands, pour échapper au chaos créé par la révolution allemande de 1848-1849. Attiré par la ruée vers l’or, il se rendit avec ses frères à la Nouvelle-Orléans et ensuite en Californie. Ils y fondèrent en 1858 la compagnie The Oppenheimer Group, qui fournissait aux chercheurs d’or l’équipement dont ils avaient besoin pour leur travail. Cette même ruée vers l’or les attira enfin dans la vallée du fleuve Fraser, plus au nord. Tandis que trois des frères géraient les affaires dans la vallée, David Oppenheimer s’intéressait au potentiel que représentait la spéculation immobilière dans ce qui est aujourd’hui l’agglomération urbaine de Vancouver. Aussi en 1878, il déménagea avec son frère Isaac à Coal Harbour et Granville pour y acheter des terres.

Six ans plus tard, David Oppenheimer était si influent qu’il réussit à convaincre le gouvernement de la Colombie-Britannique de déplacer le centre de transbordement du chemin de fer de Port Moody à Coal Harbour. Grâce à cette relocalisation, cette communauté, qui allait plus tard s’appeler Vancouver, connut une croissance économique remarquable. Or, comme par hasard, les terrains à Coal Harbour appartenaient à David Oppenheimer. À l’époque, ceux qui parvenaient à conclure des affaires avec la Canadian Pacific Railway n’avaient plus de soucis financiers à se faire. Mais David Oppenheimer était ambitieux, et son désir était d'atteindre le haut de la hiérarchie.

Lors de la fondation de Vancouver en 1886, David et Isaac obtinrent chacun un siège au nouveau conseil municipal. Deux ans plus tard, David Oppenheimer fut élu adjoint au maire de la ville nouvellement fondée. Pendant son mandat, il connut de grands succès, dont la ville se souvient encore aujourd’hui. À titre d’exemple, on peut entre autres admirer un buste à sa mémoire au parc Stanley, au bout de l’avenue Beach. Dans le quartier japonais Japantown, derrière le Downtown Eastside, un parc a été nommé d’après lui. Enfin, une école primaire porte son nom dans le sud de Vancouver. Après le succès remporté grâce à son habile stratégie auprès de la Canadian Pacific Railway, David Oppenheimer contribua largement à la création du parc Stanley et s’engagea activement pour le développement d’infrastructures à Vancouver, comme la construction de rues et de canalisations, l’alimentation en électricité et l’élargissement du réseau de tramways.

En 1891, David Oppenheimer démissionna de son poste - officiellement pour des raisons de santé. Mais son rival, William Templeton, qu'il avait défait aux élections, diffusa une autre version, selon laquelle les intérêts économiques personnels d’Oppenheimer auraient pris une importance démesurée et seraient entrés en conflit avec sa fonction officielle. En 1897, David Oppenheimer succomba à un infarctus le soir du Jour de l’An, un jour avant de célébrer son 64e anniversaire. William Templeton fut élu maire la même année et fit rapidement rebaptiser la rue Oppenheimer en rue Cordova. La dépouille de David Oppenheimer fut exposée dans l’ancien temple franc-maçon au coin des rues Cambie et Cordova, avant d’être transportée à Brooklyn, New York, pour y être enterrée au cimetière juif. L’héritage personnel de David Oppenheimer demeure toutefois et le « Oppenheimer Group », qu’on appelle affectueusement Oppy, existe encore aujourd’hui.

 Site web