L'Edelweiss Credit Union

  • German Canadian Heritage Plaza © Goethe-Institut Montreal
    German Canadian Heritage Plaza
  • St. Mark's Lutheran Church © Goethe-Institut Montreal
    St. Mark's Lutheran Church
  • Vancouver Alpen Club © Goethe-Institut Montreal
    Vancouver Alpen Club
  • Plaque commémorative de l'Edelweiss Credit Union, German Canadian Heritage Plaza © Goethe-Institut Montreal
    Plaque commémorative de l'Edelweiss Credit Union, German Canadian Heritage Plaza

L'« Edelweiss Credit Union »

Le concept de coopératives de crédit remonte au milieu du 19e siècle avec la création des premières succursales de la Raiffeisenbank dans les régions rurales et de la Volksbank dans les régions urbaines de l'Allemagne. D’autres coopératives de crédit furent créées peu de temps après dans d’autres pays d’Europe. À titre d’organisations d’entraide dédiées à la classe moyenne commerçante et agricole, elles accordaient des prêts à ses membres principalement sous forme de prestations de soutien.

S’inspirant de ce principe d’entraide, Michael Bach fonda l’«Edelweiss Credit Union of Vancouver » en 1943. Cette institution financière devait permettre aux immigrants allemands d’obtenir des prêts qui leur étaient refusés par d’autres banques, et particulièrement par les banques britanniques, en raison de leur origine ethnique. Les prêts de l'« Edelweiss Credit Union » étaient accordés sur le principe de la confiance et uniquement aux Allemands établis au Canada.

Michael Bach s’était établi en Alberta en 1924 en tant que fermier avant de quitter pour Vancouver en 1936 avec sa femme et leurs cinq enfants. Étant lui-même un immigrant allemand, il comprenait les problèmes auxquels tout immigrant est confronté, telles la barrière de la langue et l'adaptation à de nouvelles coutumes. Il fit donc de nécessité vertu et s’adressa à la communauté allemande, étroitement associée au Alpenclub fondé à Vancouver en 1935, à qui il proposa de créer une banque coopérative. Croyant que cette entreprise serait vouée à l’échec en raison du faible volume de capitaux, les membres accueillirent cette proposition avec scepticisme, mais ils y acquiescèrent finalement et investirent. L'« Edelweiss Credit Union » démarra en 1943 avec treize membres et un capital initial de 58 dollars américains. En 1962, elle comptait déjà 1 200 membres et son capital social était passé à 344 000 dollars américains.

Aujourd’hui, l'« Edelweiss Credit Union » n’existe plus, mais son héritage perdure dans la Prospera Credit Union, qui compte seize succursales en Colombie-Britannique et 63 000 membres. Prospera est née de la fusion de l'« Edelweiss Credit Union » et de la Fraser Valley Credit Union d’Abbotsford, fondée en 1949 dans des circonstances semblables. On notera au passage qu’une grande communauté d’Ukrainiens mennonites d’origine allemande vit à Abbotsford.

Aujourd’hui, la Prospera offre un grand nombre de produits financiers à tous les groupes eth-niques de Colombie-Britannique, tout en restant fidèle à la communauté allemande, comme en témoigne son soutien à la German-Canadian Benevolent Society, active dans de nombreuses villes. Cette société s’occupe de personnes âgées et soutient vingt et une résidences pour aînés en Colombie-Britannique.À cela s’ajoute la Place de l’Allemagne, créée en 1986 à l’occasion de l’exposition universelle et située près de l’église évangélique-luthérienne St. Markus. Avec des services religieux en allemand et en anglais, cette église accueille des Canadiens d’origine allemande et des fidèles non germanophones. Le Vancouver Alpenclub connaît actuellement un nouvel essor, particulièrement auprès des immigrants asiatiques. Tous ces lieux sont étroitement liés, ils sont situés les uns près des autres, et les communautés qui les animent , se réjouissent d’accueillir des visiteurs.