Gustav Roedde

  • La propriété de Gustav Roedde © Goethe-Institut Montreal
    La propriété de Gustav Roedde
  • À l'intérieur de l'ancienne maison de Roedde © Goethe-Institut Montreal
    À l'intérieur de l'ancienne maison de Roedde
  • À l'intérieur de l'ancienne maison de Roedde © Goethe-Institut Montreal
    À l'intérieur de l'ancienne maison de Roedde

Un relieur allemand

Il y a plus de 120 ans, Gustav Roedde fit construire une propriété pour sa famille dans le quartier actuel de Westend à Vancouver. Cette somptueuse demeure de l’époque victorienne est située à côté du magnifique Barclay Heritage Square Park. En 1893, la ville de Vancouver, qui avait été fondée tout juste sept ans auparavant, ne comptait aucun atelier de reliure. Le livre étant à l’époque ce que l’ordinateur est aujourd’hui à la nôtre, Gustav Roedde y vit une opportunité et partit pour l’Amérique.

Gustav arriva au Canada via les États-Unis. Il avait quitté l’Allemagne en 1881 et rencontré dans l’État de l’Ohio sa femme Matilda, originaire d’Helgoland. Avec elle, il se déplaça vers le nord-ouest, s’arrêtant premièrement à Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique, et enfin dans la ville de Vancouver, fondée en 1886. À peine deux ans plus tard, il ouvrait son premier atelier de reliure.

Né en 1860 à Großdodungen, en Thuringe, Gustav Roedde apprit le métier de relieur à Leipzig. Vingt ans plus tard, il se trouvait au bon endroit au bon moment, car Vancouver allait connaître une période de prospérité au cours des années suivantes, prospérité dont il profita et qui lui permit de s’offrir une maison de style victorien, où il fondit une famille de six enfants. Quelques-uns de ses petits-enfants vivent et travaillent encore à Vancouver, et s’intéressent activement à cette maison. L’atelier de reliure, auquel s’ajouta une imprimerie, est aujourd’hui la propriété d’autres action-naires, mais elle porte toujours le nom de G.A. Roeddde.

La Maison Musée Roedde permet aux visiteurs de retourner dans le passé et, plus précisément, de s’imaginer comment une famille d’immigrants de la classe moyenne supérieure vivait il y a 120 ans. On peut notamment y voir quels objets étaient utilisés au quotidien. En guise de préparation à la visite, les jeunes enfants d’âge scolaire auront plaisir à regarder la vidéo sur les deux petites-filles de Gustav Roedde. En effet, les souvenirs de Gwen et Kay, qui étaient de petites filles au début du 20e siècle, font revivre admirablement cette époque révolue.

 Site web du musée