Organismes pour réfugiés Sans choix, avec voix

Des réfugiés manifestent à l’Oranienplatz de Berlin.
Des réfugiés manifestent à l’Oranienplatz de Berlin. | Photo: © Leif Hinrichsen

Les réfugiés en Allemagne ont fondé de nombreuses organisations qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits. Leurs activités reposent invariablement sur l’appel à une plus grande indépendance par le biais du réseautage.

Chu Eben se rappelle encore de sa douloureuse épreuve dans les centres de réfugiés : ils étaient quatre étrangers confinés dans une salle de douze mètres carrés, restreints dans leur liberté de mouvement, sans argent pour des cours de langue et ne sachant quand ni comment ce « supplice des limbes » prendrait fin. « Vous ne pouvez pas laisser quelqu’un vivre isolé pendant des années dans un centre seulement parce qu’il existe dans des limbes juridiques », raconte Chu, aujourd’hui.

« Aujourd’hui », c’est 17 ans après que le réfugié du Cameroun ait rejoint l’Allemagne. Il a d’abord été logé dans un camp de réfugiés de la ville d’Eisenhüttenstadt, dans le Brandebourg, sous des restrictions de résidence appliquées à tous les réfugiés qui ne leur permettent de quitter leur district assigné qu’avec l’autorisation des autorités de l’immigration. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) a qualifié ce règlement d’incompatible avec le droit international et a appelé les autorités et les tribunaux allemands à revoir l’obligation de résidence plusieurs fois, en vain. Dans la plupart des États fédéraux allemands, les demandeurs d’asile n’ont pas le droit de s’adresser directement à un médecin ou d’appeler une ambulance sans avoir préalablement reçu l’autorisation de l’autorité responsable. « Une pression constante sur le corps et l’âme », selon Chu.

Chu et quelques amis ont résolu d’améliorer leur situation par eux-mêmes. « Nous avons vite compris que nous avions besoin d’un concept pour nous permettre d’échanger de l’information dans les centres et de nous mettre en réseau », dit-il. L’idée de formations informatiques pour réfugiés leur est venue à l’esprit, et ils ont créé l’organisme « Refugees Emancipation » en recrutant des bénévoles parmi les étudiants à l’Université technique de Berlin et les employés d’un magasin d’informatique. Refugees Emancipation gère actuellement un café Internet dans les bureaux de Potsdam et d’autres centres de réfugiés, y compris Luckenwalde, Prenzlau et Eisenhüttenstadt. Le programme n’est pas sans embûches : on y manque de matériel et de continuité, car beaucoup de bénévoles ne peuvent pas, à long terme, se permettre les déplacements et le temps nécessaire pour fournir un soutien. L’État n’offre également pas de fonds pour les cours, et de nombreux centres refusent même de mettre des salles à la disposition de l’organisme. « La société civile, dit Chu, doit comprendre à quel point il est important que les réfugiés mettent en place des structures pour améliorer leur qualité de vie. »

UNE VIE EN SUSPENS

Selon le UNHCR, environ 73 000 demandes d’asile ont été soumises aux autorités allemandes en 2014. Entre 20 000 et 30 000 personnes n’ont reçu des administrations que des documents provisoires avant qu’une procédure d’asile puisse être entamée.

Chu a désormais un permis de séjour, mais il trouve sa situation encore instable et ne se sent pas suffisamment intégré. « C’est important de participer à la vie sociale. Si le gouvernement donnait aux demandeurs d’asile un plus grand sentiment de liberté, de nombreux réfugiés auraient plus de force pour aller de l’avant. »

Plusieurs projets initiés par les réfugiés veulent maintenant éliminer les restrictions. Par exemple, des réfugiées de toute l’Allemagne ont occupé l’Oranienplatz de Berlin dans un camp afin de manifester contre la politique d’asile allemande. Le camp a été levé, mais le mouvement se poursuit. « Avec l’occupation de l’Oranienplatz, nous avons montré aux réfugiés d’Europe qu’ils pouvaient défendre leur cause », affirme Adam Bahar, âgé de 33 ans, qui a fui le Soudan en 2012 en passant par huit pays avant de rejoindre Berlin. Après avoir séjourné dans l’une des tentes du square, il demeure politiquement engagé et organise des manifestations d’information et des marches de protestation.

les réfugiés Se mobilisent de plus en plus

Mbolo Yufanyi s’oppose également depuis de nombreuses années à l’exclusion sociale des personnes en quête de protection. Sa vie étant en danger au Cameroun, il a fui le pays en 1998 vers l’Allemagne et est devenu membre de l’organisme pour réfugiés The Voice Refugee Forum Deutschland en 1999. « Pour nous, c’était évident : nous n’avons pas le choix, mais nous avons une voix », dit Yufanyi. Depuis Mühlhausen, en Thuringe, il travaille avec d’autres réfugiés engagés pour étendre le mouvement à d’autres États fédéraux et organise de grandes campagnes contre l’obligation de résidence, l’expulsion, les pratiques dans les prisons et la brutalité policière.

L’objectif principal de The Voice est toujours d’aider les réfugiés à lutter pour leurs droits et de rappeler qu’ils doivent eux-mêmes s’engager dans la lutte, dit Mbolo, qui a un doctorat en foresterie. « Nous vivons dans une société où chaque jour on sent qu’on n’est pas voulus. Les réfugiés sont en bas de l’échelle sociale. Il n’y a plus de frontière interallemande, mais il y a encore beaucoup de barrières contre les étrangers. » Néanmoins, les réfugiés s’organisent de plus en plus et luttent pour leurs droits. « Afin de s’assurer un meilleur avenir, le réseautage est le nec plus ultra », explique Mbolo.