La Nuit Blanche de Montréal au Goethe-Institut Les Jardins de l’enchantement

Les Jardins de l’enchantement
Les Jardins de l’enchantement | © Marie-Pierre Poulin

Tout en finesse, la Nuit blanche de l’édition 2017 du Goethe-Institut s’est déroulée sous le thème Les Jardins de l’enchantement. À l’intérieur, la lumière, la création en papier découpé de Mere Phantoms, ainsi que le paysage sonore aérien teinté de l’influence de R. Murray Schafer de Navid Navad étaient à l’honneur. Les vitrines de l’édifice sont devenues support de projection, offrant un jeu de transparence entre l’intérieur et l’extérieur, et accueillant une œuvre audiovisuelle interactive.

Le duo d’artistes montréalaises Mere Phantoms, formé de Maya Ersan et Jaimie Robson, s’inspire des traditions du théâtre d’ombres, des débuts du cinéma et des papiers découpés. Elles réalisent des performances et des installations participatives qui se situent entre le spectacle et l’expérience. Habituées de confectionner des constructions tridimensionnelles architecturales, elles ont trouvé un point d’intersection pour le Goethe-Institut en adoptant la tradition artistique allemande du papier découpé, le Scherenschnitt, qui préconise des petites scènes rurales et villageoises. L’histoire de l’art allemande compte de nombreux artistes qui pratiquent cet art, dont l’artiste Adèle Schopenhauer (1797-1849), soeur du philosophe Arthur Schopenhauer. L’idée de développer une installation autour du concept du jardin public allemand s’est greffée par elle-même. L’architecture, étant une forme et un thème omniprésents dans leur pratique, le sujet de jardin, quant à lui, adresse de la nouveauté chez elles. Lors d’un entretien avec le duo, elles me partageaient le défi de travailler avec une matière bidimensionnelle- le papier découpé - afin de produire un résultat tridimensionnel - l’ombre portée. « Le médium final est toujours l’ombre et le papier est une manière d’obtenir ce résultat. Dans la pratique traditionnelle le papier est la forme artistique », m’expliquait Maya Ersan. Sur des surfaces basses, elles ont agencé une composition de maquettes de papier qui juxtapose une végétation sauvage et dense avec une organisation de l’espace public (petites maisons, château, etc.), orientées vers l’aspect décoratif et la silhouette.
 
Lors de la Nuit blanche, une dimension participative et performative s’est ajoutée à l’œuvre : les visiteurs étaient conviés à créer des constructions en papier découpé autour des thèmes de la nature et de l’Expo 67, spécialement le pavillon de l’Allemagne conçu par Frei Otto. Ces maquettes ont ensuite été ajoutées à l’installation et tout un chacun pouvait les éclairer avec une lampe spécialement conçue par les artistes pour cet usage. La puissance de la lumière apporte des jeux d’ombres et de lumière dynamique sur les murs intérieurs d’une salle du Goethe qui fond écho, par transparence, sur une vitrine de l’édifice. Les autres jours, une version d’ombres statiques demeure visible de l’extérieur.
 

  •  Les Jardins de l’enchantement © Goethe-Institut
    Les Jardins de l’enchantement
  • Le fantôme dans PacMan aux Jardins de l’enchantement © Goethe-Institut
    Le fantôme dans PacMan aux Jardins de l’enchantement
  • Le pavillon de l'EXPO '67 aux Jardins de l’enchantement © Marie-Pierre Poulin
    Le pavillon de l'EXPO '67 aux Jardinsde l’enchantement
  • L'illumation des Jardins de l’enchantement © Marie-Pierre Poulin
    L'illumation des Jardins de l’enchantement
  • Participants à la Nuit Blanche de Montréal © Goethe-Institut
    Participants à la Nuit Blanche de Montréal
  • Œuvres des participants à la Nuit Blanche de Montréal © Marie-Pierre Poulin
    Œuvres des participants à la Nuit Blanche de Montréal

Mere Phantom collabore très souvent avec des artistes sonores. Pour ce projet, le fait qu’un artiste crée une installation individuelle, qui interprète leur œuvre, représente une première. Artiste montréalais multidisciplinaire, compositeur, adepte de transmuer la matière, Navid Navad a élaboré une installation audiovisuelle dont le visuel est issu du travail de Mere Phantoms . Il a spécifiquement composé cette pièce pour le piéton qui passe devant le Goethe-Institut. Il a voulu engendrer une situation dans laquelle ce dernier sorte de son intériorité et de sa routine de se déplacer du point A à B, en accordant soudainement de l’attention à ses sens, et conséquemment à son corps.
 
  • L'installation audiovisuelle de Navid Navad © Esther Bourdages
    L'installation audiovisuelle de Navid Navad
  • L'installation audiovisuelle de Navid Navad © Esther Bourdages
    L'installation audiovisuelle de Navid Navad
  • L'installation audiovisuelle de Navid Navad © Goethe-Institut
    L'installation audiovisuelle de Navid Navad
À priori, la surface dévoile au loin une simple projection vidéo : les images incarnent des ombres, une réflexion en deux dimensions d’une luxuriante végétation en noir et blanc. Cependant, dans l’espace d’un instant, tout geste, tout mouvement devant cette œuvre agit en mode action-réaction qui déclenche l’interactivité. À ce moment, le son de l’eau se fait entendre et renvoie à l’image : la surface devient «troublée», elle tend à sortir de son cadre en se liquéfiant et produisant une distorsion matérielle fluide sous la forme d’un effet de vague. Le mouvement de la surface ne correspond pas à une simple représentation visuelle du sonore, mais au résultat de la relation du geste-mouvement-son-image-mouvement. Navad propose de la sorte une expérience immersive et affective qui enveloppe le participant. Désirant éviter toute pollution sonore avec le contexte urbain très bruyant du Goethe-Institut, l’artiste a choisi la simplicité du son d’une chute d’eau, une sonorité matérielle concrète, rapide à identifier, afin d’attirer l’attention du passant dans son dispositif.
 
Les Jardins de l’enchantement, c’est cette magie qui s’opère face aux possibilités infinies qu’offrent les projections d’ombres et la transformation d’images-ombres en liquide.
 
Esther Bourdages tient à remercier les artistes pour le temps alloué aux entretiens.