Hannah Wilke Mon empreinte CO2 personnelle

Louer un(e) allemand(e). Hannah Wilke au Collège "Pierre et Marie Curie", Abidjan
© Goethe-Institut Côte d'Ivoire / Espérance Kouamé

(frz.) J'ai eu l'occasion d'être louée dans le cadre du projet „Louer un Allemand“ un mardi dans le mois de mai. Quand Espérance, ma collègue de la bibliothèque du Goethe-Institut, m'a donné le thème, tout de suite, trés motivée, je me suis mise à la préparation du cours.

„Le changement climatique planétaire – Combien de CO2 peut supporter notre planète?“ Le changement climatique, la protection de l'evironnement et  la consommation de CO2 ne sont pas seulement des thèmes importants en Allemagne mais aussi dans les classes de terminale en Côte d'Ivoire. C'est un thème qui nous concerne tous. Ce que je voulais exactement partager avec les élèves, c'est que les personnes en Allemagne, en Côte d'Ivoire, tous les hommes de tous les pays consomment du CO2 et que nous tous laissons nos empreintes CO2 personnelles.

Espérance et moi sommes allées au collège „Pierre et Marie Curie“ à Abidjan et étions accueillies très chaleureusement. L'enseignant me montra d'abord toutes les classes d'allemand. Les élèves se rejouissaient avec des applaudissements et etaient curieux de savoir qui se trouvaient devant eux.
Je me présentai brièvement dans chaque salle de classe, mais je devais laisser les élèves qui etaient tristes parce qu'ils espéraient que je reste avec eux. Enfin, je suis allée dans la classe de terminale ou j'ai commencé mon cours.

Je voulais montrer à travers des choses quotidiennes, combien de CO2 nous consommons, ce qui surprit les élèves. Chaque allemand consomme environs 30 kg de CO2 par jour. Saviez-vous que nous consommons déjà 70g quand nous préparons une tasse de café? Et qu'une douche chaude de trois minutes demande prèsque 3 kg? 

Á cette occasion les élèves voulaient savoir ce que nous, les Allemands, nous faisons contre le réchauffement climatique. On devrait bien sûr prendre une douche chaude parce qu'il fait toujours froid chez nous. Je devais avouer que j'aime aussi prendre une douche chaude en hiver. Je racontais aux élèves qu'en revanche, je fais beaucoup le vélo pour consommer moins de CO2. 

J'ai pu donner un aperçu de ce que nous faisons en Allemagne contre le rechauffement climatique. À la fin nous avons fortement échangé sur ce que chacun de nous peut faire conte le changement climatique.
Les élèves étaient très motivés de reduire aussi leur propre empreinte carbone et j'ai compris de quelle importance relève ce thème. On devrait sensibiliser tous les enfants et les jeunes sur cette problematique.

A la fin du cours, les élèves posaient des questions plus personnelles et etaient trés curieux de savoir ce que je fais exactement en Allemagne. Malheureusement, le temps passa tellement vite qu'on sonna pour la récréation. Après le cours, ma collègue Espèrance et moi fûmes conviées à un déjeuner et après l'entrevue avec le directeur nous retournâmes au Goethe-Institut.

L'échange a été également une très belle expérience pour moi et je voudrais à cet effet remercier toutes les personnes qui l'ont rendue possible: Espérance, le professeur d'allemand de „Pierre et Marie Curie“ et les élèves qui ont enrichi ce cours.
La convivialité et l'esprit d'ouverture que j'ai rencontrés ce jour-là, resteront toujours gravés dans mes souvenirs.