Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Groupe du mois
Pohlmann

Pohlmann
Pohlmann | © Benedikt Schnermann

Ingo Pohlmann, dont le nom d’artiste est tout simplement Pohlmann, est synonyme d’acoustique, d’optimisme, de chagrins d’amour et de sincérité. Son tube de 2006 « Wenn jetzt Sommer wär » (Si l’été était déjà là) est celui qui a rencontré le plus de succès jusqu’à aujourd’hui – même s’il attend encore de percer définitivement.

Du bar à la scène : ou comment Pohlmann devint musicien


Pohlmann est né en 1972 à Rheda-Wiedenbrück où il effectue sa scolarité, terminant par un diplôme de maçonnerie. Après son service civil, il passe son baccalauréat professionnel à Münster et déménage à Hambourg par la suite. Pohlmann devait initialement reprendre l’entreprise de bâtiment familiale pour suivre les traces de son père. Mais au lieu de cela, il devint musicien.

À partir de 1999, il joue dans le groupe Goldjunge. Ils se produisent entre autres en première partie de Nena. Malheureusement, le groupe se sépare et Pohlmann commence à travailler dans un bar. En plus de servir au bar, il enchante le public avec sa musique. Le musicien Henning Wehland, présent un soir au bar, voit un bon potentiel en Pohlmann. En 2006, ils produisent son premier album Zwischen Heimweh und Fernsucht (Entre mal du pays et envie de partir).

En 2007, Pohlmann a eu l'honneur de représenter le land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie au Bundesvision Song Contest [concours dont le gagnant représente l’Allemagne à l’Eurovision]. Son titre « Mädchen und Rabauken » (« Les filles et les loubards ») obtient la cinquième place. Il participe à nouveau au concours en 2013 avec le titre « Atmen » (« Respirer »). Mais cette fois-ci, il n’obtient que la douzième place.
Pohlmann est un guitariste autodidacte, avec son groupe, il organise à la fois des tournées et des concerts « classiques », mais aussi des tournées dans des bars - on le retrouve donc parfois là où sa carrière a débuté.
Comme la plupart des groupes, Pohlmann a aussi un rituel immuable avec son groupe avant chaque concert : ils jugent mutuellement leurs chaussures !
Son cinquième album est sorti en 2017.

Du chagrin d'amour jusqu'au blues critiquant la société

Les textes de Pohlmann sont écrits exclusivement en allemand, un mélange réussi de pop, rock, folk et de musique de rue.
L'homme de 46 ans écrit sur tout : sur ce qu'il voit, ce qu'il vit, ce qu'il ressent et... sur ce qui l'agace. Il dévoile ainsi une vérité sans fard, conscient qu'il n'est pas le seul à connaître de telles situations. Ses textes touchent en plein dans le mille – certains étant plus directs que d'autres.
Dans la chanson « Mädchen und Rabauken » (« Les filles et les loubards ») avec laquelle il avait participé au Bundesvision Songcontest, il thématise par exemple un béguin à sens unique et le besoin de vouloir ce que l'on ne peut avoir.

Les filles en rêvent toujours
Du garçon qui leur décroche la lune
Les filles rêvent des regards qui se croisent
De danses en s'avouant mutuellement son amour
Après, les loubards arrivent
En fanfare
Et soufflent dans leurs crêtes de coq
Qu'aucune ne les aura
Et ce que l'on ne peut pas avoir
C'est ce que l'on veut avoir
Même si l'on risque
d'y laisser son cœur


Découvrez les paroles intégrales ici.
 

Avec la chanson Der Junge ist verliebt (2006) (Le garçon est amoureux), Pohlmann réussit à embarquer ses auditeurs dans un monde émotionnel grâce à un langage simple, il les laisse s'envoler au septième ciel.
Mais ce musicien est loin d'être un doux rêveur ou un optimiste naïf. Au cours de sa carrière, il commence à écrire des textes politiques, critiquant la société. Il utilise sa position en tant que chanteur afin de mettre en avant des thèmes qui le dérangent et qu'il juge importants. Il s'agit surtout du comportement de l'homme face à l'environnement. Il regrette que l'on ne prenne pas bien au sérieux cette problématique.
Dans son nouvel album, sorti le 24.03.2017 et intitulé Weggefährten (Compagnons de route), il met ce thème sur le tapis.

Engagement social

Les nouveaux thèmes de ses chansons ne viennent pas de nulle part, loin de là : le chanteur s'engage personnellement pour la protection de la nature, car selon lui, c’est la plus importante des thématiques. Il a fondé un festival nommé Ozean Festival, des fonds pour divers projets pour la protection de la nature y sont récoltés, par exemple pour l'organisation de défense de l’environnement Sea Shepherd qui s'engage pour la protection des mers.

Pohlmann essaie non seulement de remédier à des problèmes mais aussi d'empêcher leur apparition. C'est pour cela qu'il s'engage par exemple dans le programme Jane Goodall Roots & Shoots - un projet de protection de la nature pour enfants et jeunes. Ils apprennent à traiter la nature de façon respectueuse.
Celui qui a choisi Hambourg comme ville de résidence reste non seulement fidèle à son quartier à travers ses concerts et ses tournées dans des bars, mais aussi à travers des matchs caritatifs jouer au foot avec le cœur, où les membres du club de football FC St Pauli Allstars jouent régulièrement depuis 2009 contre l'équipe de médecins de la clinique universitaire Hambourg-Eppendorf. Par cette action, ils soutiennent le service de cardiologue pédiatrique de la clinique.
 

DISCOGRAPHIE :

- Zwischen Heimweh und Fernsucht (2006)
- Fliegende Fische (2007)
- König der Straßen (2010)
- Nix ohne Grund (2013)
- Weggefährten (2017)