Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Groupe du mois
Andreas Dorau

Andreas Dorau et deux autres musiciens en concert
Andreas Dorau. Concerts en cuisine | © Claudia Höhne/Konspirative Küchenkonzerte. CC BY-SA 3.0

„Mon monde idéal est plein de refrains, et musicalement, je vous y mets au défi ». C’est ainsi que l’un des représentants les plus populaires de la Neue deutsche Welle (NDW) définit la musique. Si vous avez eu la chance d'entendre Andreas Dorau en France, vous vous souviendrez sans aucun doute de cet artiste punk avec son tube Girls in Love (1996).

À 16 ans déjà, ce fils de pasteur hambourgeois fait parler de lui grâce à son tube Fred vom Jupiter, avec lequel il figure à la fois dans les hit-parades allemands, autrichiens et français en 1981. Lui et son groupe les Marinas comptent alors parmi les représentants les plus célèbres de la NDW. Mais en arriver là n’a pas été simple : il a appris à jouer de la guitare avec neuf professeurs différents dont Holger Hiller du groupe Palais Schaumburg.

„Si ma musique était moins pop...“

Son album Demokratie, influencé par la musique des années 60 et arrangé par Michael Nyman, sort en 1988. Il se caractérise, tout comme l’album Neu! (1994), par des sons ultra-électroniques. Demokratie est pop-synth à 100%, mais si vous vous intéressez au côté expérimental du musicien, laissez-vous surprendre par l’album Neu!.

Des voix dans la nuit

Son album Todesmelodien (Mélodies de la mort), qui sort en 2011, est bien plus sombre avec des côtés accrocheurs, exotiques, mais aussi tristes - Dorau a écrit ces chansons après la mort de sa mère. L’artiste y explique qu’il ne souhaite pas être classé dans un genre en particulier. La musique commerciale ne l’intéresse plus, il préfère une musique plus personnelle, sans compromis.

Un solitaire ?

Exceptionnellement, Dorau enregistre son album Aus der Bibliothèque avec un groupe en 2014, en hommage au lieu où il trouve silence et inspiration. Il emprunte ici un style plus dansé, un mix entre pop et dance, mais avec beaucoup trop de texte pour pouvoir être joué dans les clubs selon lui. Le travail avec d’autres artistes lui plaît, même si habituellement, il travaille seul. Dans les années 90, il écrit la plupart de ses textes avec Wolfgang Müller. En 1997, accompagné de Tommi Eckart (de 2raumwohnung), il renoue avec le succès grâce à son sixième album 70 Minuten Musik ungeklärter Herkunft (70 minutes de musique de provenance non élucidée), et le single Girls in Love qui atteint les Top 10 du hit-parade français.
 

Un artiste polyvalent

Dorau ne se consacre pas uniquement à la musique mais aussi au cinéma et à la littérature. Il fait des études cinématographiques à la Hochschule für Fernsehen und Film de Munich et obtient son diplôme en 1992 avec le film Schlag dein Tier (Bats ton animal). Il compose aussi des bandes originales, notamment pour le film Manta en 1991. Il se professionnalise aussi dans la consultation vidéo et travaille pour des stars comme Söhne Mannheims ou encore Xavier Naidoo.

Concernant la littérature, il écrit, soutenu par Sven Regener, Ärger mit der Unsterblichkeit (Tracas avec l’immortalité) qui sort en 2015. L’œuvre est plutôt autobiographique et anecdotique, l’industrie musicale s’y trouve fortement critiquée.

„Laissons la musique être ce qu’elle veut“

Certain de ne pas pouvoir être catalogué, il réussit à intégrer de nouveau le hit-parade allemand en 2017 avec son dixième album Die Liebe und der Ärger der Anderen (L’amour et les ennuis des autres).

Que l’on soit du genre à penser que cet album est plutôt « rafraîchissant avec un rythme cool » ou que l’on entende seulement de la « musique tordue », une chose est sûre, Dorau est inclassable. En tous cas, nous sommes prêts pour la suite. Une « dramédie musicale » comme cette année ? Ou peut-être la b.o. d’un film d’action à succès ? Affaire à suivre…
 

DISCOGRAPHIE :

1981 : Blumen und Narzissen
1983 : Die Doraus und die Marinas geben offenherzige Antworten auf brennende Fragen
1988 : Demokratie
1992 : Ärger mit der Unsterblichkeit
1994 : Neu!
1997 : 70 Minuten Musik ungeklärter Herkunft
2005 : Ich bin der eine von uns beiden
2011 : Todesmelodien
2014 : Hauptsache Ich! Retrospektive 1981 - 2014
2014 : Aus der Bibliothèque
2017 : Die Liebe und der Ärger der Anderen
2018 : Koenig der Moewen