Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Groupe du mois
Die Goldenen Zitronen

Cinq hommes aux capes colorées
Die Goldenen Zitronen | Photo : Frank Egel

De la musique, de la politique, du chaos ou tout simplement la vie quotidienne : si l’on mélange le tout, on obtient Die Goldenen Zitronen. Avec leur style de musique plutôt fun-punk, le groupe de musique hambourgeois s‘est fait un nom grâce à ses apparitions plutôt chaotiques et sa critique permanente de la politique et de la société.

 

Le groupe a été fondé en 1984 par Schorsch Kamerun (chant), Ale Sexfeind (batterie), Aldo Moro (guitare/basse) et Ted Gaier (guitare/basse). Tous les quatre font partie du milieu punk à Hambourg. Grâce à leur philosophie « les punks dans le punk », ils ont considérablement contribué à bouleverser le manque d’humour du milieu. Le punk plutôt « fun » du début devient un style de musique inclassable sans pour autant oublier une chose importante : sa critique…

« Je prétends être fort, séparément
Pour la production d’une image-ennemie
j’allume des cartouches fumigènes par plaisir
Avec lesquelles on peut créer l’agitation
des scoops sans arrêt
qui devraient pulvériser toute perception
je distribue des rapports de catastrophe
pour un bouleversement constant
des menaces terroristes épiques
Qui devraient propager la panique… »
(Nützliche Katastrophen (= Catastrophes utiles) – Album: More than a feeling – 2019)

 

Le groupe s’attaque à des thématiques actuelles et aux peurs de la société, comme par exemple le thème de la migration ou encore les nouveaux présidents populistes dans différents pays. Avec une bonne dose de sarcasme et une bonne connaissance de la société, leurs textes sont denses mais concis. Même si leurs chansons ne sont souvent pas faciles d’accès, elles sont pourtant précieuses.

La presse et Die Goldenen Zitronen

Le Deutschlandfunk écrit le 2 février 2019 : « 35 ans d’existence. Die Goldenen Zitronen ne sont jamais fatigués quand il s’agit de se dresser contre l’adversité et les manipulations ». « Peu importe qu’on le compare au ‘Deutschland-Plan’ de Frank-Walter Steinmeier (ndlr : l’actuel président de l’Allemagne) ou avec le programme commun des partis FDP (parti libéral allemand) et CDU (parti chrétien-démocrate allemand) : les « commentaires sur la crise [allusion à leur album] » actuels des Goldenen Zitronen est un produit d’un charme convainquant. » (Die Zeit, 2009). Die Goldenen Zitronen est apparemment l’un des plus anciens groupes de musique de gauche bien connu des médias allemands. C’est notamment lors de leurs anniversaires importants que l’on peut voir s’ils rencontrent toujours autant de succès qu’auparavant. Le bilan selon la plupart des journaux : le groupe gagne en âge mais ne s’assagit pas pour autant.

Leur style de vêtements extravagants attire toujours l’attention. Au début de leur carrière, ils avaient des looks pas cool, des pyjamas et des pantalons pattes d’éph, ils portent encore aujourd’hui des vêtements pour le moins inhabituels : « Les tissus soyeux brillent, les arabesques imprimées tarabiscotées scintillent : ces hommes âgés du groupe punk Die Goldenen Zitronen, qui remue depuis 35 ans les esprits, se sont mis sur leur trente-et-un avec des costumes colorés. » (Deutschlandfunk, 02.02.2019). Le groupe ne veut pas seulement provoquer par sa musique, mais aussi par son apparence.

Avec tout le tourbillon médiatique autour de la musique des Goldenen Zitronen, une question peut se poser : qui sont réellement les membres des Goldenen Zitronen qui ont fondé le groupe ?

Schorsch Kamerun, Ale Sexfeind, Aldo Moro et Ted Gaier

Schorsch Kamerun, alias Thoms Sehl, est né en 1963 à Timmendorfer Strand (Nord de l'Allemagne). Outre sa participation au groupe Die Goldenen Zitronen, il a tenu le célèbre Golden Pudel Club à Hambourg avec son ami Rocko Schamoni (alias Tobias Albrecht) et se produit aujourd’hui aussi en solo. Depuis quelques années déjà, il travaille aussi en tant que metteur en scène et en tant qu'auteur.

Ale Sexfeind (alias Ale Dumbsky) est l'un des fondateurs du groupe die Goldenen Zitronen. Avec Ted Gaier, il fonde le label de musique Buback qu'il développe jusqu'en 2004. Il quitte die Goldenen Zitronen en 1990 déjà, et poursuit sa carrière avec d'autres groupes et en s'impliquant entre autres dans le projet Naked Navy. Son nom d'artiste est un hommage au groupe britannique de rock gothique Alien Sex Fiend.

Aldo Moro a grandi au même endroit que Schorsch Kamerun, à Timmendorfer Stand. En 1980, il déménage à Hambourg où il cofonde le groupe die Goldenen Zitronen. Il y est le bassiste et le guitariste jusqu'en 1994.

Ted Gaier est né en 1964 à Stuttgart. Il est cofondateur des Goldenen Zitronen et du label de musique Buback. Il écrit les textes pour le groupe et est tout à la fois bassiste, guitariste et pianiste. En plus de sa carrière musicale, il travaille aussi en tant que réalisateur et acteur.

Ils sont tous liés par leur ancienne colocation dans la Buttstraße non loin du marché aux poissons à Hambourg, mais aussi par leur vision politique des choses et bien évidemment leur passion pour la musique.

De la musique, de la politique et leurs conséquences

Au fil des années, les musiciens ont été exposés aux agressions commises par le milieu d’extrême-droite en raison de leur engagement politique affiché. Lors d’un concert à Hoyerswerda, ils sont agressés par un groupe de néonazis. Ces derniers ont tendu une embuscade au bus du groupe ; le conducteur est blessé. Selon le groupe, c'est grâce à la présence d'esprit du membre de groupe Aldo Moro que la situation n’a pas dégénéré, il a en effet conduit le bus hors de la zone de danger sans pour autant avoir le permis de conduire.

Malgré ces événements, le groupe a continué à propager son punk politique. Tout d’abord, et ce pendant trois ans, en se produisant lors de concerts de soutien avant de refaire ses propres concerts. Ils répondent à Hoyerswerda à travers la chanson « 80 Millionen Hooligans/die Bürger von Hoyerswerda (80 millions de hooligans/les citoyens de Hoyerswerda) ». C’est à cause d’un pogrome annoncé contre les demandeurs d’asile qu’ils ont écrit cette chanson.

Presque 36 ans et la fin est encore loin...

Cela fait presque 36 ans et die Goldenen Zitronen sont toujours là, la fin du groupe est encore loin. Avec leur énergie inépuisable et leur envie incessante de critiquer, ils vont continuer à nous enrichir avec leur musique dans les années à venir. Et avec les crises sociétales et politiques permanentes, ils ne manqueront pas de thématiques. C’est pour cela qu’il faut rester tout ouïe pour die Goldenen Zitronen…

„…le petit homicide ne nous tue pas tout de suite, dit mon mari
je ne peux plus entendre cette merde, dit mon mari
ça va vieux, nous avons vu pire
Et je dirais même : „Il faut que l'on passe à l'ordre du jour,
Right!“

(Das bißchen Totschlag – Album: Das bißchen Totschlag – 1994)
 
 

Discographie :

1987: Porsche, Genscher, Hallo HSV
1988: Kampfstern Mallorca dockt an
1990: Fuck you
1991: Punkrock
1994: Das bisschen Totschlag
1996: Economy Class
1998: Dead school Hamburg
2001: Schafott zum Fahrstuhl
2002: Aussage gegen Aussage (Best Of)
2006: Lenin
2009: Die Entstehung der Nacht
2013: Who’s Bad
2015: Flogging a Dead Frog
2019: More Than a Feeling

 

Groupe du mois sur Spotify

Mains et guitare © Colourbox.com, ldutko Chaque mois, nous vous présentons un groupe ou un·e chanteur·se venant d’un pays germanophone – sans limites de genres musicaux. Découvrez la musique de ces artistes grâce à notre playlist.