Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Groupe du mois
JEREMIAS

4 musiciens assis au cinéma
JEREMIAS | © Lucio Vignolo

La musique pop allemande gagne enfin à nouveau en élégance, elle redevient dansante et présentable à l'échelle internationale. Des montagnes russes d’octaves, des textes pop et poétiques et des rythmes qui font vibrer le corps et le font fondre, c'est ça, le nouveau "disco-funk" des quatre jeunes musiciens super sympa et originaires de Hanovre. Des petits bars en sous-sol aux orchestres symphoniques classiques en passant par les grands festivals de musique, le jeune groupe JEREMIAS est déjà passé par les scènes du monde entier. Quel plaisir de voir grandir naturellement un groupe avec une vraie biographie.

De Antje Lempart-Ober

LA MUSIQUE DÈS LE DÉBUT

Ces quatre jeunes âgés de vingt ans, originaires de Hanovre, se retrouvent ensemble, liés par leur amitié, leurs familles et l'amour de la musique. Jeremias Heimbach (chant et piano) vient d'une famille de musicien·ne·s (mère : pianiste de concert et père : violoniste) et chantait déjà enfant dans un chœur pour garçons. Il a aussi appris le piano, le violoncelle et la batterie.
Le premier à rejoindre l’auteur-compositeur-interprète Jeremias est le guitariste Oliver Sparkuhle. Ils se rencontrent à l’âge de 15 ans lors d'une fête de jardin. En 2018, ils fondent le groupe indie-pop Jeremias. Oliver a appris la guitare jazz et a fondé un groupe de musique à l'école. Jonas Hermann (batterie), qui a également une première expérience de groupe à l'école, rencontre JEREMIAS pendant ses études de batterie. Ben Hoffmann (basse) a appris la guitare et a joué dans un groupe à l'école.

Outre une enfance aussi musicale, les lieux de vie de leurs familles sont également importants : la proximité de la forêt et d’un lac permettent de prendre du temps pour réfléchir. Le multilinguisme de la famille de Jeremias, dont la mère est paraguayenne, lui donne également un large horizon en termes de culture musicale. Le classique Besame mucho trouve une nouvelle intensité chez JEREMIAS.

Les quatre garçons composent leur musique ensemble. C'est en jouant dans une harmonie détendue qu'ils créent leurs tubes dansants. Ils écoutent d'autres époques de l'histoire de la musique et ajoutent leur propre touche aux sons trouvés. Parallèlement à leur vie de musiciens, ils étudient ou exercent des activités professionnelles telles que l'enseignement de la musique ou le gardiennage.

En attendant le retour de l'été, replongeons dans leur enfance :
 
 

La voie du succès

Lors d'un concert à Helmstedt en Basse-Saxe, le quatuor pop est repéré par une agence d’artistes. En tant que première partie de Giant Rooks et OK Kid, leur succès fut immédiat. Ensuite, leur carrière professionnelle décolle. Tim Tautorat, qui avait jusqu'alors conduit les albums de Faber et AnnenMayKantereit au succès, produit en 2019 leur premier EP Du musst an den Frühling glauben (Tu dois croire au printemps). Puis en 2020, le groupe sort un autre EP intitulé alma et joue à guichets fermés… juste avant le premier confinement. La musique des prodiges fait exploser les listes de streaming.

TIRER LE MEILLEUR DE LA PANDÉMIE

Puis, au moment de la pandémie, leurs projets commencent à changer. Leur premier album Golden Hour sort en mai 2021 et se hisse à la neuvième place du hit-parade allemand des albums. Un tel album est une œuvre d'art totale, tant au niveau du contenu qu’au niveau visuel, et fait preuve de sens et de cohérence. Malgré les nouvelles habitudes d'écoute via les playlists, les quatre musiciens préfèrent la voie classique.

Pendant les mois où le confinement est plus souple, JEREMIAS se produit en plein air et dans des émissions sous conditions spécifiques par rapport à la situation sanitaire, afin de continuer à faire ce qu'ils aiment le plus : jouer en live. Le lien avec les gens est la source d'inspiration des jeunes musiciens.

C’est justement cette évolution évidente qui rend le groupe JEREMIAS passionnant. Si les œuvres précédentes oscillent entre sens et sensualité, les dernières chansons se trouvent plutôt entre dance moves et réflexion. Toutes leurs chansons sont dansantes. Il est difficile de détourner le regard lorsque l’on les voit ensemble sur scène.

PLUS SYMPA + PLUS COOL : LE "DISKO-FUNK" À L’ALLEMANDE

Le "disco-funk" : c’est quoi au juste ?

De lentes ballades au piano pleines de "cascades" comme on les entend dans la voix du chanteur Jeremias caressent l'oreille des auditeur·trice·s. D'autres chansons passent du jeu vocal à des morceaux dansants avec style où chacun·e se retrouve corps, âme et esprit dans le sillage de JEREMIAS. Le corps vibre automatiquement, l'esprit écoute les lignes néo-poétiques et l'âme tend vers la détente totale. Le public vient chercher ce dont il a à nouveau besoin : des émotions authentiques et en douceur, des moments en pleine conscience et des envolées communes.

JEREMIAS suit tout simplement son propre chemin et compose avec les éléments dont il a envie : que ce soit un concert avec l'orchestre de la radio allemande WDR ou encore des chansons d'été avec trois groupes différents, Provinz x Majan x Jeremias, pour la chanson « Liebe zu Dritt“ (« l'Amour à trois »). La recette magique de tels projets : le réseautage, l'amitié et les échanges.
 

Cela me rappelle d'une certaine manière le beat-dance mélodieux et addictif du tube millénium The Time is now du groupe Moloko qui a été à la tête du hit-parade. Les jeunes hommes du groupe JEREMIAS ont eux-mêmes une connexion particulière avec la musique des Parcels, de Tom Misch et de Men I trust. L'inspiration et les projets communs sont à nouveau envisageables, car ils se rencontrent sur un pied d'égalité.

LA PLUIE COMME CONFETTI


Les chansons „Regen ist Konfetti, wenn Du willst“ ("La pluie, c'est des confettis, si tu veux"), „Ich hab dich lieb und Langeweile“ ("Je t'aime et je m'ennuie") ou „Alles gibt sich von allein“ ("Tout finit par s’arranger") parlent d'elles-mêmes à la génération Z, avide de liberté, à la fois soucieuse du monde et insouciante.
 


„Ich klaue Blumen und schenk sie dir“ ("Je vole des fleurs et je te les offre") est l'une des répliques impertinentes des hymnes à l’amour et à la danse comme le tube « Schon okay“ («ça peut aller ». Participer est la réaction inévitable. C'est une poésie dansante agréable grâce à un cocktail de mélodies non seulement pour les jeunes, mais tout simplement pour tous et toutes.

LA VOIX EN VOL PLANÉ AU-DESSUS DU MONDE

 
Lors de la série de concerts de l'orchestre de la maison de la radio WDR pour les jeunes "Pop mal anders" avec la Philharmonie de Cologne, la musique de JEREMIAS déploie sa magie et sa profondeur à chaque respiration dans tous les morceaux. J'y vois la gestuelle et le tonus émotionnel de grandes icônes, comme la chanteuse de R&B Mariah Carey, des chanteurs masculins portugais de fado ou des virtuoses arabes du maqamat, comme Oum Kulthum. La particularité de la voix de Jeremias : il dessine le mélisme dans l'air comme un guide mélodique ornemental tout en insistant sur une syllabe avec ses montagnes russes vocales. J'entends chaque respiration, l'engagement de chaque mot, des mots doux et forts, une proximité que l'on ne retrouve que dans la musique de fado des bars minuscules.

Sur le plan de la musique dans son ensemble, on entend également une rupture de l'accord en trois temps comme lors d’un arpège. Le chanteur décompose ainsi les sons pour chanter une note après l'autre, comme on le fait à la harpe. En arrière-fond, on entend des passages d'harmonies vocales. Celui qui écrit un art-pop aussi ludique, avec de grandes influences funk, chante vraiment avec son corps et sa voix. Peut-être que Jeremias chante même lorsqu'il s'adonne à son hobby, le vol à voile.

Je prédis à Jeremias de grandes chances de succès à l'international. Peut-être viendront-ils un jour en France ? Des lignes comme « 3 Tage Paris und ich bin wieder verliebt » ("3 jours à Paris et je suis à nouveau amoureux") donnent de l'espoir.
 

Discographie :

Album
Golden Hour (2021)

EP
Du musst an den Frühling glauben (2019)
alma (2020)

Groupe du mois sur Spotify

Mains et guitare © Colourbox.com, ldutko Chaque mois, nous vous présentons un groupe ou un·e chanteur·se venant d’un pays germanophone – sans limites de genres musicaux. Découvrez la musique de ces artistes grâce à notre playlist.