Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1) Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Travail durable
Contribuer au monde de façon solidaire et écologique

Après M
Après M | Photo (détail) : © Victoria Berni

Extinction de la biodiversité, dérèglement climatique, pollutions, pandémies, explosion de la précarité, accaparement des richesses… Le monde du travail peut être complice de ce tableau alarmiste. Il s’agit alors pour certain·e·s de s’en extirper et de repenser leur contribution au monde avec des valeurs de solidarité et d’écologie, bref, de s’engager dans un travail durable.

De Victoria Berni

Comment le travail peut être complice du désastre environnemental et des inégalités sociales ?

La société contemporaine occidentale se caractérise par son hyperconsommation et sa structuration autour de géantes infrastructures et techno-industries. L’héritage colonial et l’économie mondialisée capitaliste libérale permettent à certaines entreprises un productivisme aux normes socio-environnementales et aux coûts dérisoires. Une machine destructrice des écosystèmes planétaires qui fonctionne grâce au travail quotidien de millions de personnes.

Une prise de conscience s’opère progressivement sur la responsabilité du travail dans l’urgence environnementale et sociale. Les métiers de l’ingénierie sont dénoncés et désertés par les jeunes diplomé·e·s. Même les secteurs liés à la transition écologique – éolien industriel, biocarburants et biogaz, gestion des déchets –sont désormais accusés de greenwashing : une stratégie trompeuse qui consiste à verdir l’image d’entreprises tout en dissimulant des pratiques néfastes sur l’environnement.

  • Victor Photo : © Victor Janjic
    Victor
    Après des études en communication, Victor s’est retrouvé à travailler dans le marketing du monde de la nuit, où l’alcool et la richesse ostentatoire coulent à flots. Alors qu’il se perd dans la superficialité des soirées mousses dans d’énormes beachclub, il plonge dans la lecture de « Pourquoi tout va s'effondrer », livre de Julien Wosnitza, alors militant chez Sea Sheperd. Victor décide de le rejoindre pour naviguer sur le Kraken, le voilier de l’association Wings of the Ocean, et sensibiliser sur la pollution plastique en mer.
  • Orianne Photo : © Orianne
    Orianne
    Orianne a déjà quitté le monde ultra-compétitif de la mode quand elle décide de devenir travailleuse sociale. C’est une nouvelle désillusion. Sa colère contre la maltraitance et l’hypocrisie des entreprises, des pouvoirs publics et associations du milieu, la pousse à quitter les institutions pour s’investir dans un collectif féministe d’éducation populaire. Désormais, elle anime des séances d’éducation à la sexualité en lycée et prône, dans une forme d’écologie humaine, des valeurs de respect, d’écoute, de bienveillance, d’empathie, de consentement.
  • Clémentine Photo : © Clémentine Volbart
    Clémentine
    Clémentine, ingénieure en agronomie embauchée dans un grand groupe de l'industrie laitière, travaille surtout à réaliser les plannings hebdomadaires d’approvisionnement en lait des différentes usines du groupe dans le but d’optimiser les coûts de production et de transport. Elle est un jour missionnée pour casser la grève des salariée·es d’une usine. Elle démissionne et décide de mettre en lumière, par la photographie, le métier de paysan·ne. Son compagnon, qui était concepteur dans l’aéronautique et l’automobile, lui, veut se reconvertir dans l’éco-construction et se forme à la construction en bois.



La pandémie de Covid-19 a affiché au grand jour les aberrations du monde du travail : les métiers qui participent aux ravages sociaux et environnementaux bénéficient d’un prestige économique et social, tandis que ceux qui contribuent au bien commun ne sont pas reconnus. Le confinement a été révélateur des bullshit jobs, des métiers vides de sens et d’utilité mais qui permettent de maintenir l’emploi. Dans la même période, les métiers du care ont tout à coup été héroïsés. Ils regroupent les activités de soin à la personne dans les domaines de l’entretien ménager, du sanitaire, du social et de l’éducatif. Ces métiers, souvent dévalorisés économiquement et socialement, sont principalement exercés par des femmes.

Qu’est-ce qu’un travail durable ?

Aujourd’hui des initiatives écologiques et sociales expérimentent différentes façons de contribuer aux biens communs. Dans le Marais Poitevin, deuxième zone humide de France, une coopérative s’est lancée depuis 2007 dans un atelier de fabrication de yourte et d’un écocamping : La Frênaie. Cette initiative est née de l’envie à la fois donner l’accès à l’habitat sain, écologique, en auto-construction, à des coûts abordables et de créer un espace d’éducation à l’environnement dans un refuge de biodiversité fragile et à préserver. Il n’y a pas de détention de pouvoir par un·e chef·fe, au contraire, le pouvoir, la connaissance, les outils de travail sont partagés. En Savoie, une petite ferme, l’Étoile Verte cultive depuis 2008 des plantes médicinales et de la spiruline. La spiruline est une cyanobactérie dont la valeur nutritionnelle est exceptionnelle. À l’Étoile Verte, les bassins de cultures et les serres ont été fabriqués à partir de récupération de matériaux. La ferme vend la spiruline en circuit court, fonctionne comme la Frênaie, en gouvernance horizontale, et refuse un modèle d’expansion capitaliste.

Si l’on considère que le travail est le fait d’engager son temps, son corps et son mental, ces initiatives sont un véritable vivier de réflexions sur ce qu’est un travail durable. La durabilité désigne très largement les conditions qui permettent à la société humaine d’assurer sa perpétuation. Nécessairement, il s’agit de conserver les limites planétaires mais également que cette perpétuation puisse se faire dans le respect de la dignité humaine. La durabilité doit alors inclure une dimension sociale large comme le fait de prendre soin autant physiquement qu’émotionnellement des personnes. En somme, durabilité doit être synonyme d’une écologique qui ne s’appuient pas sur les oppressions systémiques de classe, de genre et de race au sens sociologique. Un travail dit durable doit donc incarner ces mêmes valeurs.

Quels sont les enjeux de l’essor du travail durable ?

À Marseille, les ex-salarié·e·s d’un McDonald’s, licencié·e·s après une longue lutte sociale, ont réquisitionné leur restaurant pour en faire un lieu solidaire de lutte contre la précarité qui favorise l’agriculture urbaine et l’alimentation saine : c’est l’Après M. L’objectif des ancien·ne·s salarié·e·s, habitant·e·s et commerçant·e·s de quartier, et de tou·te·s celleux qui s’engagent dans l’Après M, est de permettre la gestion citoyenne du « fast social food » par le biais d’une association à but non lucratif. Pour autant les personnes ne sont pas rémunérées. Cette précarité, c’est le cas de millions de bénévoles qui s’investissent pour le bien commun en travaillant gratuitement. C’est également le cas pour nombre de militant·e·s qui dédient leurs vies à lutter pour une justice environnementale et sociale alors qu’iels défendent nos acquis sociaux et environnementaux.

Il apparait donc nécessaire d’organiser une subsistance collective qui permettent à chacun·e de contribuer avec sens et dignité de façon juste à notre société. Des pistes de solutions pourraient se trouver dans l’instauration d’un revenu de base universel, la rémunération des bénévoles avec des embauches massives dans le service public, une revalorisation considérable des métiers dits essentiels et une organisation collective et horizontale à l’échelle locale des conditions de vie. Ces mesures pourraient être financées par une taxation totale des grandes fortunes et des héritages accompagnée d’une lutte contre l’évasion fiscale.