Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Tour d'horizon
Quels modèles pour l’urbanisme durable en France ?

La Cité Fertile à Pantin
La Cité Fertile à Pantin | Photo (détail) : Adrien Roux - Cité Fertile

Face aux défis environnementaux, les villes françaises et leurs habitants expérimentent de nouvelles solutions. Renouvellement du tissu urbain et de l’architecture, réduction des déchets, gestion participative, mobilités douces, agriculture de proximité, smart cities… Voici un tour d’horizon des initiatives qui dessinent peu à peu un urbanisme plus durable.

De Aurélie Le Floch

En France, depuis l’après-guerre, les modèles urbains se sont basés sur l’idée que les ressources naturelles (énergie, eau, sols) sont illimitées, et ont accordé une large place à l’automobile. Devant les défis actuels tels que le réchauffement climatique, la pollution atmosphérique ou l’effondrement de la biodiversité, ces modèles arrivent à leurs limites. Depuis quelques années, on assiste à l’émergence d’une nouvelle culture de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire pour répondre à ces enjeux en tenant compte de leurs dimensions économiques et sociales, avec la participation des citoyens.
 
Cet urbanisme durable donne un rôle primordial à l’échelon local (régions, communes, quartiers, communautés d’habitants) et regroupe des initiatives relevant de domaines variés : promotion des mobilités douces, éco-construction, nouvelle gestion des espaces verts, etc. Contrairement aux modèles élaborés depuis le XIXe siècle, ces démarches ne proposent pas de solution globale aux problématiques d’aujourd’hui. Pragmatiques avant tout, elles mettent en avant l’expérimentation d’actions dont les résultats sont évalués afin de mesurer leur pertinence et leur reproductibilité sur d’autres territoires, avec l’objectif de rendre la ville plus résiliente.
 
D’un point de vue politique, l’urbanisme durable s’est développé après la signature par les villes françaises de la Charte des villes européennes pour la durabilité, dite charte d’Aalborg (1994), relayée par le plan national Ville durable (2008) et les lois Grenelle (2009-2010). Avec la création des écocités, une trentaine de villes bénéficient aujourd’hui du soutien de l’État pour assurer leur transition écologique en fonction de leurs spécificités : proximité du littoral comme à Brest ou Marseille, situation frontalière comme à Strasbourg, où un écoquartier a été conçu entièrement par ses futurs habitants.
 

Maîtriser l’étalement urbain et favoriser le vivre-ensemble

Pour éviter que la ville ne s’étende sur les terres agricoles ou les espaces naturels, l’urbanisme durable prône le renouvellement du tissu urbain. Il s’agit d’attribuer de nouvelles fonctions à des espaces désaffectés tels que les anciennes zones industrielles, friches, terrains accueillant des bâtiments insalubres ou vacants. Ce choix présente des avantages économiques puisque de nouveaux quartiers peuvent se constituer en bénéficiant des infrastructures déjà en place (eau potable, assainissement, électricité).

En outre, le renouvellement urbain propose aux habitants de nouveaux services et lieux de vie à proximité de leur résidence (par exemple des espaces de co-working). La mixité des fonctions dans un même quartier limite ainsi les déplacements motorisés entre les zones commerciales, tertiaires, résidentielles, culturelles et sportives, plus facilement accessibles à pied ou à vélo. Cette tendance renoue avec les principes de convivialité typiques des centres historiques des villes, favorisant l’émergence de projets collectifs à taille humaine et aidant à lutter contre l’isolement social.

Mieux utiliser les ressources, mieux gérer les déchets

Représentant 43 pour cent de la consommation énergétique française et près de 25 pour cent des émissions de CO2, le bâti est un levier essentiel de l’urbanisme durable. Fin 2020, tous les bâtiments neufs devront être « à énergie positive », c’est-à-dire produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Ce résultat est obtenu par divers moyens : architecture évitant les déperditions de chaleur, installation de panneaux solaires ou de micro-éoliennes, usage d’appareils économes en électricité... En parallèle, des aides publiques contribuent à la rénovation des bâtiments anciens pour améliorer leur isolation ou installer des chaudières plus performantes. Ces travaux participent aussi à la réduction de la précarité énergétique des ménages les plus modestes.
 
La gestion des déchets représente une autre manière de préserver les ressources. Alors que, depuis 50 ans, l’évolution des habitudes de consommation a fait doubler le volume des ordures ménagères à Paris, la Ville s’est engagée depuis 2006 dans une politique de réduction, réemploi et valorisation des déchets. Lutte contre le gaspillage alimentaire, compostage, recyclage, réparation d’objets, campagnes de sensibilisation pour limiter les emballages… De nombreuses actions sont impulsées par les pouvoirs publics, les habitants et des associations telles que la Maison du Zéro Déchet.

Repenser les transports et l’approvisionnement des villes

Durant les dernières décennies, l’automobile a largement façonné le paysage urbain. L’augmentation du trafic engendre émissions de gaz à effet de serre, pollution atmosphérique et nuisances sonores. Depuis quelques années, les villes françaises évoluent pour promouvoir des modes de déplacement moins polluants, envisagés en complémentarité (nouveaux réseaux de transports en commun, vélo, autopartage, trajets à pied, navettes fluviales…) : c’est la mobilité durable. Les espaces urbains sont réaménagés pour accueillir ces moyens de transport, avec la création de nouvelles pistes cyclables ou d’aires piétonnes. Les technologies digitales et l’intelligence artificielle améliorent aussi la qualité des déplacements des habitants. Parmi les smart cities les plus avancées, la ville de Nantes a développé l’application Nantes dans ma poche qui permet de connaître en temps réel les problèmes sur la voie publique, l’état des parkings et du trafic, les alertes à la pollution de l’air, etc.

Pour limiter la circulation automobile, la relocalisation d’une partie de la production agricole dans les villes ou leur périphérie est une autre piste, concrétisée à travers les jardins partagés et l’agriculture de proximité. Pour encourager l’essor de l’agriculture urbaine et biologique, l’association Terre de Liens a mis au point l’application Parcel, qui permet d’évaluer combien de personnes peuvent être nourries chaque année en fonction de la superficie mise en culture. En Seine-Saint-Denis, à Pantin, la Cité Fertile expérimente le jardinage durable « de la graine à l’assiette » avec les enfants des écoles environnantes. En parallèle, depuis 2020, la loi impose la gestion des espaces verts urbains sans recours aux pesticides, avec des effets bénéfiques sur la qualité de l’eau et de l’environnement.
La Cité Fertile à Pantin La Cité Fertile à Pantin | Photo (détail) : Adrien Roux - Cité Fertile
Quels que soient les projets développés, l’accent est mis sur la participation des habitants afin de faire évoluer les habitudes : des collectivités locales aux entreprises et aux particuliers, l’urbanisme durable est l’affaire de tous.
 

Quand la ville s’adapte aux canicules à répétition

Dans les décennies à venir, sous l’effet du réchauffement climatique, les températures estivales dépassant les 40 °C risquent de devenir la norme dans les grandes villes. Emmagasinée dans l’asphalte qui recouvre les voies de circulation, la chaleur, restituée pendant la nuit, a d’autant plus de mal à s’échapper des centres-villes que le bâti y est élevé, créant ce que l’on nomme des « îlots de chaleur urbain » – en pleine nuit, les températures peuvent dépasser de 10 °C celles relevées en pleine campagne. Pour lutter contre cet effet, la ville de Lyon expérimente un système d’arrosage automatique des chaussées, permettant de diminuer de 5 à 8 °C la température du bitume. Quant à la ville d’Angers, elle a misé sur la création d’espaces verts à grande échelle : 20 pour cent de son territoire sont occupés par des arbres qui aident à lutter contre la chaleur en fournissant de l’ombre et en rejetant de la vapeur d’eau.